Moyen Orient et Monde

Les militants du PS se prononcent aujourd’hui sur les prochaines orientations du parti

France
21/05/2015

Les militants et militantes du Parti socialiste français sont appelés à se prononcer aujourd'hui, jeudi, par vote, sur l'une des quatre motions (ou programme politique) visant à déterminer la meilleure orientation, à leurs yeux, qui devrait définir la politique du PS au cours des mois et années à venir. Les quatre motions reflètent les programmes prônés par les différents courants du parti. Elles portent essentiellement sur des questions en rapport avec la politique et les grandes orientations économiques socialistes ainsi que la ligne de conduite qui devrait être suivie au cours de la prochaine étape afin de permettre au PS de remonter la pente à l'approche des échéances électorales qui pointent à l'horizon.
Le premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis, a présenté la « motion A » au nom du courant du parti qui a choisi pour nom, ou leitmotiv, « Le Renouveau socialiste ». M. Cambadélis a également présenté le dispositif pratique de sa motion qui est en lice, avec les trois autres, pour le congrès du PS qui se tiendra à Poitiers du 5 au 7 juin prochain. La « motion A » représente diverses sensibilités au sein du parti, conduites notamment par les partisans du président François Hollande, du Premier ministre Manuel Valls et de l'ancien Premier secrétaire du PS, Mme Martine Aubry.
Après avoir fait la synthèse entre ces différentes sensibilités dans le texte de sa motion « Le Renouveau socialiste », Jean-Christophe Cambadélis s'est rapidement attelé à réunir les diverses composantes du PS dans une équipe de campagne qui a pour objectif « de faire émerger une nouvelle génération » de cadres socialistes, souligne le Premier secrétaire. Dévoilé mardi dernier, le dispositif en question du « Renouveau socialiste » comprend deux coordinateurs de campagne : le député de Seine-Maritime et « numéro deux » du PS Guillaume Bachelay ainsi que le député de la Haute-Garonne, Christophe Borgel, souvent qualifié de « Monsieur élections » du parti.
Ces deux personnalités-clefs du dispositif dirigeront un groupe de 26 porte-parole âgés de 33 à 54 ans incarnant les nombreux courants internes. À charge pour eux d'animer les réunions de présentation des motions dans chaque fédération socialiste et de « porter la bataille » interne, comme le souligne Jean-Christophe Cambadélis. Parmi ces porte-parole, des proches de Martine Aubry, à l'instar notamment du député de l'Ardèche Olivier Dussopt, et le président du conseil départemental de Meurthe-et-Moselle, Mathieu Klein.
À la droite du parti, le pôle des réformateurs est lui aussi présent dans l'équipe par l'intermédiaire du député de Paris Christophe Caresche.
D'autres porte-parole, qui font partie de la direction du PS (gouvernement du parti), incarnent en outre l'esprit de renouveau, tels que, notamment, Rita Maalouf (d'origine libanaise). Reflétant son approche illustrée dans la « motion A » et le mécanisme pratique qu'il a mis en place, Jean-Christophe Cambadélis a déclaré : « J'ai besoin dans cette motion de faire émerger de nouvelles têtes... »

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué