X

À La Une

L'Irak lance une attaque contre des jihadistes en Syrie, une première

Conflit

Le raid a été mené "sans coordination avec le régime syrien", selon Bagdad.

OLJ/AFP
27/04/2014

Des hélicoptères irakiens ont tiré dimanche sur un convoi jihadiste en territoire syrien pour l'empêcher d'entrer en Irak, tuant huit personnes, un message fort avant les élections législatives du 30 avril.
C'est la première fois que les autorités irakiennes revendiquent une attaque contre des jihadistes en Syrie en proie à une guerre dévastatrice entre rebelles, dont des jihadistes, et le régime.

Officiellement neutre dans ce conflit, l'Irak est sorti de sa réserve en mars, à l'approche du scrutin, le Premier ministre Nouri al-Maliki accusant les monarchies du Golfe, principaux alliés de la rébellion syrienne, de "soutenir le terrorisme".

Les hélicoptères de l'armée ont mené le raid dans l'est de la Syrie contre un convoi de camions qui s'approchait de la frontière irakienne pour "délivrer (en Irak) du carburant à l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL)", un groupuscule sunnite jihadiste, a indiqué le porte-parole du ministère de la Santé, Saad Maan.
L'attaque a été menée "sans coordination avec le régime syrien", a ajouté le général de brigade Maan, soulignant la responsabilité pour les Irakiens de "protéger la frontière", d'un côté comme de l'autre.

Frontière poreuse

La porosité des 600 kilomètres de frontières qui séparent l'Irak de la Syrie a profité aux jihadistes de l'EIIL, qui ont fait de la région irakienne frontalière d'Al-Anbar leur base arrière.
Né en Irak après l'invasion américaine en 2003 et apparu en Syrie au printemps 2013, l'EIIL (appelé Daech en arabe) est haï par le reste de la rébellion syrienne à cause de la brutalité de ses méthodes à l'encontre des civils et son refus de coopérer avec les autres groupes dans la lutte contre le régime de Bachar el-Assad.
Chassé de plusieurs secteurs syriens par ses ex-alliés rebelles, l'EIIL s'est replié dans son bastion du nord, à Raqa. En Irak, il contrôle la ville de Fallouja, dans la province d'Al-Anbar, d'où l'armée n'est toujours pas parvenue à le déloger.

Le conflit syrien alimente la spirale de violences en Irak, en attisant des divisions confessionnelles déjà profondes. Des Irakiens aussi bien chiites que sunnites sont partis combattre en Syrie, au côté du régime pour les chiites et de la rébellion pour les sunnites.
Plusieurs incidents ont eu lieu à la frontière syro-irakienne. En septembre dernier, une fillette de 4 ans a été tuée dans la localité frontalière irakienne d'al-Qaïm par la chute d'obus tirés de Syrie. Deux semaines auparavant, des avions militaires syriens avaient brièvement pénétré l'espace aérien irakien pour bombarder des positions rebelles dans la ville frontalière syrienne de Boukamal.
L'Irak en outre accueille près de 40.000 réfugiés syriens dont quelque 25.000 enregistrés auprès de l'ONU.

Influence sur les élections

L'approche des élections législatives n'a pas apaisé les tensions, multipliant au contraire les discours partisans, chaque candidat jouant sur les allégeances tribales et confessionnelles de ses électeurs.

La campagne électorale, qui s'achève lundi soir, a en outre été marquée par plusieurs attaques contre des bureaux de vote ou des meetings. L'une a visé vendredi une réunion d'une formation chiite (36 morts) et a été revendiquée par l'EIIL qui l'a présentée comme une riposte à "ce que les milices (chiites, ndlr) font en Irak et en Syrie: tuer et torturer les sunnites".

L'Irak est pris en tenaille entre l'Iran, principal allié régional du régime syrien, et l'Arabie saoudite, un soutien de la rébellion. Bagdad souhaite une solution politique en Syrie et rejette l'idée d'armer la rébellion, ce que souhaitent ardemment les monarchies du Golfe.

Même si M. Maliki, un allié de l'Iran, est donné favori pour un troisième mandat, le choix du futur Premier ministre -un chiite, selon un accord non écrit sur la répartition confessionnel du pouvoir- est devenu un enjeu régional majeur, vu la situation géopolitique importante de l'Irak par rapport à la Syrie.
La majorité des Irakiens sont chiites et ne voient pas d'un bon oeil l'idée de soutenir les rebelles sunnites en Syrie.


Lire aussi

Nouveau retard dans l'évacuation des armes chimiques syriennes

Face à la menace jihadiste liée à la Syrie, Amman renforce sa législation

"L'émigration quotidienne de chrétiens d'Irak est terrifiante"

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LA PAGAILLE DANS LA RÉGION COMMENCE À BIEN S'INSTALLER ! NOUVEAU MOYEN ORIENT... DU TRISTE DE MÉMOIRE... MAIS ON EN EST LÀ !!!

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Foutu "Sykes-Picot".... de triste mémoire !

AIGLEPERçANT

Des cervelles endommagees vont nous dire que cette nouvelle va attrister Bashar et qu'il va voler au secours de ses allies de daech ! Les pauvres types.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le commandant en chef de l’armée et l’agenda politique

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants