Rechercher
Rechercher

À La Une - France

Charlie Hebdo cible d'une attaque sans précédent : 12 tués en plein coeur de Paris

Selon des témoins, les auteurs de la fusillade ont crié "nous avons vengé le prophète!" avant de réussir à prendre la fuite dans Paris.

Devant les bureaux de Charlie Hebdo, cible d'une attaque violente, les pompiers évacuent un blessé, le 7 janvier 2015. REUTERS/Jacky Naegelen

Un attentat sans précédent perpétré à Paris dans les locaux de l'hebdomadaire satirique Charlie Hebdo par des hommes cagoulés et lourdement armés a fait au moins douze morts, mercredi en fin de matinée, bilan le plus meurtrier d'un attentat depuis au moins 40 ans en France.


François Hollande, qui s'est rapidement rendu sur place, a déclaré qu'il s'agissait d'"un attentat terroriste, ça ne fait pas de doute". Il s'adressera au pays à 20H depuis l'Elysée. Selon des témoins, les agresseurs ont crié "nous avons vengé le prophète!", a affirmé une source policière.

 

(Voir : L'attaque contre Charlie Hebdo vue du toit)

 

Charb, Cabu, Tignous et Wolinski tués

Parmi ces douze morts, figurent deux policiers, a précisé le parquet de Paris. L'un d'entre eux, tué dans les locaux, assurait la protection du dessinateur Charb (le dessinateur et directeur de la publication, NDLR), a précisé une source proche de l'enquête. Figurent aussi parmi les tués les dessinateurs Charb, Cabu, Tignous et Wolinski, a annoncé à l'AFP le parquet. Cette annonce résulte d'une identification faite sur place par un survivant, a précisé le parquet.

 

Le président de la République a précisé que quatre autres personnes étaient grièvement blessées et "dans une situation d'urgence absolue". Selon le Parquet il y aurait au moins trois autres blessés.

Quelques heures après le drame, le ministre français de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a indiqué que "trois criminels" sont à l'origine de l'attaque. Tout est mis en oeuvre pour "neutraliser le plus rapidement possible les trois criminels qui ont été à l'origine de cet acte barbare", a déclaré le ministre, à l'issue d'une réunion de crise à l'Elysée.


François Hollande a dénoncé un "acte d'une exceptionnelle barbarie". Le plan Vigipirate a été relevé à "alerte attentats", le niveau le plus élevé, dans toute l'Ile-de-France, a annoncé Matignon. Une réunion ministérielle était prévue à 14H00 à l'Elysée. Le rectorat a par ailleurs annoncé la suspension jusqu'à nouvel ordre des sorties scolaires à Paris et des activités en dehors des établissements.

 

Face à face entre des hommes armés et la police, près des bureaux de Charlie hebdo. AFP PHOTO / ANNE GELBARD

 

"Corps à terre, mares de sang"
"Vers 11h30, deux hommes, armés d'une kalachnikov et d'un lance-roquette, ont fait irruption" au siège du journal satirique dans l'est parisien. Un échange de feu a eu lieu avec les forces de l'ordre", a décrit une source proche de l'enquête. En quittant les lieux, les deux agresseurs ont blessé par balle un policier. Ils ont ensuite pris la fuite en voiture, braqué un automobiliste porte de Pantin et percuté un piéton.


"Je pense qu'il y a des victimes", avait déclaré juste après par téléphone à l'AFP le dessinateur Renaud Luzier, dit Luz, visiblement paniqué.

 

(Lire aussi : Charlie Hebdo : Les précédentes actions violentes contre des médias en France)


Un journaliste qui travaille dans des locaux en face de Charlie Hebdo a décrit sur iTELE "des corps à terre, des mares de sang, des blessés très graves". "Les gens de Charlie Hebdo sont venus s'asseoir dans nos locaux pour être un peu au calme", a-t-il raconté.
"J'ai entendu des coups de feu, j'ai vu des gars cagoulés qui sont partis en voiture. Ils étaient au moins cinq", a déclaré à l'AFP Michel Goldenberg, qui a son bureau dans la même rue que Charlie Hebdo, la rue Nicolas Appert.
Un autre voisin, Bruno Leveillé, a raconté à l'AFP avoir entendu "à 11h30 pile, une trentaine de coups de feu pendant une dizaine de minutes". Selon un témoin auditif, employé du théâtre situé derrière le siège de l'hebdo, "c'était fort, répété, très impressionnant, on a eu peur".
Dans un atelier voisin, une dizaine d'employés se sont réfugiés dans une pièce. "Il y a eu plusieurs tirs, des échanges avec les policiers", témoigne l'un d'eux, indiquant que les policiers du commissariat à proximité sont arrivés très vite.

 

(Pour mémoire : Charlie Hebdo publie une BD "halal" sur la vie de Mahomet)


Sans qu'on sache s'il y a un lien avec cette attaque, Charlie Hebdo a fait la Une de son dernier numéro paru ce mercredi avec "les prédictions du mage Houellebecq: en 2015 je perds mes dents... En 2022 je fais Ramadan!". Le livre de l'écrivain controversé paru mercredi, "Soumission", prédit l'arrivée au pouvoir d'un parti musulman en 2022.

 

L'hebdomadaire satirique a été menacé à de nombreuses reprises depuis la publication de caricatures de Mahomet en 2006. L'avocat de l'hebdomadaire, Richard Malka, a précisé sur iTELE que Charlie Hebdo "faisait l'objet d'une protection policière depuis l'affaire des caricatures de Mahomet et jusqu'à aujourd'hui. Charb était protégé par le service de protection des personnalités. Les menaces étaient constantes. C'est effrayant". En novembre 2011, le siège de Charlie avait été détruit dans un incendie criminel, déjà qualifié d'"attentat" par le gouvernement de l'époque. En 2013, un jeune homme de 24 ans avait été condamné à de la prison avec sursis pour avoir appelé sur internet à décapiter le directeur de Charlie Hebdo après la publication de caricatures de Mahomet.


La brigade criminelle de la police judiciaire parisienne et la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) ont été chargées de l'enquête. Celle-ci est ouverte par la section antiterroriste du parquet de Paris des chefs d'"assassinats en lien avec une entreprise terroriste", "tentatives d'assassinats en lien avec une entreprise terroriste", "association de malfaiteurs en lien avec une entreprise terroriste", "vol avec arme en relation avec une entreprise terroriste", a précisé le parquet.

 

Claude Bartolone, président socialiste de l'Assemblée nationale française a dénoncé une "horreur absolue après l'attaque de Charlie Hebdo", une condamnation reprise aussi par des membres de l'opposition de droite.

 

Lire aussi

« C'est le grand prêtre de l'humour qui disparaît »...


Un attentat sans précédent perpétré à Paris dans les locaux de l'hebdomadaire satirique Charlie Hebdo par des hommes cagoulés et lourdement armés a fait au moins douze morts, mercredi en fin de matinée, bilan le plus meurtrier d'un attentat depuis au moins 40 ans en France.
François Hollande, qui s'est rapidement rendu sur place, a déclaré qu'il s'agissait d'"un attentat terroriste,...

commentaires (8)

Voilà comment agissent en particulier, les adeptes hypocrites de la criminalisation du "blasphème" ! Bande de sournois !

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

07 h 42, le 08 janvier 2015

Tous les commentaires

Commentaires (8)

  • Voilà comment agissent en particulier, les adeptes hypocrites de la criminalisation du "blasphème" ! Bande de sournois !

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    07 h 42, le 08 janvier 2015

  • Le Prophète est sacré pour les musulmans et injurier le prophète est un crime pour ces croyants. Qu'un journal diffuse des caricatures sur le Prophète c'est jouer avec le feu en provoquant inutilement des débiles fanatiques ! Je crois qu'il y a plus de 4 millions de musulmans en France. de vrais français qui aiment leur pays , La France. Ils vivent en paix, accomplissant leur prière selon le rite de l'islam. Ce genre d'action fait entrevoir un amalgame qui profite à un certain parti (le FN) qui est raciste et fasciste. Attisé la haine à travers la religion est un acte grave et provocateur. Par ailleurs, il ne faut pas argumenter ce genre d'acte en prétendant que les pays du Golf sont des démocraties qui provoquent ce genre d'action. Tous les pays musulmans, islamiques, de l'Afghanistan en passant par l'Iran et tous les pays arabes jusqu'aux confins de l'Afrique islamiste ne sont pas des démocraties et ne le seront jamais. N'oubliez pas l'échec du Printemps arabe dans tous les pays !!!! N'oubliez pas la folie du petit Hitler, obéissant aveuglement à son maître pour survivre et obtenir des milliards de dollars... C'est triste et grave de tuer des êtres humains au nom de Dieu. Je ne crois pas que le Dieu des chrétiens, celui des musulmans ou les Bouddhistes poussent aux crimes ... On est au XXI eme siècle et on se conduit comme du temps du Moyen Age ... A cette époque, il y a avait beaucoup d'illettrés et des débiles malgré eux ...

    FAKHOURI

    00 h 37, le 08 janvier 2015

  • MAIS LES DESSEINS SATIRIQUES ET AUTRES PROVOCATIONS CONTRE LES RELIGIONS SONT CONDAMNABLES SANS APPEL !

    L,EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    20 h 57, le 07 janvier 2015

  • c'est l'horreur! C'est choquant! J'avais critiqué à l'époque les dessins de Charlie Hebdo en disant que par ces dessins incongrus et insultants sur le prophète de l'Islam, ils blessaient beaucoup de gens dont des chrétiens (rappelons-nous la position critique du Vatican) et que certains islamistes takfiristes.. "moins élastiques", pouvaient prendre cela comme pretexte pour pour agir avec violence, tout en souhaitant qu'il ne le refit pas. Ceci dit, on ne peut en aucun cas accepter, justifier ou meme simplement comprendre l'assassinat de la sorte des gens cultivés qui ne portaient que leurs plumes. Maintenant, les peuples français et européens devront se sentir certainement plus proches des familles de ceux que le jihadisme wahhabite assassine en Syrie, en Iraq et partout, soutenu immoralement par les arabies très démocratiques du golfe et leurs amis occidentaux, dont la politique extérieur de la france qui semble-t-il est assujétie au pouvoir du peuple élu sionisé... qui tirera sans doute profit de ce crime aussi, s'il n'en est pas le véritable mandataire ou idéateur.

    Ali Farhat

    19 h 36, le 07 janvier 2015

  • Encore des cretins qui font honneur a leur religions

    IMB a SPO

    17 h 40, le 07 janvier 2015

  • Dans son interview à France 2 il y a trois jours, le président français, François Hollande, disait : "En 2013, on n'est pas intervenu en Syrie (Obama ayant reculé d'une telle intervention contre la dictature de Damas qui utilisait ses armes chimiques contre le peuple syrien). Alors on (en) eu DAECH". Et voilà Daech, l'esprit de Daech et le terrorisme barbare de Daech en plein Paris.

    Halim Abou Chacra

    16 h 52, le 07 janvier 2015

  • "François Hollande, qui s'est rapidement rendu sur place, a déclaré qu'il s'agissait d'"un attentat terroriste, ça ne fait pas de doute". " Mais quel génie que ce François Hollande! Si ce n'est pas un attentat terroriste, c'est quoi alors? Un règlement de compte entre Charlie Hebdo et Le Canard Enchaîné, par exemple?

    Georges MELKI

    16 h 49, le 07 janvier 2015

  • CONTINUEZ À LES RECEVOIR CHEZ VOUS ET S'ILS VONT COMBATTRE EN SYRIE ET EN IRAQ RAPPELEZ-LES... RÉHABILITEZ-LES AUSSI... L'HÉBÉTUDE AU CARRÉ !

    L,EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    15 h 43, le 07 janvier 2015

Retour en haut