Rechercher
Rechercher

Économie - Manifestation

Grille des salaires : grève générale aujourd’hui dans les administrations, les écoles et l’UL

Le Comité de coordination syndicale (CCS) a demandé hier à l'ensemble des administrations publiques, des ministères, des écoles publiques et privées, des instituts techniques et à l'Université libanaise (UL) de fermer leurs portes aujourd'hui à l'occasion de la grève générale à laquelle il a appelé. Celle-ci a pour objet de protester contre le retard dans la transmission au Parlement du projet de loi sur la grille des salaires des fonctionnaires. En effet, les commissions parlementaires mixtes qui s'étaient réunies vendredi dernier n'ont pas achevé l'étude du texte et réclament plusieurs sessions. Une manifestation est donc prévue à 11 h devant le Parlement puis une réunion aura lieu à 16 h dans les locaux de l'Unesco. Le CCS menace d'une grève ouverte et du boycott des examens officiels s'il n'obtient pas gain de cause.
Rappelons que le projet de la grille des salaires, initialement avalisé par le précédent gouvernement, avait déclenché une bataille syndicale de 18 mois durant lesquels les syndicats ont tenu tête aux organismes économiques et aux responsables gouvernementaux pour faire approuver un rééchelonnement de la grille des salaires prenant en considération la cherté de vie et l'inflation galopante. La controverse tourne aujourd'hui beaucoup plus autour des moyens de son financement que sur la légitimité du projet de loi en soi.

Soutien massif à la grève
La Confédération générale des travailleurs libanais (CGTL) a assuré qu'elle se tiendrait aux côtés des travailleurs et employés de tous les secteurs, « dans le cadre de mouvements pacifiques ». Elle a appelé le gouvernement et le Parlement à « agir rapidement pour répondre aux revendications du secteur public et pour éviter l'escalade qui pénaliserait l'activité économique ». De son côté, le vice-président de la CGTL, Hassan Faqih, a indiqué qu'il relève de la responsabilité du gouvernement d'assurer le financement de la grille et que les travailleurs n'avaient pas à porter ce poids.
Les différents syndicats des enseignants ont également confirmé leur participation à la grève et appelé à manifester en masse. Même son de cloche du côté du syndicat des transports publics et du syndicat des employés et utilisateurs d'Électricité du Liban (EDL).
L'Union des syndicats des employés de banque a pour sa part assuré son soutien au mouvement de protestation du CCS, mais également aux revendications des contrôleurs aériens et des journaliers d'EDL. « Le dialogue entre le gouvernement et les organismes économiques pour débloquer la situation sociale doit se faire en présence des syndicats », a souligné leur communiqué.
Les aiguilleurs du ciel, eux, ont devancé le CCS, en observant hier une grève de deux heures. Ainsi, tous les vols au départ et à l'arrivée de l'Aéroport international de Beyrouth (AIB) ont été suspendus entre 10 à 12 h. Ils déplorent la version finale du projet de loi de la grille des salaires « qui ne tient pas compte de nos revendications spécifiques ». « Nous soutenons nos collègues dans leur lutte pour une hausse des salaires, mais le projet de la grille tel qu'il est rédigé est une régression par rapport à certains de nos droits et ignore complètement les spécificités de notre métier », indique leur communiqué.


Le Comité de coordination syndicale (CCS) a demandé hier à l'ensemble des administrations publiques, des ministères, des écoles publiques et privées, des instituts techniques et à l'Université libanaise (UL) de fermer leurs portes aujourd'hui à l'occasion de la grève générale à laquelle il a appelé. Celle-ci a pour objet de protester contre le retard dans la transmission au...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut