X

Liban

Redescendre du Qalamoun

La situation
Élie FAYAD | OLJ
09/05/2015

Pour nombre de commentateurs locaux, la scène politique libanaise est littéralement tétanisée ces jours derniers par le déclenchement de la bataille tant annoncée du Qalamoun syrien, aux confins de l'Anti-Liban.
Qu'on ne s'attende à rien de substantiel sur n'importe quel volet de la vie institutionnelle et politique tant que durera cette bataille, disent ces observateurs. Peut-être. Mais une question vient tout de même aussitôt à l'esprit : qu'est-ce qui a donc changé ? Pour ne pas remonter au Déluge, voilà à peu près un an que la présidence de la République est vacante, que le pouvoir législatif végète, victime d'incessantes querelles sur le caractère « nécessaire » ou pas des textes qui lui sont présentés, et que le gouvernement a, de façon très réaliste, rangé de côté toute aspiration à aller au-delà du minimum syndical dans son action.

Qu'apporte donc au Liban ce Qalamoun bis que le premier Qalamoun et les autres escapades dans l'enfer syrien n'aient déjà importé ? À vrai dire, sur le plan strictement politique, pas grand-chose. Le blocage de l'élection présidentielle est appelé à se poursuivre indéfiniment, les désaccords sur les grands dossiers nationaux resteront gelés, le « petit » dialogue en cours entre le Futur et le Hezbollah survivra vaille que vaille, et ainsi de suite. Et puis l'on continuera à remplir les pointillés avec toutes sortes de campagnes distrayantes (quoique importantes), comme celle du nouveau code de la route ou encore celle pour l'amélioration de l'hygiène alimentaire.

En fait, géopolitiquement parlant, l'enjeu central chez les Libanais est toujours le même. Il n'a pas changé depuis quatre ans. Pour les uns, il faut attendre que Bachar el-Assad tombe avant de toucher à quoi que ce soit d'essentiel, et, pour les autres, il faut patienter jusqu'à ce que le même Bachar el-Assad triomphe.
L'une après l'autre, les institutions libanaises se sont retrouvées prisonnières de cette impossible équation. Conscientes de cet état de fait, les composantes politiques du pays assument parfaitement l'option attentiste qui en découle. Toutes le font, sans exception, celles qui veulent bien l'admettre comme celles qui jouent à la vierge effarouchée.


(Lire aussi : Qalamoun : le Hezbollah se contentera d'un grignotage... prolongé)



Et sur le plan sécuritaire ? On serait tenté de croire qu'à l'instar de ce qui s'était produit en 2014, après la prise de la ville de Yabroud par le régime syrien, les combats sur les hauteurs syriennes de l'Anti-Liban ne peuvent que déborder d'une façon ou d'une autre de ce côté-ci de la frontière, notamment à travers la « brèche » de Ersal.
La participation du Hezbollah à la bataille favorise bien sûr ce débordement, non seulement parce qu'elle fait des localités chiites de la Békaa-Nord des cibles naturelles des rebelles syriens, mais aussi et surtout parce que le parti de Dieu fait abstraction totale de la frontière libano-syrienne à la fois pour des raisons militaires et politiques : les premières parce que ses arrières et sa base populaire se trouvent au Liban, les secondes parce qu'il entend démontrer que l'armée libanaise, la République islamique d'Iran, le régime de Bachar el-Assad et lui-même mènent tous un seul combat.

C'est loin d'être le cas. Même si la troupe ne s'est pas prononcée officiellement et de façon explicite sur les affrontements qui se déroulent du côté syrien de la frontière, plusieurs organes de presse se sont fait l'écho hier de responsables militaires libanais parlant sous le couvert de l'anonymat et disant tous à peu près la même chose : à savoir que l'armée n'est en aucun cas concernée par les batailles entre factions syriennes, seulement par la défense de ses positions et du territoire libanais.


(Lire aussi : Qaa et Ras Baalbeck refusent de céder à la peur)



Toujours est-il que nonobstant l'issue de la confrontation en cours dans le Qalamoun, on ne croit pas, dans certains milieux sécuritaires au Liban, et non des moindres, qu'elle aurait de graves retombées sur la scène locale. Cela ne signifie pas pour autant que des incidents de moindre importance ne sont pas à craindre, mais simplement que la stabilité globale du pays, qui, d'ailleurs, résiste depuis des années aux terribles tempêtes de la région, n'est guère en danger.

Cela étant dit, il reste à clarifier deux points qui, en fait, se rejoignent : en premier lieu, il semble qu'à ce stade, le bruit fait autour de la bataille est plus amplifié que ne le sont les combats eux-mêmes. Secundo, les analystes de la région voient dans ce nouvel engagement plus une parade politique de la part du régime syrien et de ses alliés qu'une véritable offensive militaire à but stratégique.
La routine, quasiment...

 

Lire aussi
Halte à la triche, l’éditorial de Issa Goraieb

Le Qalamoun, entre les « bombes sonores » et le bruit des combats, le décryptage de Scarlett Haddad

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

FAHD Albert

Analyse de la Situation excellente
Vivant a l Etranger qui aurait put me dire qu elle Puissance Etrangere qui a secouru le Pauvre LIBAN avec les invasions Israeliennes
S ils sont si attaches a leur Chef qu il aille vivre chez Eux
Le Pauvre LIBAN n a t il pas deja trop souffert pourquoi le peuple doit toujours Payes
Qu elle crime nous avons commis ?
Combien de temps resterons nous sans PRESIDENT ?
Albert F A H D

C.K

Redescendre sur terre, SURTOUT!

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

VOILÀ UN BON EXEMPLE D'ANALYSE DE LA SITUATION... D'AILLEURS LE TITRE EST BIEN CHOISI... C.A.D. DE LA DONNE... ET QUI LAISSE AUX LECTEURS LA LIBERTÉ D'EN TIRER LES CONCLUSIONS PAR EUX-MÊMES !

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Cette période Malsaine en 8 est caractérisée non par l'exploitation de fait mais de principe et en théorie de la "victoire" bidon de l’hassine et de l’aSSadiot bääSSdiotiste, non par les décisions de leur nulle et catastrophique chevauchée à dos d’ânes et de mulets à travers les monts anti-libanais mais par l'exposé des motifs de ces décisions ; non par la chose, mais par la phrase, non par la phrase, mais par l'accent banal et le geste machinal qui animent cette bête phrase ! L'expression impudente, sans aucun ménagement, des opinions bääSSyriennes et fakîhàriennes, les insultes d'une distinction méprisante contre notre Grand-Liban pluraliste, la divulgation par coquetterie frivole des projets d’établissement d’une wilâïyâh Per(s)cée et persique méditerranéenne et levantine dans ce pays ; en un mot, la violation fanfaronne des convenances traditionnelles démocratiques libanaises, donnent à cette période néfaste et funeste sa tonalité et sa couleur particulières ! "Vive la Révolution du Cèdre" fut le cri de bataille et de gloire des vaincus Sains du 14 Mars. Les vaincus-vainqueurs Malsains cancres-huitards sont donc, eux, déliés de l'hypocrisie du langage traditionnel libertaire libanais. Cette sale réaction Martienne en 8 soumet actuellement le pays, et l'on croit revoir déjà le fakihodio-bääSSdiotisme, yîîîh, réinstallé à nouveau pour de bon à Bääbdâ(h)-Palais en théorie et en principe inoccupé ; yâ hassértéééh !

Halim Abou Chacra

"La politique libanaise est (et sera) littéralement tétanisée" par la grande anomalie de l'existence d'une force politique et militaire interne, qui est le bras d'une puissance étrangère, qui fait fi de l'Etat libanais et qui, sous les ordres de cette puissance étrangère, fait des guerres "là où elle juge qu'elle doit le faire", comme ne cesse de le répéter son chef avec la plus grande arrogance. Sans cette force politique et militaire interne, aucune autre anomalie ne serait possible, y compris et surtout l'anomalie majeure et monstre du blocage de l'élection d'un président par un seul homme qui s'est lié à cette force et dont le blocage est en faveur de son ambition personnelle déraisonnable.

Bery tus

Merci pour ces éclaircissement, grandement apprecier et remets les pendules a l'heure juste !!

Dernières infos

Les signatures du jour

L’édito de Ziyad MAKHOUL

L’apartheid du Hezbollah

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Soutenez notre indépendance!