Rechercher
Rechercher

Une page se tourne

Il arrive un moment dans la vie où l'idée du départ s'impose, où la nécessité du passage « à autre chose » devient une évidence. Ce moment est arrivé et cette chronique du lundi en est en quelque sorte l'annonce, celle d'une parenthèse qui se ferme et d'une autre qui s'ouvre sur une vie renouvelée.
Cinquante ans plus tard, arrive le temps d'un repos bien mérité, le temps des heures qui s'égrènent dans la sérénité loin des turbulences d'une actualité angoissante, d'un miracle chaque jour recommencé, celui de la parution du journal.
Cinquante ans qui ont vu le Liban imploser puis ressusciter, plonger dans la discorde civile, dans les grandes et petites guerres, vivre l'horreur des occupations « fraternelles » ou ennemies, se libérer dans la ferveur et l'enthousiasme puis perdre son autonomie de décision.
Cinquante années dont les dernières ont été vécues aux heures les plus tragiques ou les plus grisantes de l'histoire du Liban : assassinat de Rafic Hariri, révolution du 14 mars, retrait de l'armée syrienne, invasion israélienne de juillet 2006 et un État de droit sans cesse bafoué, sans cesse réduit à sa plus simple expression. Mais toujours, quand même, l'espoir d'une résurrection, celui que L'Orient-Le Jour n'a pas arrêté d'accompagner, d'entretenir au fil des jours les plus difficiles, et dont j'ai eu la chance d'être autant le témoin que l'artisan.
Cinquante ans plus tard, c'est la chronique d'une vie professionnelle qui s'achève : celle d'un démarrage exaltant en 1965, d'une progression galvanisante dans les divers départements, notamment à la tête du service international, jusqu'à la rédaction en chef dont j'ai eu le privilège d'assumer la fonction pendant onze ans, entouré d'une magnifique équipe qui restera à jamais présente dans mon cœur et dans ma mémoire.
La chronique du lundi, elle, celle de l'espérance et du doute, des grandes colères et des instants de bonheur, m'a permis de rester en contact direct avec le lectorat, d'en saisir le pouls et les attentes et de lui transmettre bien souvent les interrogations qui me tenaillaient.
Une page se ferme donc, une autre s'ouvre, celle de la sérénité et du retour à soi. Merci chers lecteurs de votre accompagnement et de votre fidélité, et bonne chance à la nouvelle équipe dirigeante, celle de la relève, celle qui permettra à la grande aventure de se poursuivre avec encore plus d'engagement et de dynamisme.

Il arrive un moment dans la vie où l'idée du départ s'impose, où la nécessité du passage « à autre chose » devient une évidence. Ce moment est arrivé et cette chronique du lundi en est en quelque sorte l'annonce, celle d'une parenthèse qui se ferme et d'une autre qui s'ouvre sur une vie renouvelée.Cinquante ans plus tard, arrive le temps d'un repos bien mérité, le temps des...
commentaires (18)

M. Aoun, permettez-moi de resumer la pensee de la majorite de vos lecteurs en quotant ces mots: Après toutes ces années au boulot investies Le travail accompli et les journées bien remplies Tout cela est fini, voici venue l’heure de la retraite Ta carrière se termine et chacun déjà te regrette Ainsi va la vie professionnelle, un jour tout se finit Ainsi va l’existence, nous te disons au revoir cher ami Permettez-moi de stresser sur le “..et chacun deja te regrette” Tellement vrai.. Nos meilleurs souhaits tres cher M. Aoun..

Fady Challita

00 h 52, le 25 février 2015

Tous les commentaires

Commentaires (18)

  • M. Aoun, permettez-moi de resumer la pensee de la majorite de vos lecteurs en quotant ces mots: Après toutes ces années au boulot investies Le travail accompli et les journées bien remplies Tout cela est fini, voici venue l’heure de la retraite Ta carrière se termine et chacun déjà te regrette Ainsi va la vie professionnelle, un jour tout se finit Ainsi va l’existence, nous te disons au revoir cher ami Permettez-moi de stresser sur le “..et chacun deja te regrette” Tellement vrai.. Nos meilleurs souhaits tres cher M. Aoun..

    Fady Challita

    00 h 52, le 25 février 2015

  • Bonne continuation Cher M. Aoun, et que les vents vous soient favorables. Mais la fin n’est pas véritablement une fin, elle est plutot le début d’une autre aventure, d’un nouveau depart, d’un recommencement. Beaucoup de réussites et d'épanouissement dans votre nouvelle aventure InchAllah. A l’heure de votre départ que votre cœur soit léger et plein d’espérance. Vous nous avez tant donné M. Aoun, votre expérience au journal est une belle réussite dont vous pouvez être très fier!! En tout cas moi suis tres fier de vous avoir connu -ou du moins d’avoir partage vos points de vue et votre vision de la vie polique libanaise.

    Fady Challita

    01 h 01, le 24 février 2015

  • Oui mr.aoun une page se tourne ! Lectrice assidue de l orient, vos analyses et points de vues vont a nous tous nous manquer. Bon repos tres merite car au liban, votre metier n est pas exerce comme dans beaucoup d autre pays et vous tous journalistes avez beaucoup de merites. Bravo.r.waegell - geneve

    Kelotamam

    21 h 45, le 23 février 2015

  • Je vous souhaite une retraite pleine de serenite de retour en soi...triste surprise mais vous merite une autre porte qui s'ouvre dans la joie et la paix interieure..

    Soeur Yvette

    15 h 54, le 23 février 2015

  • J'espere que vous ouvrez une belle page pleine de joie, de bonne sante et de serenite M. Aoun. Je vous souhaite une retraite heureuse et tranquille...

    Michele Aoun

    13 h 29, le 23 février 2015

  • Tristement surpris, M Aoun. Vous allez nous manquer énormément. En tout cas, souhaits de santé et de bonheur. Toujours, toujours Inchallah !

    Halim Abou Chacra

    12 h 59, le 23 février 2015

  • Merci pour la diversité... Bonne route

    HADDAD Fouad

    12 h 51, le 23 février 2015

  • Un départ est toujours difficile, d'une maison à une autre, d'un village à un autre, d'une pays à un autre, d'une vie active à une autre non moins active. Il faut savoir s'arrêter pour vivre autre chose. Je vous le souhaite dans notre éternelle Patrie.

    Un Libanais

    12 h 30, le 23 février 2015

  • Vous avez une bonne bouille Mr Aoun , je ne partageais pas vos avis sur les questions que je jugeais essentielles , j'étais parfois publié et d'autres fois censuré , quand l'heure de la retraite a sonné , faut pas insister , la vie après le boulot existe bien et mérite d'être vécu dans la paix et le calme , vous ne serez jamais complètement décroché des actualités , et votre apport se fera ressentir dans la suite des évènements qui eux , ni ne chôment ni ne connaissent de retraite , et qui nous survivront à tous ! pour une dernière fois serais je publié?

    FRIK-A-FRAK

    11 h 28, le 23 février 2015

  • Bonne route et merci

    Beauchard Jacques

    11 h 09, le 23 février 2015

  • Merci Monsieur Aoun pour votre implication dans le droit à l'information et dans votre combat pour la diversité. La nouvelle page de votre journal sera, je vous le souhaite, le début d'une très belle histoire

    Olivier Georges

    10 h 57, le 23 février 2015

  • Merci !

    Remy Martin

    10 h 31, le 23 février 2015

  • BONNE CHANCE ! ESPÉFRONS QUE LA PAGE SE TOURNE... MAIS NE TOURNE PAS !!!

    LA LIBRE EXPRESSION

    10 h 28, le 23 février 2015

  • Cher Monsieur Aoun, Sachez vous aussi que vous allez laisser un grand vide dans le lectorat de cet honorable journal. Modeste et discret vous avez été néammoins toujours très présent, vous avez été un grand journaliste, car vous avez toujours informé vos concitoyens avec courage, objectivité et sagesse sur tous les sujets qui ont habité votre longue carrière. Merci de votre soutien et votre encouragement sur des sujets d'intérêt national, bonne chance et bonne route l'ami!

    Salim Dahdah

    08 h 51, le 23 février 2015

  • Merci et bonne retraite...avec l'espoir de vous lire de temps en temps dans le courriers du lecteur....

    Houri Ziad

    08 h 49, le 23 février 2015

  • Vous nous manquerez Mr. Aoun.....

    Le Herisson

    07 h 48, le 23 février 2015

  • Bonne continuation à Monsieur Nagib Aoun.

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    07 h 44, le 23 février 2015

  • dommage vous auriez pu continuer un peu, mais oui il faut savoir garer la voiture et profiter de ce que la vie a a nous offrir apres avoir passer 50 ans ... vous allez nous manquer, avec vos articles qui nous ont bcp appris !! en esperant que la nouvelles direction change pas la direction du journal lol

    Bery tus

    03 h 07, le 23 février 2015

Retour en haut