X

À La Une

Ghadi, premier bébé libanais "libéré de toutes les contraintes religieuses"

Interview Tout le peuple libanais est dans l’erreur, l’exemple de Ghadi est à suivre, martèle Nidal Darwiche.
28/10/2013

Leur mariage civil, le premier entre deux Libanais au Liban, avait fait l’effet d’une bombe et bousculé les traditions libanaises. Un an après leur union, qui a été enregistrée par le ministère de l’Intérieur en avril dernier, Nidal Darwiche et Khouloud Sukkarieh reviennent sur le devant de la scène en publiant sur les réseaux sociaux une photo du registre d’état civil de leur bébé, Ghadi, qui se trouve être le premier nouveau-né libanais sans appartenance religieuse. Sur son registre d’état civil, cette mention est en effet rayée.

 

Interrogé par Lorientlejour.com, Nidal Darwiche revient sur le combat du couple contre le système confessionnel au Liban.

 

Pourquoi était-il important pour vous de ne pas indiquer l’appartenance religieuse de votre enfant à l’état civil ?

En fait, l’inscription de Ghadi sans appartenance religieuse au registre d’état civil était acquise vu que sa mère et moi avions rayé la mention de notre appartenance religieuse sur les registres officiels afin de contracter un mariage civil.

 

 

Avez-vous rencontré des difficultés dans votre démarche pour inscrire Ghadi sans mention d'appartenance religieuse au registre d’état civil ?

La formalité a été d’une grande simplicité. Nous nous sommes adressés au même bureau d’état civil qui a enregistré notre mariage. Autant l’enregistrement de notre mariage s'était révélé être un long parcours semé d’embûches, autant l’enregistrement de notre fils était facile et rapide. Les fonctionnaires savent désormais que tout ce que nous faisons est légal. De même, nous n’avons fait face à aucun reproche de la part de représentants de l’administration ou de membres de nos familles dans cette démarche. Mais il faut toujours davantage éduquer les fonctionnaires qui ignorent souvent la teneur d’une loi.

 

 

Pensez-vous que la vie de votre enfant risque d’être compliquée au Liban, en l’absence de mention de son appartenance religieuse sur l’état civil ?

Au contraire, Ghadi est ainsi libéré de toutes les contraintes religieuses. A mon avis, tout le peuple libanais est dans l’erreur et le cas de Ghadi est à prendre en exemple. Il n’aura aucun problème dans ses formalités futures, vu que tout a été fait dans le respect des lois. Nous sommes en guerre contre un système en décomposition. Rien dans la loi n’interdit à Ghadi de mener une vie normale. Un Libanais est Libanais quelle que soit son appartenance religieuse.

 

 

Pensez-vous que votre mariage civil a commencé à faire bouger les choses au Liban en ce qui concerne le confessionnalisme qui régit la société ? Etes-vous satisfait du rythme où vont les choses ?

Nous sommes convaincus de notre bataille contre le système confessionnel. Nous avons réussi à nous marier civilement et à faire inscrire notre mariage au registre d’état civil. Nous avons à présent inscrit notre fils sans appartenance religieuse. Nous avançons pas à pas. Nous travaillons dans le cadre d’un groupe restreint, soutenu par la société civile. Mais les choses évoluent à un rythme très lent. Nous avons pris des risques, essuyé des critiques blessantes, mais nous faisons tout dans le cadre légal.

Preuve en est, plus de 10 mariages civils ont été contractés au Liban depuis le nôtre.

Nous avons été combattus par les hommes de religion qui nous ont blâmés et exercé sur nous des pressions considérables, sans compter les menaces. Et nous n’avons reçu le soutien d’aucun responsable politique.

Mais nous continuerons d'aller de l'avant.

 

 

Pour mémoire

Un premier mariage civil entre étrangers célébré au Liban


Le mariage civil est-il désormais institutionnalisé au Liban ?

   

Sondage : 51% des Libanais seraient favorables au mariage civil facultatif

 

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Georges Rbeiz

Je salut votre courage. Ce que vous avez enduree n'est point facile.

Sabbagha Antoine

L’exception ne fait pas la règle . Ghadi une fois adulte retournera à sa confession .




Antoine Sabbagha

Georges Daniele

Vous faites bien. La religion c'est personnelle, elle ne concerne que vous. Vous n'avez pas besoin de l'appui des politiciens, qui sont-ils pour vous juger?
Bravo et félicitations.

M.V.

C'est une goutte dans l'océan....! mais l'espoir ...c'est tout commence par une goutte...!

Dernières infos

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

L’arnaque

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants