Rechercher
Rechercher

À La Une - Liban

Nasrallah : "Les takfiristes n'ont aucun avenir"

Procession sous haute sécurité à Beyrouth à l'appel du Hezbollah.

"Les takfiristes n'ont aucun avenir, leur projet n'a aucun avenir", a lancé Hassan Nasrallah, lors d'un discours prononcé dans le cadre des commémorations de Achoura. Capture d'écran LBC

Des dizaines de milliers de chiites libanais se sont rassemblés mardi à l'appel du Hezbollah pour célébrer Achoura dans la banlieue sud de Beyrouth, placée sous très haute sécurité. Le chef du puissant parti chiite, Hassan Nasrallah, avait appelé lundi ses partisans à une forte mobilisation pour la commémoration de la mort en 680 dans la ville aujourd'hui irakienne de Kerbala, de Hussein, petit-fils de Mahomet et imam vénéré par les chiites.

Devant des milliers de partisans, Hassan Nasrallah s'est de nouveau exprimé, pour la deuxième fois depuis lundi. Mais contrairement à hier, où il était apparu en personne devant ses partisans, le leader chiite s'est adressé aujourd'hui à la foule via une retransmissions vidéo.

Le leader chiite a commencé par saluer la mobilisation chiite pour cette commémoration de Achoura qui se déroule dans un contexte sécuritaire difficile. "Ce qui s'est passé au Nigeria, ce qui s'est passé en Arabie Saoudite, confirme que la violence continue, a-t-il déclaré. Lorsqu'ils vous menacent, quand ils menacent vos processions pacifiques, ils prouvent leur ignorance, leur faiblesse, leur violence", a-t-il ajouté.


Pour cette commémoration d'Achoura, la banlieue sud de Beyrouth, fief du Hezbollah, a été complètement bouclée, une première, par craintes d'attentats comme ceux qui avaient ensanglanté depuis 2013 des fiefs du parti qui combat en Syrie.
L'armée libanaise a installé des barrages à toutes les entrées de la banlieue, tandis que les rues de la zone ont été obstruées par des barbelés pour empêcher toute circulation. Un char barrait la rue principale y menant. Des membres du Hezbollah vêtus de noir et non armés vérifiaient entre autres les accréditations des journalistes couvrant la procession.

 

(Pour mémoire : Lorsque Nasrallah désigne l’Arabie comme « source de la pensée takfiriste »... Le décryptage de Scarlett Haddad)

 

"Damas est toujours là, la Syrie n'est pas tombée"

Lors de son discours, Hassan Nasrallah s'est attardé sur la "menace takfiriste" et l'engagement du Hezbollah en Syrie aux côtés du régime de Bachar el-Assad.

"Le but des takfiristes était de dominer la Syrie (...) Nous sommes à la quatrième année (du conflit syrien, ndlr) et ils n'ont pas réussi à le faire. Ce qui s'est passé jusqu’à maintenant est une victoire pour tous ceux qui luttent pour que la région ne tombe pas", a déclaré Hassan Nasrallah lors d'un discours retransmis par vidéo. "Damas est toujours là, la Syrie n'est pas tombée", a-t-il martelé, demandant : "N'est-ce pas une grande victoire, un grand exploit, d'empêcher les coupeurs de tête de dominer la Syrie?". Une référence aux décapitations revendiquées par le groupe jihadiste Etat islamique.

"Nous sommes fiers de ces victoires alors que nous participons auprès de nos frères syriens (au combat)", a encore dit le leader chiite.

"Tous les deux jours, nous lisons quelque part que le Hezbollah se retirera de Syrie. Mais là où nous nous trouvons, notre situation est excellente, la situation au Qalamoun est excellente", a-t-il indiqué, assurant que  "les takfiristes n'ont aucun avenir, leur projet n'a aucun avenir".

 

(Lire aussi : Le mufti Deriane : Il n'y aura pas de discorde entre sunnites et chiites au Liban)

 

Nouvel ennemi

Les attentats ayant frappé depuis 2013 les fiefs du Hezbollah ont été revendiqués par des groupuscules sunnites opposés à l'implication du parti chiite aux côtés du régime de Damas dans la guerre qui ravage la Syrie voisine.
"Avant, on honnissait l'Amérique et Israël", expliquait à l'AFP Abdel Karim Mansour, un participant de 50 ans à la commémoration de Achoura dans la banlieue sud de Beyrouth. "Aujourd'hui, il y a un nouvel ennemi qui est tout aussi dangereux, si ce n'est plus. Les extrémistes sont devenus plus dangereux qu'Israël", ajoutait-il, en faisant référence aux jihadistes sunnites qui qualifient les chiites d'hérétiques.

Depuis 2013, le Hezbollah affirme qu'il combat en Syrie pour empêcher l'extrémisme de se propager au Liban. Son implication divise toutefois profondément le pays, où ses rivaux sont des détracteurs du régime syrien, et exacerbe les tensions confessionnelles entre sunnites et chiites.

 

"La guerre ne nous fait pas peur"

Lors de son discours, le leader chiite a également abordé la question israélienne, déclarant que "tout ce que les Israéliens disent ne vient pas de leur courage mais exprime leur faiblesse. Les Israéliens ont pensé que les évènements dans la région allaient affaiblir la résistance et l'occuper". Mais, a poursuivi Hassan Nasrallah, "tout ce que nous entendons depuis Gaza et jusqu'aujourd'hui ne nous fait pas peur, mais nous rassure plutôt et dévoile l'inquiétude de notre ennemi". "Il n'y a pas un endroit que les roquettes de la résistance ne puisse atteindre", a encore menacé le leader du parti chiite, ajoutant : "La guerre ne nous fait pas peur".

"La résistance aujourd'hui est plus forte et a plus d'expérience pour affronter tous les dangers", a encore assuré Nasrallah. "La résistance est prête à toute éventualité au Liban-sud, malgré la présence de nos combattants en Syrie", a-t-il ajouté.

 

Pour cette commémoration de Achoura, une marée humaine d'hommes, femmes et enfants vêtus de noir en signe de deuil, certains arborant des châles verts, couleur de l'un des étendards de l'imam ou des drapeaux rouges, symbole de son sang, étaient rassemblés dans la banlieue sud de Beyrouth, malgré la pluie. "Nous sommes à tes ordres, O Hussein", scandait la foule, cri de ralliement des chiites.

 

Lundi soir, Hassan Nasrallah s'était déjà attardé, lors d'une discours prononcé en personne dans la banlieue sud de Beyrouth, sur les conflits régionaux affirmant que les justifier "en évoquant un conflit sunnito-chiite, est une grande erreur." "Ce qui se passe dans la région est un conflit politique par excellence", a-t-il estimé.

Lors de ce discours, le leader chiite avait également évoqué les questions de politique locale, affirmant que le vide au niveau du Parlement serait un coup grave ajouté à la vacance au niveau de la présidence. Il a dans ce contexte appelé à l’élection d'un président au plus tôt rappelant que le candidat du parti chiite est le leader du Courant patriotique libre (CPL), Michel Aoun. Hassan Nasrallah a en outre salué le Courant du futur et ses prises de position lors des affrontements de Tripoli.

 

Lire aussi

Nasrallah : Ce n'est pas vrai que nous voulons entraîner le pays vers le vide...


Des dizaines de milliers de chiites libanais se sont rassemblés mardi à l'appel du Hezbollah pour célébrer Achoura dans la banlieue sud de Beyrouth, placée sous très haute sécurité. Le chef du puissant parti chiite, Hassan Nasrallah, avait appelé lundi ses partisans à une forte mobilisation pour la commémoration de la mort en 680 dans la ville aujourd'hui irakienne de Kerbala, de...

commentaires (14)

LA MONNAIE DU TAKFIRISME A : DEUX FACES !

LA LIBRE EXPRESSION DEFIE LA CENSURE

18 h 33, le 05 novembre 2014

Tous les commentaires

Commentaires (14)

  • LA MONNAIE DU TAKFIRISME A : DEUX FACES !

    LA LIBRE EXPRESSION DEFIE LA CENSURE

    18 h 33, le 05 novembre 2014

  • Je viens de lire "L'islam contre l'islam" (éditions Grasset) le politologue franco-libanais Antoine Sfeir explique pourquoi cet antagonisme millénaire façonne tous les conflits actuels de la région, et vous comprendrez qu'il n'y a rien de politique dans le duel chiite et sunnite.... L'Iran parle par la voie de Hassan Nasrallah Dommage que des libanais croient à la parole et aux idées de cet homme et en particulier un certain Michel Aoun, chrétien ..

    FAKHOURI

    22 h 14, le 04 novembre 2014

  • Le Hezbollah ne comprend plus rien a la réalité libanaise mais comprend parfaitement la réalité iranienne .... Il a tout a fait tort pq? Car ils ont tjrs fait le contraire de ce qu'ils affirment !!!

    Bery tus

    20 h 27, le 04 novembre 2014

  • TOUS CEUX QUI TUENT... POUR QUELLES RAISON QUE CE SOIT... SONT DES TAKFIRISTES !

    LA LIBRE EXPRESSION DEFIE LA CENSURE

    20 h 10, le 04 novembre 2014

  • Oui tout le monde est contre les takfiristes et il faudra les combattre .

    Sabbagha Antoine

    19 h 52, le 04 novembre 2014

  • PAROLES, PAROLES, PAROLES, ÇA VAUT RIEN TOUT ÇA. LE SÉRIEUX C'EST QU'IL N'A QU'À INVITER OU ACCEPTER LES CENTAINES D'INVITATION LANCÉES PAR LES AUTRE POUR COMMENCER À Y CROIRE UN PEU.

    Gebran Eid

    19 h 43, le 04 novembre 2014

  • N'en déplaise à sa Clémence. En disant "Damas n'est pas tombé, la Syrie n'est pas tombée", il entend à 1000% : notre petit Hitler de Damas de "la 35e province iranienne" n'est pas tombé et son régime tyrannique n'est pas tombé. Or, Votre Clémence, si vous n'aviez pas évité qu'ils tombent, il n'y aurait en Syrie -et au Liban en conséquence de votre "jihad"- aucune trace de ces takfiristes monstres.

    Halim Abou Chacra

    18 h 16, le 04 novembre 2014

  • Je suis quand meme etonne de voir comment on cherche toujours a impliquer Israel dans toutes ces manifestaions. Israel s'en fout royalement et ne cherche surtout pas a creer un conflit avec le Liban, mais si il est provoque, Israel ne mettra pas des gants lors de sa riposte. Donc, ya NasrAllah, fais gaffe a ne pas foutre en l'air le Liban......

    IMB a SPO

    16 h 07, le 04 novembre 2014

  • Lui et toute sa clique de mêêême !

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    15 h 00, le 04 novembre 2014

  • et l'avenir du Hezbollah est radieux !!!! Il est devient amusant !!!! à donner des leçons à tout le monde alors que sa milice est au même niveau que les takfiristes Le plus navrant, ce sont des libanais (chiites ou chrétiens) qui avalent ses paroles comme du petit lait !!!! Je suis très triste pour l'avenir du Liban Avec les fanatiques de tout bord, il n'y aura jamais de solutions pour notre petit pays qui n'arrive pas depuis 1975 à trouver la paix, la sérénité et la richesse alors que le Libanais est un bâtisseur Il est facile de se voiler la face avec le prétexte Israel Israel n'a jamais aidé aucun pays sauf Israel L'Iran connait bien cela : ni l'ONU, ni les USA d'Obama, ni Poutine, ni aucun état n'empêchera Israel de continuer à massacrer les arabes Le Hezbollah sait parfaitement qu'il est impuissant à combattre et éliminer Israel. Alors, le "grand" chef fait croire qu'il possède la solution pour la région ... Napoléon lorsqu'il a obligé le Pape à se rendre à Avignon pour le couronner "Empereur", n'ont échangé que deux mots : "commediante" ... "Tragediante" Au Liban, on en est arrivé à cette situation, et politique, et religion

    FAKHOURI

    13 h 51, le 04 novembre 2014

  • On s'bat en terre de Syrie et on fait payer les troufions Libanais qui se font decapiter allegrement. Facile. Surrealisme en veux-tu en voila !

    Remy Martin

    13 h 41, le 04 novembre 2014

  • bien sure qu'il n'a pas peur de la guerre vu que ce n'est pas lui qui y va, il fait détruire le pays il va provoquer les fous dans le pays d'à côté pour que le Liban se retrouve en conflit ! beau programme

    yves kerlidou

    13 h 35, le 04 novembre 2014

  • EN FAIT... IL A RAISON !

    LA LIBRE EXPRESSION DEFIE LA CENSURE

    13 h 30, le 04 novembre 2014

  • On ne passe pas les siècles dans des pogroms et des massacres pour finir , le jour où on se réveille , par se rendormir sur une volonté malfaisante , fusse-t-elle salafowahabite ou bien sioniste , fusse-t-elle concordante ou bien d'alliance délibérée . israel ne parle plus que par la faiblesse et par la peur de voir la Palestine usurpée un jour libérée par les résistances à sa politique désastreuse dans notre région ! H.N est le visage actuel de ce réveil , demain un autre sera !

    FRIK-A-FRAK

    11 h 55, le 04 novembre 2014

Retour en haut