Rechercher
Rechercher

Moyen Orient et Monde - Syrie

L’Europe et les États-Unis se mobilisent contre les jihadistes occidentaux

À Alep, des membres de la Défense civile syrienne aident un homme à sortir des décombres après des raids aériens sur la ville. Ahmad Deeb / AFP

Face à la menace que constituent les jihadistes occidentaux partant et surtout revenant de Syrie, l'Europe et les États-Unis se mobilisent, en mettant l'accent sur une coopération internationale accrue.
Hier à Milan, le coordinateur européen pour la lutte contre le terrorisme, Gilles de Kerchove, a annoncé l'adoption par les ministres de l'Intérieur de neuf pays – Belgique, France, Allemagne, Royaume-Uni, Espagne, Italie, Danemark, Suède et Pays-Bas – d'un plan d'action pour identifier les jeunes Européens partis combattre en Syrie et les empêcher de basculer dans le terrorisme à leur retour.
Au même moment, à Oslo, le ministre norvégien de la Justice Anders Anundsen a présenté à son homologue américain, Eric Holder, un plan antiradicalisation en trente points. Selon M. Holder, « moins d'une centaine » de ressortissants américains font actuellement l'objet d'une enquête pour leur participation au conflit, dans les rangs jihadistes, en Syrie et en Irak.
À Paris, le Conseil des ministres s'apprête à examiner aujourd'hui une nouvelle loi complétant l'arsenal antiterroriste français, déjà fourni, en prévoyant notamment la possibilité de placer des ressortissants français, majeurs et mineurs, sur une liste de personnes interdites de voyage à l'étranger, par confiscation de leur passeport. Cette liste sera communiquée à tous les partenaires européens et ceux qui parviendront à partir seront visés par un mandat d'arrêt international.
Dans ce contexte, s'est ouvert hier à Londres le procès d'une jeune femme accusée d'avoir tenté de faire sortir clandestinement 20 000 euros à destination de jihadistes combattant en Syrie.

Le CNS choisit son leader
Pendant ce temps, la Coalition nationale syrienne, regroupant l'opposition au régime du président Bachar el-Assad, était en réunion hier à Sile, dans une lointaine banlieue d'Istanbul, pour se choisir un nouveau leader qui succédera à Ahmad Jarba, dont le mandat arrive à expiration. Des différends intervenus entre les membres de la Coalition vont retarder jusqu'à aujourd'hui l'annonce du candidat choisi.
Sur le terrain, le régime tout comme les rebelles syriens ont envoyé des renforts dans la région d'Alep, où se dessine un assaut de l'armée contre les quartiers tenus par l'opposition, a annoncé hier l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH). Le régime a envoyé des unités d'élite, soutenues par des combattants du Hezbollah. Parallèlement, « les rebelles et les brigades islamistes (alliées) ont envoyé leurs propres renforts (...) à l'entrée est de la ville », a ajouté le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane. De nouvelles frappes aériennes ont touché Marea, une ville rebelle dans la province d'Alep, de même que le village voisin de Tal Rifaat, a annoncé l'OSDH, faisant état d'un enfant tué.
Par ailleurs, un convoi d'une cinquantaine de véhicules d'un groupe d'Idleb lié à l'EI a traversé des zones tenues par le régime près d'Alep pour se rendre à Raqqa, bastion de l'EI, selon l'OSDH. « Le régime se réjouit que les rebelles doivent se battre sur les deux fronts », a estimé M. Abdel Rahmane. Enfin, le comité général de la révolution syrienne a fait état pour sa part de violents accrochages entre les forces du régime et l'Armée syrienne libre à Damas et dans ses périphéries.
De son côté, dans un nouveau rapport, le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) a mis l'accent hier sur les 145 000 Syriennes réfugiées – veuves ou séparées de leur mari – qui luttent dans des situations pénibles à travers le Proche-Orient.
Enfin, des groupes armés kurdes de Syrie étaient en train de démobiliser leurs enfants-soldats à la suite de l'action d'une ONG suisse, l'Appel de Genève, qui vise à empêcher les moins de 18 ans de participer à des combats.
(Sources : agences)

Face à la menace que constituent les jihadistes occidentaux partant et surtout revenant de Syrie, l'Europe et les États-Unis se mobilisent, en mettant l'accent sur une coopération internationale accrue.Hier à Milan, le coordinateur européen pour la lutte contre le terrorisme, Gilles de Kerchove, a annoncé l'adoption par les ministres de l'Intérieur de neuf pays – Belgique, France,...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut