X

À La Une

Sissi demande aux Égyptiens de faire du vélo...pour aider l'Etat

Egypte

Le président veut réduire la facture astronomique des subventions sur l'essence.

OLJ/Reuters
13/06/2014

Vêtu d'une combinaison de cycliste, le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi a appelé vendredi ses compatriotes à faire davantage de vélo et de marche à pied pour aider le gouvernement à réduire la facture astronomique des subventions sur l'essence.

L'Egypte dépense chaque année des dizaines de milliards de dollars pour maintenir l'essence, mais aussi d'autres produits de première nécessité comme la farine, le sucre ou l'huile, à des prix accessibles pour la population. Lors de l'année budgétaire qui s'est achevée le 30 juin, le gouvernement a consacré 170 milliards de livres égyptiennes (23,7 milliards de dollars américains), soit un cinquième de son budget, aux subventions énergétiques. Il voudrait réduire cette somme à 104 milliards de livres dans l'exercice en cours.

L'Egypte, dont l'économie est soutenue à bout de bras par l'Arabie saoudite et le Koweït depuis qu'Abdel Fattah al-Sissi a renversé le président islamiste Mohamed Morsi l'été dernier, cherche désespérément un moyen de réduire ses dépenses pour compenser l'effondrement de ses sources de revenus, tourisme en tête.
L'appel lancé par le président égyptien semble à première vue irréaliste dans un des pays au taux de mortalité routière les plus élevés au monde, au trafic chaotique, notamment au Caire, et à la pollution atmosphérique de nature à décourager les cyclistes les plus endurcis.

Dans un discours retransmis à la télévision d'Etat, Abdel Fattah al-Sissi a néanmoins expliqué que chaque effort, même infime, est le bienvenu. "Si vous utilisez votre voiture, vous dépensez environ 4 livres pour parcourir 20 ou 25 km et l'Egypte débourse 8 livres pour ces mêmes 20 km", a-t-il dit. "Si 3.000 personnes faisaient cela (du vélo) avec moi, quelle somme cela représenterait-il chaque jour?"

Les prix artificiellement bas de l'électricité, de l'essence et du butane n'encouragent pas les Égyptiens à faire attention à leur consommation, malgré les coupures d'électricité et pénuries de gaz de plus en plus fréquentes.


Lire aussi

Sissi mis au défi de stopper les violences sexuelles contre les femmes

Sissi promet de combattre "sans répit" ceux qui commettent des violences

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Ali Farhat

Y a que ça pour commencer autrement ça va etre dure dure! Ils sont trop pauvres et trop nombreux pour les ressources dont ils disposent. Faire plus du vélo et limiter temprairement les naissances à 2 enfants vivants par famille en éduquant et distribuant gratuitement des contraceptifs (un enfant par mariage en cas de poligamie car elle n'est pas prohibée) et ce à effet immédiat avec 6 mois de sursis pour éviter toutes confusions. Les chinois sont passés par là bien que de manière plus drastique... mais le résultat est là, c'est la première économie du monde malgrès un système politique "unipyramidale" qui ne plait pas aux occidentaux.. car ils n'aiment pas beaucoup ceux qui mettent en doutes leur valeurs morales, économiques, politiques et sociales.

Sabbagha Antoine

Vraiment super original ce président égyptien Abdel Fattah al-Sissi il est digne de faire un film comique .

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué