Rechercher
Rechercher

À La Une - Achoura

Attaque meurtrière sans précédent contre les chiites en Arabie

L'attentat a été suivi d'une opération de sécurité qui s'est soldée par la mort de deux policiers et deux suspects dans un échange de tirs.

"Trois personnes cagoulées ont tiré à la mitrailleuse et au pistolet" sur la foule rassemblée à Al-Dalwa", a indiqué la police. Photo d'archives AFP.

Des hommes masqués ont tué cinq fidèles chiites dans l'est de l'Arabie saoudite, une attaque inédite qui a provoqué une onde de choc mardi dans le royaume à majorité sunnite et l'indignation de l'establishment religieux.
L'attentat survenu lundi peu avant minuit et qui n'a pas été revendiqué, a été suivi mardi d'une opération de sécurité qui s'est soldée par la mort de deux policiers et deux suspects dans un échange de tirs.

Il a visé des fidèles chiites dans un lieu de culte d'un village de l'est saoudien, une région où se concentre la minorité chiite, à la veille du deuil de l'Achoura, le plus important du calendrier religieux des chiites.
"Trois personnes cagoulées ont tiré à la mitrailleuse et au pistolet" sur la foule dans le village d'Al-Dalwa (est), a indiqué la police. Cinq personnes ont été tuées, pour la plupart des jeunes, et neuf personnes blessées.

Les circonstances laissent supposer que l'attaque a été bien préparée.
Une vidéo mise en ligne sur les réseaux sociaux montre le lieu de l'attaque avec des traces de sang et des sandales abandonnées sur le sol par les fidèles pris de panique.
Un témoin a affirmé que l'une des victimes était un garçon de 9 ans.

Policiers tués, 15 suspects arrêtés
Après l'attentat, les forces de sécurité ont été lancées aux trousses des assaillants. Deux policiers et deux suspects ont été tués dans un échange de tirs dans la région de Qassim au nord de Riyad, a indiqué le porte-parole du ministère de l'Intérieur, qui a aussi fait état de deux policiers blessés. Selon ce porte-parole, cité par l'agence officielle Spa, 15 suspects au total ont été arrêtés dans six villes du pays.

Malgré les tensions confessionnelles entre sunnites et chiites dans le pays, la minorité chiite n'y avait jusqu'à présent jamais fait l'objet d'une attaque du genre. En Irak voisin, la communauté chiite, majoritaire, est souvent la cible de nombreux attentats, habituellement revendiqués par el-Qaëda et depuis quelques mois par le groupe jihadiste Etat islamique (EI).

L'attentat a provoqué une onde de choc en Arabie saoudite où l'establishment religieux sunnite l'a condamné sans nuance, estimant qu'il portait atteinte à l'unité nationale.
"Les gens sont sous le choc", a déclaré une habitante de l'est saoudien, Nassima al-Sada, en faisant remarquer que c'était "la première fois" que des chiites étaient attaqués de cette manière.

"Criminels et traîtres"
Le comité des oulémas, représentant de l'establishment sunnite, s'est indigné de cet "acte criminel" et a appelé dans un communiqué tous les "citoyens à se dresser comme un seul homme contre les criminels et les traîtres qui ont voulu par cet acte porter atteinte à l'unité et à la stabilité du royaume".
L'Iran chiite a demandé au gouvernement saoudien "d'assurer la sécurité des cérémonies religieuses et de punir les responsables de cet acte terroriste".

Dans la foulée du Printemps arabe, des manifestations de chiites se plaignant de discrimination avaient éclaté en 2011 dans la province Orientale qui renferme l'essentiel des réserves de pétrole du royaume saoudien et où vit la majorité des quelque deux millions de chiites. Ces manifestations avaient pris une tournure violente en 2012 et les heurts entre police et manifestants avaient fait 24 morts, dont quatre policiers, selon des militants.
La tension était retombée à la mi-2012 après l'accueil favorable exprimé par sept dignitaires chiites de la province orientale de Qatif à l'appel du roi Abdallah à la création d'un centre de dialogue interconfessionnel entre sunnites et chiites.

Malgré la baisse des tensions, des attaques sporadiques, attribuées à des activistes de la minorité chiite, ont visé les forces de sécurité dans l'est du pays ces deux derniers mois.
Trois jours après la condamnation à mort le 15 octobre pour "sédition" du dignitaire chiite Nimr Baqer al-Nimr, figure du mouvement de contestation, des membres des forces de sécurité ont essuyé des tirs, selon la police.
Un incident similaire s'était déjà produit en septembre dans le village chiite d'Awamiya où des tirs avaient visé des policiers et déclenché un incendie au niveau d'un oléoduc.

 

Lire aussi
Nasrallah : "Les takfiristes n'ont aucun avenir"

Les chiites ont célébré sous haute protection le deuil de l'Achoura


Des hommes masqués ont tué cinq fidèles chiites dans l'est de l'Arabie saoudite, une attaque inédite qui a provoqué une onde de choc mardi dans le royaume à majorité sunnite et l'indignation de l'establishment religieux.L'attentat survenu lundi peu avant minuit et qui n'a pas été revendiqué, a été suivi mardi d'une opération de sécurité qui s'est soldée par la mort de deux...

commentaires (5)

Le sectarisme intégriste Sunnito-chïïtique c’est kekchose de fort insidieux et de très préoccupant ; éééh wallâh ! Car ces "jolis" petits rassemblements lors de ce "style" de commémorations, qui permettent à des "gens agités" et en transe de participer à de "mignonnes" festivités empreintes de parfaite et plate bigoterie, paraissent anodins. On se permet juste de subodorer que leur apparente innocuité même, constitue leur vraie et éhhh dangerosité ! Surtout que dans les prochaines années, les sociétés arriérées vont maybe profondément se recomposer. Leur composante religieuse sera 1 des pièces de ces réajustements que vont vivre ces Kottor-contrées et d’autres Per(s)cés à côté, et on ne voit pas pourquoi on s’en réjouirait. Surely, à l’évidence, la seule et unique formule exempte de tels inconvénients, est celle de la nette séparation de ces "religions" et de l’État. Formule la plus souhaitable, et qui combine un espace strictement privé dans lequel les convictions religieuses seraient cantonnées, et un espace public à l’intérieur duquel seraient proscrits tous ces dogmes et leur pathétique attirail. Et que dire de tous les Sains plutôt laïcs de ces Kottor-contrées qui, excédés par ces Enturbanno-ensoutanés, veulent surtout ne fut-ce que d'avoir encore une toute petite possibilité de respirer pour pouvoir enfin leur crier et à leur faciès leur lancer : "Laissez-nous please vivre en paix, et fichez nous une bonne fois pour toutes la paix Svp !".

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

07 h 53, le 05 novembre 2014

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • Le sectarisme intégriste Sunnito-chïïtique c’est kekchose de fort insidieux et de très préoccupant ; éééh wallâh ! Car ces "jolis" petits rassemblements lors de ce "style" de commémorations, qui permettent à des "gens agités" et en transe de participer à de "mignonnes" festivités empreintes de parfaite et plate bigoterie, paraissent anodins. On se permet juste de subodorer que leur apparente innocuité même, constitue leur vraie et éhhh dangerosité ! Surtout que dans les prochaines années, les sociétés arriérées vont maybe profondément se recomposer. Leur composante religieuse sera 1 des pièces de ces réajustements que vont vivre ces Kottor-contrées et d’autres Per(s)cés à côté, et on ne voit pas pourquoi on s’en réjouirait. Surely, à l’évidence, la seule et unique formule exempte de tels inconvénients, est celle de la nette séparation de ces "religions" et de l’État. Formule la plus souhaitable, et qui combine un espace strictement privé dans lequel les convictions religieuses seraient cantonnées, et un espace public à l’intérieur duquel seraient proscrits tous ces dogmes et leur pathétique attirail. Et que dire de tous les Sains plutôt laïcs de ces Kottor-contrées qui, excédés par ces Enturbanno-ensoutanés, veulent surtout ne fut-ce que d'avoir encore une toute petite possibilité de respirer pour pouvoir enfin leur crier et à leur faciès leur lancer : "Laissez-nous please vivre en paix, et fichez nous une bonne fois pour toutes la paix Svp !".

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    07 h 53, le 05 novembre 2014

  • RIP! Qui est donc derrière ces criminels? pourquoi tuer des civils en plein recueillement de leurs rites. Y en a en toute évidence qui ont intéret à donner à certains conflits dans la région une coloration confessionnelle. Les memes qui ont interet à ce que l'on confonde juifs et criminels occupants sionistes. Ca ne marchera pas; ça fait des décennies que l'on tue des chiites parce qu'ils sont chiites et jamais le contraire. Y a des gens qui ont des principes ici bas qui vont au delà de la mort physique, la Passion de Jésus fils de Marie et le martyr de Hussein fils de l'Imam Ali et petit-fils du Prophète de l'Islam, en disent long! La guerre c'est comme le Tango, on ne peut la danser tout seul.. Je pense que les chiites savent bien identifier les responsabilités pour bien et mieux agir et savent TRES BIEN séparer le bon grain de l'ivraie.. ils ne seront donc jamais partenaire dans ce Tango maccabre qui ne peut qu'appartenir qu'à un peuple soi-disant élu ou des takfiristes qui se sont approprié DIEU (!?!?); rien que cela et excusons-les du peu...

    Ali Farhat

    00 h 38, le 05 novembre 2014

  • CONDAMNABLE ! MILLE FOIS CONDAMNABLE !

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    19 h 52, le 04 novembre 2014

  • si ça ce n'est pas une guerre de religion ! alors moi je suis un moine !!

    yves kerlidou

    19 h 51, le 04 novembre 2014

  • Bizarre cette attaque sanglante contre les chiites en Arabie saoudite ! Hier en effet sayyed Hassan Nasrallah niait l'existence d'un "conflit et d'une lutte confessionnels" entre sunnites et chiites dans ce Moyen-Orient déroutant et à la dérive. Comme je le disais par ailleurs ce matin, peut-être s'agit-il d'une rivalité exacerbée de groupes sur le football dans les pays de la région.

    Halim Abou Chacra

    17 h 43, le 04 novembre 2014

Retour en haut