X

À La Une

Damas prêt à coopérer avec la communauté internationale dans la lutte contre le terrorisme

moyen-orient

L'ONU accuse l'Etat Islamique de "nettoyage ethnique".

OLJ/AFP
25/08/2014

Au lendemain de la perte par l'armée syrienne du contrôle d'une base stratégique face aux jihadistes de l'Etat islamique dans la province de Raqqa, les autorités syriennes ont affirmé lundi être prêtes à coopérer avec la communauté internationale pour lutter contre les jihadistes mais ont souligné que toute frappe en Syrie devait se faire en coopération avec elles.

"La Syrie est prête à une coopération et à une coordination sur le plan régional, international et bilatéral pour lutter contre le terrorisme dans le cadre de la résolution 2170 du Conseil de sécurité de l'ONU", a déclaré lors d'une conférence de presse le ministre syrien des Affaires Étrangères, Walid Mouallem. "Y compris avec les États-Unis et la Grande-Bretagne ?" lui a demandé un journaliste. "Ils sont les bienvenus", a-t-il répondu. "La diplomatie syrienne va agir sur ce thème dans les jours qui viennent", a-t-il dit. Le régime syrien considère tous les rebelles, jihadistes ou pas, comme des "terroristes".


Le Conseil de sécurité de l'ONU a adopté le 15 août à l'unanimité cette résolution qui vise à empêcher le recrutement et le financement des jihadistes en Syrie et en Irak. Le texte est placé sous le chapitre VII de la Charte des Nations unies, ce qui permet de recourir à des sanctions, voire à la force, pour le faire appliquer mais n'autorise pas pour l'instant d'opération militaire. Les sanctions possibles consistent notamment en un embargo sur les armes, des gels d'avoirs et une interdiction de voyager.

 

Washington, qui a mené depuis le 8 août plus de 90 frappes contre l'EI dans le nord de l'Irak, a durci ces derniers jours le ton, affirmant sa détermination à poursuivre ses raids et menaçant de les étendre à la Syrie, où ce groupe ultra-radical affronte à la fois les rebelles et le régime de Bachar el-Assad. Après l'exécution sommaire du journaliste américain James Foley, Washington a annoncé une réponse puissante, malgré la menace de l'EI de tuer un second otage américain si les raids se poursuivaient. "Si vous vous en prenez à des Américains, nous irons vous chercher où que vous soyez", a déclaré Ben Rhodes, conseiller adjoint à la sécurité nationale du président américain, cité par le Wall Street Journal.

Lors de sa conférence de presse, M. Mouallem a souligné que toute frappe américaine contre les jihadistes sur le territoire syrien devait être coordonnée avec Damas, car sinon il s'agirait d'une agression contre la Syrie. Interrogé sur la possibilité que la défense antiaérienne tire sur des appareils américains qui viendraient frapper en Syrie, il a répondu: "ceci pourrait arriver s'il n'y a pas de coopération préalable. Nous proposons donc une coopération et coordination internationale préalable pour empêcher qu'il s'agisse d'une agression" contre la Syrie.

 

Nettoyage ethnique
Ces déclarations interviennent alors que, sur le terrain, l'EI a enregistré dimanche une importante victoire en prenant l'aéroport de Tabqa, dernier bastion du régime dans la province septentrionale de Raqqa. Mais de l'autre côté de la frontière, les forces kurdes et irakiennes, qui collaborent contre les jihadistes depuis début août -fait rare témoignant de la gravité de la situation- ont en revanche gagné du terrain contre les jihadistes ulrta-radicaux qui ont proclamé, fin juin, un califat à cheval sur les deux pays où il contrôle de larges pans de territoires.

A ce propos, M. Mouallem a affirmé que les "soldats avaient été retirés de l'aéroport pour les protéger et nous avons tué des centaines de terroristes". Concernant l'Irak, le ministre syrien a dit: "Nous allons coopérer avec le nouveau gouvernement et nous espérons qu'il sera bientôt formé. Nous combattons le même ennemi et sommes dans la même tranchée. La coordination est donc nécessaire pour le bien de nos deux peuples".

L'ONU a, par ailleurs, accusé lundi l'EI de "nettoyage ethnique et religieux". "De graves et horribles violations des droits de l'Homme sont commises chaque jour par l'Etat islamique (...) et des groupes armés associés", a dénoncé la Haut-Commissaire de l'ONU aux droits de l'Homme, Navi Pillay. Ils "mènent impitoyablement un nettoyage ethnique et religieux dans les régions sous leur contrôle" en Irak, visant notamment les chrétiens, les Yazidis, les Shabaks et les Turcomans, a-t-elle ajouté. "De telles persécutions pourraient constituer des crimes contre l'humanité", a souligné Mme Pillay, qui a appelé la communauté internationale à ne pas les laisser "impunis".

Signe de la préoccupation grandissante également dans le monde arabe, l'Arabie saoudite, l'Egypte, les Emirats arabes unis, le Qatar et la Jordanie ont souligné dimanche "la nécessité d'agir sérieusement" contre l'EI.

 

Lire aussi
Comment expliquer la vague de barbarie qui frappe le Proche-Orient aujourd'hui ?

Les jihadistes lient la survie des otages libanais au retrait du Hezbollah de Syrie

 

Repères
Tout ce qu'il faut savoir sur l'Etat Islamique

Les dates-clés de l'offensive de l'Etat islamique en Irak

Qui contrôle quoi en Syrie ? La réponse cartographiée

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

DES ETATS ? OU DES ORGANISATIONS ?

CBG

Normalement ce régime ne devait plus exister....et cela n'est qu'une question de temps.....le pire c'est qu'iĺ pense qu'il va survivre....!!!!??? Et s'il survit c'est un signe d'apocalypse .

Robert Malek

...sont sans fin, bien entendu.

FAKHOURI

Il fallait s'y attendre : la lâcheté d'Obama, le renfort Russe, iranien et du Hezbollah, il se sent assez fort pour donner des leçons et d'inviter d'autres puissances pour réduire l'EI !!!!
Deux extrêmes qui se rejoignent .... Cela ne s'est jamais vu
Le massacre de son peuple, gazé au surplus, le pays au 3/4 détruit, 191.000 morts et des des milliers de blessés, plus de la moitié de la population syrienne exilée, ne suffisent à ce vampire assoiffé de sang
Et avec quelle armée il va réduire les islamistes enragés et barbares ? Son armée est complètement dispersée, le Hezbollah est bien trop occupé à aider les quelques unités combattantes pour réduire les poches tenues par les rebelles,
Lorsque l'EI se retournera contre lui, chassé d'Irak, il va sentir quelquesu au dessus de sa tête.
ainsi que le Hezbollah qui se trouverat face à des plus fous qu'eux.
Il faut s'attendre à de très importants massacres de part et d'autre
Pendant ce temps Israël est tranquillement entrain de massacrer des palestiniens innocents à Gaza
Et l'Iran qui veut armer les palestiniens !!! Il y a longtemps que les iraniens arment tous ces "grands combattants" et incapable de venir avec son armée défendre ces civils qui continuent à mourir à leur place
L'Iran met à feu et sang les pays du Proche et du Moyen Orient, pour que pendant ce temps on le laisse construire sa bombinette !!!
Le sang versé par les arabes n'a pa fini de couler
Quelle tristesse !
Du délire !

Ali Farhat

C'est le contraire qui aurait été étonnant, non? Le monstre qu'ils ont créé est devenu trop grand et attire trop d'Européen déprimé. Ecoutons ce sage et serein Moallem au coeur rénové!

Georges Zehil Daniele

Je n'ai lu que le titre et je trouve que c'est une blague!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Robert Malek

La fourberie et la lâcheté du régime nazi est sans fin.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

La lutte d’influence américano-russo-iranienne bat son plein

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué