Rechercher
Rechercher

À La Une - Liban

Crise des déchets : Salam promet une solution dans les prochains jours

Aucune décision n'a été prise en ce qui concerne les nominations aux postes sécuritaires ; une prochaine séance prévue jeudi prochain.

Le Premier ministre Tammam Salam a assuré mercredi lors du Conseil des ministres que des solutions à la crise des déchets verront le jour dans les prochains jours. Photo d'archives/Reuters.

Une nouvelle séance du Conseil des ministres a été tenue mercredi sous la présidence de Tammam Salam sans percée sur aucun des dossiers brûlants, à savoir la crise des déchets ménagers et les nominations aux postes sécuritaires. Après près de trois heures de discussions, le Premier ministre a levé la séance. Une prochaine réunion est prévue jeudi prochain.

Lors de la réunion, le Premier ministre Tammam Salam a assuré que des solutions à la crise des déchets ménagers seront mises en place dans les prochains jours. "Nous avons réussi à prendre certaines mesures qui ont temporairement allégé le problème à Beyrouth et certaines municipalités ont pris des initiatives dans ce sens. Mais ces solutions ne sont pas définitives et les déchets continuent de s'entasser dans différentes régions libanaises", a déclaré M. Salam, selon des propos rapportés par le ministre de l'Information Ramzi Jreige. 

"Des efforts sont déployés pour trouver une solution à la crise, a poursuivi M. Salam. Une des options étudiée de près est celle de l'exportation des déchets à l'étranger".
Selon une source ministérielle, des experts français se trouvent actuellement au Liban et étudient les conditions techniques qui permettent d'exporter les déchets. Ils doivent présenter incessamment aux autorités concernées un rapport dans ce cadre.

M. Salam a néanmoins précisé que l'exportation reste une option temporaire et que la solution définitive passe par l'aménagement d'incinérateurs. Il a annoncé à ce propos que le lancement des appels d'offres relatifs à l'installation des incinérateurs aura lieu durant le mois d'août. Il a ensuite assuré que "dans les deux à trois prochains jours, des solutions à la crise se développeront" et seront proposées à la commission ministérielle ad hoc.

Sur un autre plan, aucune décision relative aux nominations aux postes sécuritaires n'a été prise. Selon Ramzi Jreige, le ministre de la Défense souhaite soumettre au vote du Conseil des ministres, d'un seul coup, des candidats à la succession du commandant en chef de l'armée Kahwagi, ainsi qu'à celles du chef d'état-major, Walid Salman, des généraux Mohammad Kheir et Edmond Fadel, ce dernier ayant déjà été écarté pour raison d'âge de la direction des services de renseignements. En ce qui concerne le mandat du général Salman, qui doit prendre sa retraite le 7 août, plusieurs noms de candidats compétents pour ce poste ont été proposés.

Le ministre du Travail Sejaan Azzi a déclaré à ce sujet que "plusieurs noms ont été proposés pour chaque poste". "Mais il n'y a pas eu de vote ni de consensus sur les noms proposés et la question a été reportée à la prochaine séance", a-t-il précisé.

 

Lire aussi
Un semi-coma institutionnel, le décryptage de Scarlett Haddad

La biodiversité et le patrimoine de Janné en grave danger

Une équipe d'experts français étudie les conditions techniques d'une exportation


Une nouvelle séance du Conseil des ministres a été tenue mercredi sous la présidence de Tammam Salam sans percée sur aucun des dossiers brûlants, à savoir la crise des déchets ménagers et les nominations aux postes sécuritaires. Après près de trois heures de discussions, le Premier ministre a levé la séance. Une prochaine réunion est prévue jeudi prochain.
Lors de la réunion,...

commentaires (2)

QUAND DANS UN PAYS IL EST PLUS IMPORTANT DE TROUVER UNE SOLUTION À LA CRISE DES DÉCHÊTS... ET NON UNE POUR L'ÉLECTION D'UN CHEF DE L'ETAT... CE N'EST PLUS MÊME PAS UN ATOLL...

ZERO PLAINTE. CENSURE PLAIT. SOUTENONS DONC L,OLJ.

18 h 35, le 05 août 2015

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • QUAND DANS UN PAYS IL EST PLUS IMPORTANT DE TROUVER UNE SOLUTION À LA CRISE DES DÉCHÊTS... ET NON UNE POUR L'ÉLECTION D'UN CHEF DE L'ETAT... CE N'EST PLUS MÊME PAS UN ATOLL...

    ZERO PLAINTE. CENSURE PLAIT. SOUTENONS DONC L,OLJ.

    18 h 35, le 05 août 2015

  • Avant ou après sa(lam) démission ??

    FRIK-A-FRAK

    15 h 04, le 05 août 2015

Retour en haut