X

À La Une

Carnage dans une école d'enfants de militaires de Peshawar

Pakistan

Des dizaines d'enfants tués dans l'attaque revendiquée par le Mouvement des talibans du Pakistan.

OLJ/AFP
16/12/2014

Au moins 130 personnes, des écoliers pour la plupart, ont été tuées dans l'attaque par un commando rebelle taliban d'une école pour enfants de militaires à Peshawar, principale ville du nord-ouest du Pakistan, selon le dernier bilan des autorités locales.
La majorité des enfants ont été tués d'une balle dans la tête, a précisé le ministre provincial de l'Information Mushtaq Ghani, en faisant également état de 25 blessées graves. Un précédent bilant faisait état d'au moins 95 tués, dont 82 enfants.

L'attaque a duré sept heures. Elle a pris fin avec la mort de tous les assaillants, ont annoncé à l'AFP deux responsables de la police locale.

L'attaque a été rapidement revendiqué par le Mouvement des talibans du Pakistan (TTP), principal groupe rebelle islamiste du pays, qui a indiqué vouloir ainsi venger l'offensive militaire, baptisée Zarb-e-Azb, en cours contre lui dans la région. Cette attaque est l'une des plus sanglantes perpétrées depuis plusieurs mois par le TTP, proche d'el-Qaëda et qui combat le gouvernement depuis 2007, et l'une des plus fortes symboliquement car visant des enfants de ses ennemis soldats et officiers.
"Nous l'avons menée après une enquête qui a indiqué que les enfants de plusieurs haut responsables de l'armée étudient dans cette école", a expliqué à l'AFP Muhammad Khurasani, un porte-parole du TTP, en revendiquant l'attaque.

 

La douleur des proches des victimes.REUTERS/Fayaz Aziz


Celle-ci a débuté vers 10H30 locales (05H30 GMT) lorsque 5 ou 6 talibans déguisés en militaires ont pris d'assaut l'école, située dans les faubourgs de la ville et à la lisière des zones tribales, selon des sources concordantes. L'armée, très présente dans cette ville régulièrement visée par les rebelles, est rapidement intervenue. "Les troupes ont bouclé la zone et traquent les assaillants rebelles", a annoncé à l'AFP un responsable militaire local.

Mushtaq Ghani, ministre de l'Information de la province de Khyber Pakhtunkhwa, dont Peshawar est la capitale, a précisé qu'au moins un assaillant a déclenché les bombes qu'ils portaient sur lui.


"Nous avons envoyé six hommes pour cette attaque, dont des snipers et des kamikazes (bardés d'explosifs)", avait auparavant déclaré à l'AFP le porte-parole taliban Muhammad Khurasani. "Cette attaque est une réponse à l'offensive Zarb-e-Azb, à la vague d'assassinats perpétrée contre les talibans et au harcèlement de leurs proches", a-t-il ajouté. "Ils ont l'ordre de tirer sur tous les étudiants adultes mais d'épargner les enfants, même si ce sont ceux du (chef de l'armée le) général Raheel Sharif ou (du Premier ministre) Nawaz Sharif", a encore affirmé le porte-parole du TTP.


L'armée mène depuis plusieurs mois une offensive d'ampleur contre le TTP et ses alliés dans plusieurs zones tribales, dont son principal refuge du Waziristan du Nord, situé le long de la frontière afghane.


"Cette attaque est une opération à la fois tactique et militaire. Les rebelles savent qu'ils ne peuvent frapper l'armée chez elle car ils n'en ont pas la capacité et qu'elle est bien préparée", a déclaré à l'AFP le général à la retraite et analyste spécialiste des questions de sécurité Talat Masood. "Ils visent donc des cibles molles en espérant que cela aura fort impact, notamment psychologique, sur la population. Les talibans espèrent qu'en visant les enfants, ils feront baisser le soutien aux opérations militaires contre eux", a-t-il ajouté.

 

Pour mémoire

Un raid aérien contre un important commandant taliban fait 30 morts au Pakistan

 

Lire aussi

Au « pays des purs », le fight club veut sortir de l'ombre

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Tous des sanguinaires et des sauvages, ces fanatiques takfiristes tant (c)talibaNiques que fakkîhàRieNiques.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

QUI VA METTRE FIN À TOUS CES HUMANOÏDES ? LES AUTORITÉS SUNNITES ET LES ENTURBANÉS DES PAYS ARABES ET MUSULMANS NE DEVRAIENT PAS SE CONTENTER DE CONDAMNER EN PAROLS UNIQUEMENT ! PRENEZ VOS RESPONSABILITÉS EN MAIN !!!

AIGLEPERçANT

Ah non , y en a marre à la fin !!! encore une école qui attire les salafowahabites comme des mouches , à cause de la présence du hezb résistant en masse !!! pauv' croyant !!

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le Liban invité à Astana : une reconnaissance de la priorité du dossier des réfugiés syriens

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants