X

Moyen Orient et Monde

Polémique en Irak autour d'un projet qui pourrait légaliser le mariage dès 9 ans

Société

"Ce projet de loi est un crime humanitaire et une violation du droit des enfants", s'insurge une militante.

OLJ/AFPs
19/03/2014

Un projet de loi sur la famille présenté au Parlement irakien suscite une vive polémique, ses détracteurs y voyant une légalisation du mariage des enfants et du viol conjugal.

 

Déposé à quelques semaines des élections législatives du 30 avril, ce projet de loi qui, selon ses partisans, ne fait que réguler les coutumes locales en matière d'héritage, de mariage et de divorce, a peu de chance d'être adopté par l'actuel Parlement, selon des experts qui y voient plutôt une manoeuvre politique.

Le texte, qui porte le nom d'une école de jurisprudence chiite, risque cependant d'attiser les tensions déjà vives entre les différentes composantes de la société irakienne, dans un pays confronté depuis un an à une nouvelle vague de violences meurtrières.

Les détracteurs du projet dénoncent particulièrement une clause autorisant les filles à divorcer dès l'âge de neuf ans, ce qui induit la possibilité de se marier encore plus jeune, dans un pays où un quart des jeunes filles sont mariées avant l'âge de 18 ans, selon une étude américaine.

Militants laïques irakiens et ONG internationales fustigent également une autre clause obligeant les femmes à avoir des relations sexuelles avec leur mari à chaque fois que ce dernier le souhaite, dans laquelle ils voient une légalisation du viol conjugal.

D'autres clauses, plus dérisoires, énumèrent les conditions dans lesquelles une mère peut allaiter son bébé ou détermine le nombre de nuit qu'un polygame doit passer avec chacune de ses épouses.

 

Le ministre de la Justice, Hassan al-Chammari, membre du parti chiite Fadhila, a assuré que la loi contenait des articles apportant "les garanties de base pour maintenir les droits et la dignité des femmes".

"Ce projet de loi est un crime humanitaire et une violation du droit des enfants", s'insurge toutefois Hanaa Edwar, une militante dirigeant l'association Al-Amal (espoir, en arabe). De plus, le texte "transforme les femmes en objets sexuels (...) et efface tous leurs droits".

 

Des motifs 'politiques et électoraux'

Les opposants au projet redoutent aussi que le fragile équilibre confessionnel du pays soit encore plus mis à mal par ce texte, qui pourrait remettre en question la loi de statut personnel irakienne, considérée comme l'une des plus progressiste dans la région. Une telle loi "contribuerait à fragmenter l'identité nationale", selon l'émissaire de l'ONU en Irak, Nickolay Mladenov, qui craint de voir "annulées les avancées faites pour protéger les droits des femmes garanties dans la Constitution".

 

Des figures religieuses ont également critiqué le texte, à l'instar de Bachir al-Najafi, un important responsable chiite ayant publié une fatwa selon laquelle le projet pose plusieurs problèmes "de droit et de doctrine". "L'idée de cette loi est que chaque religion puisse réguler et organiser les questions de statut personnel selon ses croyances", a expliqué le député chiite Ammar Toma, lui aussi membre du Fadhila, principal soutien du projet.

Selon lui, il s'agit aussi de moderniser l'arbitrage des différends conjugaux par des chefs locaux. "Au lieu de maintenir les enjeux maritaux dans cet ancien giron, la loi les porte vers les institutions étatiques", a-t-il expliqué.

 

Un haut responsable au sein de gouvernement a cependant dénoncé une manoeuvre politicienne, expliquant que le Premier ministre Nouri al-Maliki, un chiite, cherchait avant tout à préserver les chances d'une alliance post-électorale avec le Fadhila, aucun parti ne semblant en mesure de remporter la majorité lors des élections. "Soumettre le projet de loi, à ce moment précis, obéit à des motifs politiques et électoraux", a estimé Ihsan al-Chammari, professeur de science politique à l'Université de Bagdad. "Tout le monde est en train de chercher des voix et de mobiliser sa base" électorale, a-t-il insisté.

 

Lire aussi

Pakistan: un comité religieux demande l'autorisation des mariages d'enfants

Au Liban, une campagne nationale, mais aucune stratégie, contre le mariage précoce des fillettes

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

ACQUIS À QUI

Quand on a une fille de 9 ans et plus , comment peut on imaginer une seconde qu'elle puisse avoir une vie maritale normale ? c'est qu'on doit être soi même anormal ! et à supposer qu'elle puisse être orpheline , comment pourrait on prendre la responsabilité morale de la marier à cet âge ? à moins d'être malade mental ..

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Et dire que ça se pratique même chez certains chréti(e)ns !

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

FAUDRAIT LÉGALISER LE MARIAGE DÈS LA NAISSANCE... MÊME QUAND LES FILLES PORTENT ENCORE DES "PAMPERS"... LA DÉCADENCE DE TOUTE SON OPULENCE !

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LES DEUX FACES DE LA MÊME MONNAIE !

GEDEON Christian

des malades...

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

La lutte d’influence américano-russo-iranienne bat son plein

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué