X

Les souks des herboristes, un marché fertile pour la fraude

Le rhapontique du Liban : des pouvoirs antidiabétiques et hypolipidémiques

OLJ
27/10/2014

Du même genre que la rhubarbe, le rhapontique du Liban (Rheum ribes), communément appelé « roubas » ou « ribes », figure au nombre des plantes médicinales les plus prisées dans le pays.
Ce sont surtout les racines de cette plante qui sont demandées, notamment pour leurs propriétés pharmacologiques. Celles-ci sont en fait réputées pour avoir une action hypoglycémique (c'est-à-dire faire baisser le taux du sucre dans le sang), hypolipidémique (c'est-à-dire diminuer le taux des lipides), antivirale et anti-inflammatoire. En Iran également, le rhapontique du Liban est vivement recommandé pour lutter contre le diabète et l'hyperlipidémie.
Les bénéfices thérapeutiques attribués à cette plante semblent justifiés si l'on veut croire les travaux scientifiques effectués dans ce sens. Une étude menée en 2007 sur des souris diabétiques et saines a montré en fait qu'une décoction préparée avec les racines du rhapontique du Liban a permis de baisser significativement le taux du sucre dans le sang des rongeurs diabétiques. Cette infusion n'a eu aucun effet sur les souris saines.
Une autre étude menée en 2009 sur des personnes souffrant à la fois de diabète de type 2 et d'un taux élevé de cholestérol dans le sang a conclu que les extraits de la tige du rhapontique du Liban permettent de faire baisser d'une manière significative le taux du LDL – mauvais cholestérol – et le taux de glucose à jeun dans le sang. Une troisième étude menée en 2000 sur le méthanol extrait de cette plante a mis l'accent sur son action bénéfique contre l'herpès.
Le Rheum ribes est une plante vivace qui pousse à l'état sauvage dans les régions tempérées et subtropicales, notamment dans les pays asiatiques. Vu la difficulté de récolter ses racines au Liban et la très forte demande sur ce produit, l'adultération est envisageable.
L'équipe des chercheurs a examiné treize racines de rhapontique du Liban achetées auprès de seize herboristes dans différentes régions du pays. Des analyses chimiques, microscopiques et macroscopiques ont été menées sur ces racines, ainsi qu'un test d'ADN. Les mêmes examens ont été conduits sur une racine originale de Rheum ribes cueillie dans la nature par les chercheurs. Il convient de noter qu'observé à l'œil nu, le rhizome (tige souterraine) du rhapontique du Liban est épais avec des ramifications. Il est marron de l'extérieur et jaune de l'intérieur.
Cette étude a montré que la plupart des racines achetées sont authentiques. Il n'en reste pas moins que les rhizomes d'autres plantes sont également vendus dans un même lot. Certains de ces rhizomes contiennent des substances chimiques trouvées dans la racine du rhapotinque du Liban, leur conférant de ce fait les mêmes effets laxatifs, antibactériens, hypoglycémiants et antiulcéreux.

À la une

Retour au dossier "Les souks des herboristes, un marché fertile pour la fraude"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Conférence de Bruxelles : des divergences de fond sur un dossier sensible

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Soutenez notre indépendance!