Rechercher
Rechercher

À La Une - turquie

Quand un ministre turc "souhaite mourir en martyr"

Les propos Taner Yildiz, titulaire du portefeuille de l’Énergie, largement raillés sur les réseaux sociaux.

Le ministre turc de l’Énergie, Taner Yildiz. Photo AFP

"Si Dieu le veut, je souhaite mourir en martyr". Les propos du ministre turc de l’Énergie, tenus mercredi alors que le pays vit depuis près d'un mois au rythme des affrontements quotidiens entre les rebelles kurdes et l'armée, ont été largement raillés sur les réseaux sociaux.

En marge d'une conférence de presse à Ankara, le ministre de l’Énergie Taner Yildiz a lancé devant un parterre de journalistes: "Si Dieu le veut, je souhaite mourir en martyr pour ma religion, la nation et le pays".
Interrogé avec insistance sur ses propos qui ont surpris l'auditoire, le ministre, connu pour être un fervent croyant musulman, a expliqué qu'il s'agissait là d'un souhait qu'il fallait comprendre uniquement sur le plan philosophique.

Ankara a lancé une "guerre contre le terrorisme" le 24 juillet, contre l'EI et le PKK, mais cible essentiellement les rebelles kurdes, qui, en retour, ont rompu un cessez-le-feu en vigueur avec Ankara depuis 2013 (PKK). Depuis, les attaques sont quotidiennes entre les rebelles et l'armée, et plus de 40 membres des forces de l'ordre turque sont décédés en moins d'un mois.

"Taner Yildiz rentre chez lui escorté par 750 gardes du corps et après il espère devenir un martyr", a ironisé un internaute prénommé Cuma Cihan sur Twitter. "Qu'est-ce qui t'arrête ?", a twitté le journaliste de télévision, Rustem Batum, se disant lassé "par ces mensonges".

Les propos sur l'honneur que peut procurer la mort en martyr sont devenus un leitmotiv depuis plusieurs semaines en Turquie. En déplacement dans le nord du pays ce week-end, le président Recep Tayyip Erdogan avait lancé en marge des funérailles d'un soldat: "Quel bonheur pour sa famille, quel bonheur pour ses proches" de savoir que le jeune homme est mort en "martyr". Quant au Premier ministre Ahmet Davutoglu, il avait prévenu ses compatriotes en juillet qu'ils devaient être prêts à "sacrifier leurs fils" dans le cadre de l'offensive militaire.

Des commentaires balayés par nombre d'internautes turcs qui soulignent l'origine sociale modeste des militaires morts dans les représailles du PKK, et de fait l'impossibilité pour eux d'échapper à un service militaire obligatoire. Pris à partie, le ministre de l’Énergie a nié que son fils avait payé pour ne pas être appelé.
"Si nous devons mourir, alors nous mourrons mais nous le ferons comme des hommes", a déclaré Recep Tayyip Erdogan mercredi devant un parterre d'élus locaux.

 

Lire aussi
La Turquie ne considère pas les Kurdes syriens comme une cible dans sa guerre contre le terrorisme

Et si le chef historique du PKK avait la solution ?

La Turquie érige un mur à la frontière syrienne


"Si Dieu le veut, je souhaite mourir en martyr". Les propos du ministre turc de l’Énergie, tenus mercredi alors que le pays vit depuis près d'un mois au rythme des affrontements quotidiens entre les rebelles kurdes et l'armée, ont été largement raillés sur les réseaux sociaux.En marge d'une conférence de presse à Ankara, le ministre de l’Énergie Taner Yildiz a lancé devant un...

commentaires (4)

L'HÉBÉTUDE... À TOUS LES RANGS...

L,EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

14 h 13, le 20 août 2015

Tous les commentaires

Commentaires (4)

  • L'HÉBÉTUDE... À TOUS LES RANGS...

    L,EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    14 h 13, le 20 août 2015

  • Qu'on le laisse!.... "tranquille".

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    12 h 27, le 20 août 2015

  • Personne n'a compris ce ministre. Il entend mourir en martyr de Daech. Tout le monde sait quel avantage là ! Au moins 70 vierges aussitôt qu'il foule le paradis ! Peut-on imaginer cela ?

    Halim Abou Chacra

    09 h 03, le 20 août 2015

  • "Un ministre turc souhaite mourir en martyr"Mais personne ne l"empeche <

    issa louis

    21 h 56, le 19 août 2015

Retour en haut