X

Économie

Energy 24, une solution pour réduire la facture électrique des Libanais

Liban - Électricité

Le projet Energy 24 propose un système de stockage d'énergie électrique permettant aux Libanais de se prémunir des désagréments liés aux coupures de courant tout en réalisant de substantielles économies.

09/01/2015

Antoine Saab et Nadia Moussouni ont remporté, en novembre dernier, le premier prix de l'édition 2014 de la Startup Cup du programme Bader pour les jeunes entrepreneurs, et une partie (non communiquée) des 67 000 dollars promis aux primés. La croissance commerciale fulgurante de leur système de stockage d'énergie électrique, baptisé Energy 24, est ainsi récompensée. Ce produit répond à l'une des principales préoccupations des Libanais : l'économie d'énergie. Développé depuis deux ans par leur société Sharp Minds, il permet de stocker l'électricité dans des batteries spéciales afin de la réutiliser durant les périodes de rationnement et, in fine, réduire de 50 à 70 % la facture énergétique des utilisateurs.
Tout commence en 2011, lorsque, de retour au Liban après des années d'expérience en ingénierie électrique au Canada, Antoine Saab entrevoit un formidable marché potentiel dans la pénurie d'électricité et l'obligation pour la plupart des Libanais d'avoir recours au secteur informel pour répondre à leurs besoins. « Avec ce système de double facturation, les Libanais doivent payer des montants faramineux pour avoir le courant électrique 24h/24 : les propriétaires de générateur facturent le kilowatt-heure entre 1 200 et 1 800 LL, soit 12 à 18 fois le prix pratiqué par Électricité du Liban. Je me suis dit qu'un système de stockage améliorant le principe des alimentations sans interruption (UPS en anglais) pourrait offrir les mêmes garanties en termes de fourniture que les générateurs tout en réduisant substantiellement la facture énergétique globale », raconte-t-il.

 

(Pour mémoire : Électricité de Zahlé : un projet de réhabilitation sur le point d'aboutir)

 

Près de quatre fois moins cher que les générateurs
Il décide alors de s'associer à Nadia Moussouni et investit 250 000 dollars de ses deniers personnels dans la conception du projet Energy 24. Deux ans de recherches et de développement plus tard, les premiers exemplaires de ses unités de stockage, fabriquées au Liban et au Canada, sont commercialisés auprès des particuliers et des professionnels intéressés. « Après une première phase d'évaluation de ses besoins en fonction de son usage et des heures de rationnement électrique liées à sa localisation, le consommateur peut choisir parmi les différentes offres proposées à la vente ou à la location. L'installation des équipements se fait en moyenne dans les deux mois qui suivent la signature du contrat. Sur la soixantaine de projets pilotes que nous avons lancés sur tout le pays, c'est pour l'instant les forfaits locatifs qui sont privilégiés », explique Nadia Moussouni. Moyennant un engagement contractuel de deux ans et 450 dollars de frais d'installation pour les petits modèles, le consommateur choisit un forfait mensuel selon l'intensité des appareils choisis. Cette dernière varie de 27 ampères-heure (Ah) – permettant de fournir une autonomie de quatre heures à une habitation située au centre de Beyrouth – à trois fois 1 200 Ah pour une batterie industrielle triphasée assurant environ 12 heures d'autonomie, soit la durée de rationnement dans les zones les plus isolées. Et les perspectives d'amortissement sont plutôt prometteuses : la tranche de 5 Ah est facturée entre 15 et 35 dollars par mois en moyenne, contre 60 à 150 dollars pour les générateurs de quartier. À l'achat, le prix des mêmes appareils oscille lui entre 4 000 dollars et plusieurs dizaines de milliers de dollars pour les modèles industriels. "Ce qui suppose un amortissement en cinq ans en moyenne", avance Nadia Moussouni. Si le duo ne communique pas le chiffre d'affaires réalisé depuis le lancement, il assure ne pas avoir encore franchi le seuil de rentabilité.
Se limitant pour l'instant exclusivement au marché libanais, les fondateurs de Energy 24 ont entamé des négociations avec des investisseurs libanais en capital-risque pour une première levée de fonds dont ni le calendrier ni les montants n'ont été déterminés.

 

Lire aussi
Une année noire pour Électricité du Liban

Baisse du prix du carburant : quel impact sur les tarifs des générateurs ?

 

À la une

Retour à la page "Économie"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Georges MELKI

Pas de quoi! C'est la déformation professionelle...

L'Orient-Le Jour

Cher monsieur Melki,
Merci pour votre vigilance: les corrections à ces erreurs regrettables ont été apportées.

Georges MELKI

Quelques remarques s'imposent: tout d'abord, il ne s'agit pas de kilowatt/heure(comme par exemple km/h pour la vitesse), mais de kilowatt.heure: c'est l'énergie fournie pendant une heure par une source ayant une puissance de 1 kilowatt. Ensuite, 27 ampères et 1200 ampères sont également tronqués: il s'agit de l'unité de quantité d'électricité "ampère.heure", soit la quantité fournie pendant une heure par une batterie alimentant un circuit avec une intensité d'un ampère.
Au fait, quel est l'adresse de ce couple sympathique? Pas étonnant qu'ils n'ait pas encore franchi le seuil de rentabilité! Publicité, les amis...

Dernières infos

Les signatures du jour

Ziyad MAKHOUL

L’édito de Ziyad MAKHOUL

L’inquiétant ADN d’un ministre libanais

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué