Rechercher
Rechercher

Liban - Crime

Assassinat Georges Rif : appels pressants pour que justice soit rendue

Le bureau du conseiller juridique d'Antoun Sehnaoui affirme qu'il n'existe aucun lien entre l'homme d'affaires et le drame.

Sur cette image tirée de l’enregistrement d’une caméra de surveillance, Roula Rif tombant après avoir reçu son lot de coups.

Le Liban est toujours sous le choc du crime odieux qui a coûté la vie à Georges Rif, décédé jeudi soir des suites de ses blessures. L'homme, la quarantaine, marié et père de quatre enfants, avait été agressé mercredi, dans le quartier de Gemmayzé, pour « une priorité de passage ». Son agresseur, Tarek Yatim, l'avait violemment frappé au visage avec le manche d'un couteau, lui brisant l'os facial et entraînant un œdème cérébral.

Tarek Yatim, identifié par les services de renseignements de l'armée après le visionnage des films des caméras de surveillance placées dans la région puis arrêté, serait impliqué dans plusieurs incidents violents par le passé. Lina Hassan Haïdar, propriétaire et conductrice de la voiture au bord de laquelle Tarek Yatim se trouvait, a été également arrêtée.

« Tarek Yatim est arrêté et la justice suit son cours, a confirmé Michel Pharaon, député de Beyrouth et ministre du Tourisme, à L'Orient-Le Jour. L'individu a été pris quasiment en flagrant délit. Il y a des enregistrements qui le montrent. »

De son côté, Massoud Achkar a affirmé que « si l'homme n'est pas sanctionné, c'est la jungle ». Le ministre de l'Énergie et de l'Eau, Arthur Nazarian, s'est pour sa part dit étonné de constater que « certains médias m'impliquent dans l'assassinat de Georges Rif simplement parce que ma maison se situe dans le quartier où a eu lieu l'agression, qui est un crime rejeté sur les plans sécuritaire, moral et humain ». Dans un communiqué, il a insisté sur « la nécessité d'infliger au criminel les sanctions les plus sévères afin qu'il serve d'exemple ». Même son de cloche chez le député Mohammad Kabbani, qui a appelé à accélérer les procédures de jugement et à infliger au criminel la peine maximale, soulignant que « la politique ne doit pas interférer en sa faveur ».

(Lire aussi : Georges Rif, supplicié en pleine rue devant son épouse pour un droit de passage)


Vendredi, le chef du Courant patriotique libre (CPL), Michel Aoun, avait dénoncé l'agression, qualifiant ce meurtre de « plus barbare que la barbarie, plus horrible que l'horreur ». Selon lui, l'agresseur est un « tueur professionnel protégé par des personnes connues, mais nous ne voulons pas les nommer avant la fin de l'enquête ». Le CPL a indiqué que M. Rif était membre de la formation.

Les précisions d'Antoun Sehnaoui...

Depuis jeudi, les réseaux sociaux libanais fourmillaient de rumeurs selon lesquelles l'assassin serait un garde du corps du président-directeur général de la SGBL, Antoun Sehanoui. Vendredi soir, le bureau du conseiller juridique de ce dernier a publié un communiqué dans lequel il affirme qu'il n'existe aucun lien entre M. Sehnaoui et cette affaire.

« Certaines mauvaises langues, connues pour leur mauvaise foi, ont intentionnellement mêlé Antoun Sehnaoui à cette affaire en utilisant certains médias et des réseaux sociaux à cet effet », peut-on lire dans le communiqué. « M. Sehnaoui condamne formellement ce crime odieux et exprime sa pleine sympathie avec la famille, les parents et les amis de la victime », est-il encore écrit. L'homme d'affaires réclame que « l'auteur des faits soit traduit devant la justice » et condamné « aux peines les plus lourdes ».

« Lier le nom d'Antoun Sehnaoui à cette affaire, un incident isolé qui s'est soldé par un crime odieux, relève de la calomnie, et jette sur lui un discrédit inacceptable et irresponsable », indique le bureau du conseiller juridique. « Chaque mention de son nom dans ce dossier fera l'objet de poursuites devant les tribunaux afin de mettre un terme aux mensonges, au chantage et à toute tentative de modifier la véracité des faits », conclut le communiqué.

Il convient de rappeler que vendredi soir, les proches de la victime avaient organisé une marche en direction de la demeure d'Antoun Sehnaoui.


Lire aussi

#justiceforjustice, l'éditorial de Ziyad Makhoul


Le Liban est toujours sous le choc du crime odieux qui a coûté la vie à Georges Rif, décédé jeudi soir des suites de ses blessures. L'homme, la quarantaine, marié et père de quatre enfants, avait été agressé mercredi, dans le quartier de Gemmayzé, pour « une priorité de passage ». Son agresseur, Tarek Yatim, l'avait violemment frappé au visage avec le manche d'un couteau, lui...

commentaires (7)

Au fait, où est la chauffarde qui a écrasé et tué Rita à Jbeil ? A-t-elle été arrêtée? Ou court-elle toujours ?

Dounia Mansour Abdelnour

15 h 57, le 20 juillet 2015

Tous les commentaires

Commentaires (7)

  • Au fait, où est la chauffarde qui a écrasé et tué Rita à Jbeil ? A-t-elle été arrêtée? Ou court-elle toujours ?

    Dounia Mansour Abdelnour

    15 h 57, le 20 juillet 2015

  • Oui, bon, mais alors, il est "protégé" par qui ce type ? Une réponse claire SVP ! Merci l'OLJ.

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    15 h 36, le 20 juillet 2015

  • Justice pour tous alors l'assassin d'abord pour l'assassin du capitaine samer Hanna!! Et pour tous les autres crimes qui se passe inaperçue commis sur tout le territoire libansis ... Khallas ba2a y a plus des gens bi samneh aw bi zeyt!!

    Bery tus

    13 h 38, le 20 juillet 2015

  • JUSTICE AVEC FORCE ET SANS COMPLAISANCE ....SVP ....

    FRIK-A-FRAK

    10 h 58, le 20 juillet 2015

  • ESPÉRONS QUE SA "DOSE" NE SERA ÉVALUÉE QU'EN RAPPORT DU CRIME COMMIS UNIQUEMENT...

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    09 h 32, le 20 juillet 2015

  • La presse Libanaise souffre d'un gros problème: elle dénonce des faits divers, laisse supposer des complicités ou des protections d'hommes influents et puis plus rien !!Un vrai journal va jusque au bout de ses investigations et donne aux lecteurs la totalité de l'information, même si il le faut au conditionnel par exemple ou en est on du fait divers de Sbeil ? Qui est la personne qui a écrasé la mère de famille, est elle protégée par une milice Libanaise ?

    yves kerlidou

    08 h 29, le 20 juillet 2015

  • Voila un example patent de recuperation, de demagogie, de populisme, de tout ce qui est faux et detestable dans michel aoun. Oui je suis pour l'execution pure et simple de l'assassin, pas besoin de proces. Oui j'ai entendu que l'assassin a deja eu affaire a la justice et que son patron l'ai sorti d'affaire. Oui je suis pour la reouverture de son dossier pour voir a quelles protections il a eu droit et pendre la/les personne qui lui ont arrange une aide. Mais je ne me rappelle pas avoir entendu michel aoun commenter en public une affaire de meurtre. ni pour le gamin qui a ete assassine a faraya (yves nawfal), ni pour la femme ecrasee par trois fois (rita francis), ni meme pour le pilote d'helicoptere samer hanna, et j'en passe. il faut bien savoir pourquoi. Pas parceque george rif est un adherant du cpl, si michel aoun se souciait tant de ses sympathisant, ont l'aurait su depuis longtemps, depuis 1990 exactement. on ne connait d'ailleurs pas du tout les orientations des autres victimes. C'est surtout parceque qu'apparement le patron de l'assassin n'est autre que antoun sehnaoui, le cousin germain de nicolas sehnaoui. Et ces 2 branches de la famille sont en desaccord total politique et financier. antoun sehnaoui s'est range depuis longtemps contre nicolas sehnaoui, et pour michel aoun c'est une occasion en or de rendre des coups a l'un des supporter les plus puissant du 14 mars. Pas du tout par sympathie pour la victime et encore moins pour defendre un citoyen lambda

    George Khoury

    07 h 38, le 20 juillet 2015

Retour en haut