L’éditorial de Michel EDDÉ

29 mai

L’éditorial
Michel EDDÉ | OLJ
30/05/2015

Le mois de mai a toujours été pour les chrétiens d'Orient un mois néfaste. On avait coutume de dire : « Mois de fleurs, mois de pleurs. » On ne se mariait jamais en mai, mais jusqu'au 30 avril et à partir du 1er juin.

En effet, c'est le 29 mai 1453 que le dernier empereur Constantin XII Dragases a été tué les armes à la main à la porte Saint-Romain et que Constantinople est tombée entre les mains des Ottomans.

Fondée par l'empereur Constantin Ier le Grand en 324, Constantinople a été durant 1 129 ans la capitale de l'Empire romain d'Orient, considéré comme l'empire le plus long de l'histoire.

Les pays chrétiens d'Occident, en différend idéologique avec l'Empire d'Orient, n'avaient rien fait pour aider cet empire. Et même en 1204, les croisés en route pour la Terre sainte avaient occupé, saccagé et brûlé Constantinople, qui a été reconstruite par la suite.

À l'heure actuelle, les communautés chrétiennes en Irak et en Syrie en particulier, qui sont les premières de l'histoire, sont en voie d'être détruites par les terroristes islamistes. Mossoul, par exemple, a été la première ville chrétienne après Jérusalem et a été évangélisée par saint Pierre lui-même, saint Thomas et saint Bartholomée. Il y avait à Mossoul 7 cathédrales et 44 églises. Il n'en reste plus rien à l'heure actuelle.

L'Occident, de plus en plus déchristianisé, se contente de faire des vœux pieux et s'intéresse épisodiquement au sort des chrétiens d'Orient.

Seule l'Église, qui, après Jean XXIII et Paul VI, a eu trois papes exceptionnels – Jean-Paul II, Benoît XVI et surtout maintenant François –, mène une action sérieuse pour venir en aide aux déshérités et aux persécutés.

Il devient de plus en plus évident que dans les sociétés pluralistes et hétérogènes, l'expérience libanaise est la seule susceptible de protéger les minorités, chrétiennes en Orient et musulmanes en Occident.

Ce qu'il est convenu d'appeler le confessionnalisme politique en Orient et le communautarisme en Occident permet à toutes les minorités de participer au pouvoir et à la vie publique. Il y a encore, même au Liban, de nombreuses personnes qui continuent à réclamer l'abolition de ce confessionnalisme politique, ce qui conduit en fait et à court terme à la disparition du Liban.

Dans une société homogène, il est normal que la majorité gouverne et que la minorité soit dans l'oppostion en sachant que l'alternance est toujours assurée par les changements de la majorité à l'occasion des élections législatives. Mais dans une société pluraliste, les minorités demeurent exclues, à moins de dépendre de la majorité.

Il est temps pour protéger les dernières minorités chrétiennes de faire adopter par les pays d'Orient un système identique au système libanais, de même que les pays d'Occident doivent adopter le même système pour éviter des conflits de plus en plus graves avec leur minorité musulmane.

Même dans les pays musulmans comme l'Irak et le Yémen où coexistent des sunnites et des chiites, la formule libanaise doit être adoptée pour mettre un terme à des conflits interminables.

Michel EDDÉ

À la une

Retour à la page "L'édito"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

La "formule" libanaise ? Plusieurs négations ne forment pas une nation !

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

OUI... MAIS... PARDON... MAUVAISE COMPARAISON, CHER MONSIEUR, CAR LE SYSTÈME CONSENSUEL LIBANAIS EST BON UNIQUEMENT AU MOYEN ORIENT Où LES CHRÉTIENS VIVENT DANS LEURS PAYS D'ORIGINE... DE LEURS GRANDS PÈRES ET LEURS BERCEAUX... TANDIS QUE LES MUSULMANS D'OCCIDENT VIVENT DANS DES PAYS QUI NE SONT NI LEURS PAYS D'ORIGINE ET NI LEURS BERCEAUX !!!

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

"La formule libanaise doit être adoptée pour mettre un terme à des conflits interminables.". Disons que la formule suisse serait plus appropriée, étant plus clair, nette et précise !

Halim Abou Chacra

Dernier mot de l'éditorial de M Eddé : une petite erreur de frappe sur la clavier. Veuillez voir.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Pour ou contre les manifestations, la position mitigée du Hezbollah

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants