X

Économie

Les transferts de la diaspora : un atout en danger ?

Capital

Le Forum francophone des affaires (FFA) a organisé, hier, un déjeuner-débat sur la contribution financière des émigrés libanais. À cette occasion, l'économiste Nassib Ghobril a mis en garde contre les facteurs risquant d'amoindrir l'impact de cet apport essentiel à l'économie libanaise.

11/06/2015

Plusieurs économistes, hommes d'affaires, banquiers et journalistes ont été réunis, hier, par le comité libanais du Forum francophone des affaires (FFA) autour d'un déjeuner-débat portant sur la contribution des émigrés à l'économie libanaise. « Il existe beaucoup de réalités, de potentiel, mais aussi d'illusions autour de la question d'émigration et de son apport », a résumé d'emblée Nassib Ghobril, directeur du département de recherche du groupe Byblos Bank et principal intervenant de la manifestation.

Recul en 2014
« Les transferts d'émigrés, qui représentent près de 15,4 % du PIB, ne sont que la partie visible de l'apport de la diaspora à l'économie », a ajouté Nassib Ghobril, passant en revue les données relatives à l'apport économique de la diaspora.
Parmi celles-ci, les transferts annuels ont augmenté de 6,1 milliards de dollars en moyenne entre 2005 et 2009 à 7,2 milliards entre 2010 et 2014. Une croissance qui décélère toutefois nettement, passant d'une moyenne annuelle de 11 % au cours de la première période à 1,9 % durant la seconde, a indiqué Nassib Ghobril. Une contraction de 8,5 % a même été notée en 2014.

En termes absolus, le Liban est le deuxième plus important destinataire de fonds parmi les pays émergents. Rapportés au PIB, ces transferts le classent au septième rang parmi les pays dont la richesse annuelle dépasse les 10 milliards de dollars. Représentant environ 1 642 dollars per capita, ils classent enfin le Liban au premier rang mondial par rapport au nombre de ses habitants, a ajouté Nassib Ghobril, citant la dernière étude de l'Observatoire universitaire de la réalité socioéconomique (Ours) de l'Université Saint-Joseph (USJ).
Selon lui, la libre circulation des capitaux, la solidité du système bancaire et la politique monétaire de stabilisation du taux de change ont été à l'origine de la croissance de ces transferts au cours des deux dernières décennies. « Mais il existe un autre facteur majeur qu'on oublie parfois de citer : la poursuite de l'émigration », a-t-il ajouté. Il s'appuie sur les résultats d'une autre enquête de l'Ours publiée en 2009, selon laquelle 466 000 Libanais auraient émigré entre 1992 et 2007, dont 77 % ont entre 18 et 35 ans.

« Diaspora imaginaire »
Reste que la taille de la diaspora est parfois exagérée tandis que la pérennité de son apport à l'économie locale est loin d'être acquise, a toutefois mis en garde Nassib Ghobril : « Selon certaines estimations, le nombre de Libanais vivant à l'étranger dépasse 11 millions, voire 14 millions d'âmes. Mais si nous nous référons aux résultats de l'étude de l'Ours selon lesquels le montant transféré par émigré s'élève à 5 720 dollars en moyenne, nous déduisons que seuls 1,4 million de personnes sont réellement encore en contact avec le Liban ; du moins sur le plan financier. »

En outre, le nombre d'émigrés, et par conséquent le volume de leurs remises, risquent de s'amenuiser avec les années, faute de stratégie et de vision gouvernementales pour entretenir ces flux, a-t-il prévenu. « Les transferts sont généralement au plus haut durant les trois à cinq premières années qui suivent l'expatriation, avant de reculer par la suite. » En parallèle, « les émigrés craignent de plus en plus d'être pris dans les filets du blanchiment d'argent et du terrorisme, ou d'être accusés d'évasion fiscale, avec l'émergence de nouveaux codes et structures, telle que la loi américaine Fatca et les mécanismes de surveillance mis en œuvre dans ce cadre », a-t-il ajouté.

Pour atténuer le risque de recul de cette manne essentielle pour l'économie libanaise, « l'État devrait prendre une série de mesures concrètes, et ne pas se limiter à des voyages et à des congrès largement médiatisés », a-t-il ironisé. « Dans une perspective de hausse prochaine des taux d'intérêt américains, il faudrait éviter d'augmenter l'impôt sur l'épargne bancaire, voire le réduire », a notamment préconisé l'économiste avant d'ajouter : « Le Parlement devrait, en parallèle, adopter les trois projets de lois qui traînent depuis trois ans sur la lutte contre les activités illicites, tandis que l'État devrait signer des accords portant sur la double imposition avec l'ensemble des pays de l'OCDE. »

« La dégradation de l'environnement des affaires au cours des dernières années a eu raison des investissements directs étrangers, lesquels ont reculé de 1,8 milliard de dollars en 2009 – soit 5 % du PIB d'alors –, à 104 millions en 2013, soit 0,2 % du PIB », a en outre déploré Nassib Ghobril, insistant sur la nécessité d'une amélioration rapide de la conjoncture politique et sécuritaire. Un autre levier majeur pour favoriser la croissance de ces transferts consisterait enfin à accorder un plus grand rôle politique aux émigrés : « Ce n'est pas en traitant la diaspora comme une caisse d'épargne que nous ferons avancer les choses. »

 

Pour mémoire
La « Lebanese Diaspora Energy » clôture ses travaux : vers la création d'un Conseil national des émigrés

« La diaspora est au cœur de notre diplomatie économique »

L'inertie politique est une menace pour l'économie libanaise, avertit le FMI

À la une

Retour à la page "Économie"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

SI LES DIVINS CONTINUENT SUR LEUR LANCÉE... SOUS ORDRES DE LA PERC(S)ÉE... ON RISQUE DE VOIR LES FLUX S'ÉPUISER.... MAIS, N'EST-CE PAS CE QU'ON CHERCHE DIVINEMENT POUR LA MAINMISE ???

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants