Rechercher
Rechercher

Liban

Ils ont dit – à propos de Rafic Hariri...

Le lieu de l’attentat, devant le Saint Georges, devenu la place Rafic Hariri. Photo Sami Ayad

- Tammam Salam, Premier ministre : « Il avait confiance en l'État et il était le parangon de l'antifondamentaliste. »

- Nagib Mikati, ancien PM, député du Liban-Nord : « Année après année, nous ressentons le poids de son absence, que les grands laissent un vide qu'il est difficile de remplir. »

- Le cheikh Abdellatif Deriane, mufti de la République : « En nous souvenant de lui, notre détermination à réaliser de grands projets et à s'arc-bouter sur l'État décuple. »

- Nazek Hariri, veuve de l'ex-Premier ministre assassiné : « Marchons dans ses pas, sanctuarisons la scène locale libanaise, renforçons notre solidarité et notre unité... »

- Achraf Rifi, ministre de la Justice : « Nous ne céderons pas, quelle que soit l'ampleur du terrorisme : le Tribunal spécial pour le Liban signera l'avènement de la justice. »

- Ramzi Jreige, ministre de l'Information : « Seule la justice peut garantir la stabilité définitive de la nation. »

- Rachid Derbas, ministre des Affaires sociales : « Il nous manque, à chaque fois que l'on tombe dans une ornière politique dont il nous aurait sortis... »

- Marwan Hamadé, député du Chouf : « Saad Hariri gardera ses pas dans ceux de son père... »
- Atef Majdalani,
député de Beyrouth :
« Nous résistons et nous combattons pour que ta façon de faire perdure, pour ton rêve d'un Liban souverain, libre, indépendant... »

- Nidal Tohmé, député du Liban-Nord : « C'est un homme comme nous n'en verrons plus dans l'histoire contemporaine du pays. »

- Le Parti national libéral, présidé par Dory Chamoun, député du Chouf : « Nous n'oublierons pas que son assassinat a accouché de la révolution du Cèdre, transcommunautaire et qui a réuni toutes les régions du Liban. »

- Le cheikh Naïm Hassan, cheikh Akl : « Le Liban a urgemment besoin de valeurs telles que la modération et le dialogue. »

- L'uléma chiite, sayyed Ali Fadlallah : « La commémoration de son assassinat nous rappelle à quel point il tenait au dialogue, à ce que le Liban soit fort face à l'ennemi. »

- David Hale, ambassadeur des États-Unis au Liban : « Un être humain exceptionnel, ouvert, qui a partagé son savoir avec des générations entières, un visionnaire quand on parle de prospérité, de réussite, de stabilité. »


- Tammam Salam, Premier ministre : « Il avait confiance en l'État et il était le parangon de l'antifondamentaliste. »
- Nagib Mikati, ancien PM, député du Liban-Nord : « Année après année, nous ressentons le poids de son absence, que les grands laissent un vide qu'il est difficile de remplir. »
- Le cheikh Abdellatif Deriane, mufti de la République : « En nous souvenant de lui,...

commentaires (3)

Un triste anniversaire . Le Liban a du mal a s'en remettre . La verite sera faite et babayahou et ses 40 voleurs le payeront .

FRIK-A-FRAK

19 h 54, le 14 février 2015

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • Un triste anniversaire . Le Liban a du mal a s'en remettre . La verite sera faite et babayahou et ses 40 voleurs le payeront .

    FRIK-A-FRAK

    19 h 54, le 14 février 2015

  • UN GÉANT ! TUÉ PAR LA HAINE DES LILLIPUTIENS...

    PRET A SOUTENIR L,OLJ SANS L,HUMILIANTE CENSURE.

    08 h 40, le 14 février 2015

  • Que DIEU Es son Ame Si au moins sa mort pouvait aider certains de nos Politiciens a Pensee a notre si beau Pays et faire une Politique pour le bien de sa Population et non une politique pour le bien de Pays Tiers Fils d un Emigre Albert FAHD

    FAHD Albert

    04 h 02, le 14 février 2015

Retour en haut