Rechercher
Rechercher

Liban - Ressources hydrauliques

M. Kabbani sur l’importation d’eau de Turquie : Les fonds peuvent être assurés

Le président de la commission de l'Énergie a déploré que « les projets de barrages ne soient pas suffisamment étudiés ».

Les pluies ont fait défaut cet hiver. Ici à Qaraoun, le niveau de l’eau a dramatiquement baissé.

Au lendemain de l'annonce des recommandations de la commission parlementaire de l'Énergie, des Travaux publics et des Transports sur les solutions à la crise de l'eau, le député Mohammad Kabbani, président de cette commission, a précisé à l'agence al-Markaziya que « cette crise affecte déjà les Libanais, et elle pourrait durer jusqu'en octobre, sinon novembre ».

La commission, rappelle-t-on, avait recommandé, entre autres, de décréter l'état d'urgence hydraulique, d'interdire l'irrigation des cultures saisonnières en indemnisant les agriculteurs, de saisir des puits en payant une somme en contrepartie à leur propriétaire et d'importer de l'eau de Turquie. L'hiver a été particulièrement sec cette année, les réserves d'eau du Liban s'amenuisent à vue d'œil et les camions-citernes qui livrent l'eau aux domiciles sont très nombreux à sillonner les rues.

Sur l'importation d'eau de Turquie, M. Kabbani a dit avoir « décelé une impression positive » lors de sa réunion avec l'ambassadeur de ce pays. « Nous sommes un pouvoir législatif et nous ne négocions pas au nom du Liban, a-t-il cependant précisé. Je mettrai les informations dont je dispose au service du gouvernement en lui recommandant d'accélérer les négociations avec la partie turque. »

Les fonds sont-ils assurés pour importer de l'eau de Turquie ? « L'eau est une denrée indispensable, il faut assurer les fonds, a-t-il répondu. L'électricité et les routes peuvent attendre, mais pas l'approvisionnement en eau. L'argent existe, surtout que la crise touchera le plus durement Beyrouth et ses environs, et que l'Office des eaux de Beyrouth a son propre budget. »
Et d'ajouter : « Si le Liban doit importer de l'eau de Turquie, j'insisterai pour qu'un accord d'État à État soit signé pour barrer la route à tous les intermédiaires de quelque partie que ce soit. Le problème de l'eau est un sujet particulièrement sensible. »

À la question de savoir si la proposition d'arrêter l'irrigation des cultures saisonnières et d'indemniser les agriculteurs est applicable, Mohammad Kabbani a déclaré : « Par cultures saisonnières, nous voulons dire les légumes qui consomment une très grande quantité d'eau, et non les arbres fruitiers. Les agriculteurs ont d'ores et déjà des difficultés à irriguer leurs cultures. Le problème ne fera que s'accentuer avec le temps, les agriculteurs verront leurs cultures mourir et exigeront des indemnités de l'État. Voilà pourquoi nous avons suggéré d'économiser une partie de cette eau en la consacrant à l'usage domestique et d'indemniser les agriculteurs plus tôt. »

Interrogé sur le fait de savoir pourquoi les barrages inaugurés récemment ne résolvent pas le problème, M. Kabbani a déploré que « ces projets ne soient pas suffisamment étudiés ». « La première pierre est posée au cours d'une grande cérémonie et on s'aperçoit plus tard que ces projets ne sont pas propres à l'exécution, ou qu'ils ne remplissent pas les conditions écologiques et économiques requises, a-t-il ajouté. Nous comprenons alors qu'il s'agit d'adjudications et de dépenses inutiles. »


Lire aussi

Les dix commandements pour faire face à la pénurie d'eau de l'été..., l'article de Suzanne Baaklini

Pour mémoire

L'AUB appelle sa "communauté" à économiser l'eau

Avec la « Bathmobile », lavez votre voiture de façon écolo !

Mesures d'urgence pour limiter la pénurie d'eau

Une année trop sèche, des économies d'eau en perspective

Au lendemain de l'annonce des recommandations de la commission parlementaire de l'Énergie, des Travaux publics et des Transports sur les solutions à la crise de l'eau, le député Mohammad Kabbani, président de cette commission, a précisé à l'agence al-Markaziya que « cette crise affecte déjà les Libanais, et elle pourrait durer jusqu'en octobre, sinon novembre ».La commission,...
commentaires (11)

LES FONDS... HEIN ? SANS SURFACE(S) ?

JE NE COMMENTE PAS. JE PARLE AU PEUPLE.

19 h 44, le 11 juillet 2014

Tous les commentaires

Commentaires (11)

  • LES FONDS... HEIN ? SANS SURFACE(S) ?

    JE NE COMMENTE PAS. JE PARLE AU PEUPLE.

    19 h 44, le 11 juillet 2014

  • Faut dire... que l'eau est à la brosse-à-dent ... ce que le dentifrice est au publicitaire ...(proverbe de chez Colgate..)

    M.V.

    16 h 44, le 11 juillet 2014

  • Triste fin de voir notre pays le plus riche pourtant en eau et de touts les pays arabes mendier ainsi l'eau de la Turquie au nom de la corruption .

    Sabbagha Antoine

    16 h 30, le 11 juillet 2014

  • ON CHERCHE UN HERCULE ! TOUS LÈVENT LA MAIN... MAIS L'ON ENTEND S'ÉCHAPPER DES BÊLEMENTS... HÉLAS ! ET HÉLAS ! CAR LES ÉTABLES ET LES ÉCURIES D'AUGIAS EN ONT D'URGENCE BESOIN !

    JE NE COMMENTE PAS. JE PARLE AU PEUPLE.

    13 h 37, le 11 juillet 2014

  • Qu'ils importent de l'eau de l'enfer, ces cons, mais qu'ils en importent. Pourvu que ce soit une eau salubre et acceptable. L'eau est encore plus importante que l'électricité pour la population.

    Halim Abou Chacra

    12 h 39, le 11 juillet 2014

  • Si c'est aussi efficace que la barge électrique, les robinets ne sont pas prêts d'hydrater. Par ailleurs, le commentaire ici de M. Melki mériterait d'être publié en droit de réponse à cet article.

    Robert Malek

    11 h 56, le 11 juillet 2014

  • POURQUOI CHERCHER MIDI A 14 HEURES???? A MA CONNAISSANCE LE FLEUVE ASSI EST ENCORE LIBANAIS . ET SI MA MEMOIRE NE FAIT PAS DEFAUT DANS LE PROJET DE MAURICE GEMAYEL ET BRAHIM ABDEL AAL ;;;LA PLANIFICATION DES EAUX DU LIBAN;; LE LIBAN A DROIT A 22% DES EAUX DE CE FLEUVE LE ASSI EST LA SEUL RIVIERE QUI N'EST PAS ENCORE POLUEE,,,PUISER ET DISTRIBUER RESTE UNE OPERATION FACILE ET LA MOIN COUTEUSE A FAIRE ...DE SURCROIT IL PARAIT QUE LE DEBIT EST EN BAISSE MAIS RESTE VALABLE POUR NE PAS DIRE PRECIEUX A EXPLOITER MALHEURESEMENT L'OEUF DE CHRISTOPHE COLOMB N'A JAMAIS ETE DANS LA LOGIQUE LIBANAISE ON A TOUJOURS CHERCHER MIDI A 14 HEURES

    michel raphael

    10 h 34, le 11 juillet 2014

  • LIBAN...quand seras-tu gouverné, géré par des responsables honnêtes ? "...la 1ère pierre est posée au cours d'une grande cérémonie..." comme d'habitude ! "...Les adjudications et dépenses inutiles..."gonflent les poches de ces mêmes personnes assistant à ces cérémonies, plus bien d'autres, comme d'habitude ! HONTE A VOUS TOUS QUI COUVREZ, ACCEPTEZ CELA ! IRENE SAID

    Irene Said

    10 h 24, le 11 juillet 2014

  • QU'ONT-ILS FAIT TOUS NOS ABRUTIS... TOUTES CES ANNÉES Où LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES SE SONT ACCENTUÉS ? D'ABRUTISSEMENT EN ABRUTISSEMENT... ET LE CITOYEN PAIE LES FACTURES SURDIMENSIONNÉES DONT LA MOITIÉ DE LA DIMENSION GONFLE LES CULOTTES DES CULOTTÉS... !

    JE NE COMMENTE PAS. JE PARLE AU PEUPLE.

    09 h 30, le 11 juillet 2014

  • Mais sur quoi se base notre honorable chef de la "Commission parlementaire de l'Energie, des Travaux Publics et des Transports" pour affirmer que les "barrages ne sont pas suffisamment étudiés"? En tant que membre de la commission du barrage de Janné sur le Nahr Ibrahim, je peux affirmer que la société Khatib&Alami, avec le concours de la société françise Artélia(ex-Sogreah) a commencé les études préliminaires du barrage en 2005. L'avant projet sommaire(APS) n'est sorti que fin 2011, après plusieurs missions d'experts étrangers, une campagne de mesures géophysiques, une campagne d'investigations supplémentaires, etc...et il a été soumis à un panel d'experts internationaux, dont Bernard Tardieu et François Guigon, qui ont donné leur approbation le 20 octobre 2011. L'avant projet détaillé a ensuite été développé, supporté par une étude sismique très sophistiquée, et le cahier des charges a été préparé entre Janvier 2012 et Janvier 2013. L'APD a en outre été soumis à une évaluation par la société française SAFEGE, qui a également donné son approbation...Et ne me parlez surtout pas du rapport du BGR, qui s'est avéré être une mystification basée sur des méthodes de mesure erronnées...Si après tout cela il y a des gens qui jugent que le barrage n'a pas été suffisamment étudié, c'est leur opinion, mais cette opinion n'a aucune valeur scientifique. Et les travaux du barrage, qui ont déjà commencé, ne vont certainement pas s'arrêter...

    Georges MELKI

    09 h 27, le 11 juillet 2014

  • Alors si j'ai bien compris on aura droit a un Fatma Gul pour l'eau...quelle bande de corrompus!

    Kaldany Antoine

    06 h 38, le 11 juillet 2014

Retour en haut