X

À La Une

L'EI perd une nouvelle localité au profit des Kurdes dans le Nord syrien

Conflit

Le groupe jihadiste détruit deux anciens mausolées islamiques à Palmyre.

OLJ/AFP
23/06/2015

Le groupe extrémiste Etat islamique (EI) a subi un nouveau revers mardi dans le nord de la Syrie face aux Kurdes et leurs alliés rebelles qui se sont emparés d'une localité située sur une route stratégique.

Les forces kurdes et les combattants arabes "ont pris mardi Aïn Issa après de violents combats et grâce à l'appui de la coalition conduite par les Etats-Unis", a affirmé à l'AFP le directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), Rami Abdel Rahmane."Les jihadistes se sont retirés à l'est de la ville et au nord de Raqqa, mais ils ont truffé Aïn Issa de mines", a-t-il ajouté.

La veille, les Kurdes et leurs alliés rebelles s'étaient emparés d'un camp militaire mitoyen, à 56 km au nord de Rqaqa, capitale de facto du "califat" proclamé par l'EI sur les territoires sous son contrôle en Syrie et en Irak.
"Nous contrôlons totalement le camp de la brigade 93 et nous sommes en train de la débarrasser des explosifs qui s'y trouvent", a déclaré à l'AFP un porte-parole des Unités de protection du peuple kurde (YPG), Redur Khalil. La base 93 de l'armée syrienne avait été prise fin juillet 2014 par l'EI, qui y avait exécuté un grand nombre de soldats.

Les Kurdes sont aidés dans leur offensive par des raids de la coalition internationale, qui ont fait selon l'OSDH au moins 26 morts parmi les jihadistes lundi. Les YPG ont remporté ainsi coup sur coup deux victoires notables face à l'EI, Aïn Issa et le camp militaire se trouvant sur une route très importante tant pour les Kurdes que pour les jihadistes. Elle permet en effet aux deux camps de relier leurs territoires dans les provinces d'Alep et de Hassaké, situés à l'ouest et à l'est de Raqqa.
"Jusqu'à la lisière de Raqqa, les lignes de défense de l'EI sont fragiles désormais car il n'y a pas de fortifications dans ce secteur qui est un un terrain plat", a noté Rami Abdel Rahmane.

(Lire aussi : Raqqa, la "ville modèle" du califat de l'EI)

 

L'EI sur la défensive
Depuis la perte le 16 juin de Tall Abyad, qu'ils détenaient depuis plus d'un an, les jihadistes sont sur la défensive. Cette localité leur était cruciale car elle leur permettait d'acheminer, à partir ou en direction de la Turquie, armes et combattants et d'exporter en contrebande du pétrole.

Les YPG sont "probablement la force la plus efficace contre l'EI en Syrie. Elles sont bien organisées, disciplinées et vibrent pour leur cause", notait l'analyste Sirwan Kajjo après la prise de Tall Abyad.

Redru Khalil a souligné que les relations "étaient excellentes" avec la coalition conduite par les Etats-Unis, tout en réaffirmant que les Kurdes avaient besoin de meilleures armes pour l'emporter sur les jihadistes.
Il a refusé de dire quelle serait leur prochaine cible, mais a assuré que Raqqa -que l'EI va défendre bec et ongles- n'était pas un objectif à court terme. "Raqqa est loin et bien défendue. La prendre nécessite des forces et des armes importantes", a-t-il dit.

 

Deux anciens mausolées islamiques détruits à Palmyre
Toujours dans le nord de la Syrie, dans l'ex-capitale économique Alep, un raid de l'armée de l'air syrienne a provoqué une nouvelle tuerie, cette fois-ci dans une mosquée située dans un quartier rebelle de la ville divisée.
"Les fidèles étaient en pleine prière du 'maghreb' (coucher de soleil) dans une mosquée du quartier rebelle d'Ansari à Alep" lorsque l'armée de l'air a largué un baril d'explosifs, "tuant au moins 10 civils, dont deux enfants, et blessant une vingtaine d'autres", d'après l'OSDH, qui dispose d'un large réseau de sources à travers la Syrie.
Le régime largue quotidiennement des barils d'explosifs sur la partie en majorité rebelle de la métropole, malgré les appels d'ONG à cesser le recours à cette arme aveugle et destructrice.
Les rebelles ont de leur côté intensifié récemment leur bombardement de la partie ouest gouvernementale, faisant plusieurs dizaines de morts.

 

(Lire aussi : « La grande bataille d’Alep est entrée dans sa phase préparatoire »)


Dans le centre de la Syrie, les jihadistes ont détruit deux anciens mausolées islamiques dans la région de Palmyre, tombée dans leur escarcelle il y a un mois. Les jihadistes ont fait exploser il y a trois jours le mausolée de Mohammad Ben Ali, un descendant de la famille du cousin du prophète Ali Ben Abi Taleb, selon le directeur des Antiquités syriennes Maamoun Abdel Karim. Ce mausolée est situé dans une zone montagneuse à 4 km au nord de Palmyre. Il a ajouté l'EI avait également fait exploser un mausolée datant de plus de 500 ans. Les extrémistes ont détruit plus de 50 mausolées vieux de 100 à 200 ans dans les régions qu'ils contrôlent depuis plus d'un an dans le nord et l'est de la Syrie.


Lire aussi
« Si Daech n’existait pas, il aurait fallu l’inventer »

De combien de temps dispose encore Assad ?

Les forces kurdes, un groupe clé dans la lutte contre les jihadistes

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Rencontre de Scarlett HADDAD

Zasypkine : Il faut donner une chance au nouveau gouvernement

Commentaire de Anthony SAMRANI

La paix sans les Palestiniens

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants