X

Culture

« Les Nuits » d’Angelin Preljocaj, un érotisme vidé de toute substance...

Spectacle Le Grand Théâtre de Provence, à Aix-en-Provence, affichait presque complet pour la reprise de la création 2013 d’Angelin Preljocaj, « Les Nuits », dans le cadre des festivités de Marseille Provence capitale européenne de la culture 2013.
24/10/2013
Une création fantasmagorique inspirée des mythiques Mille et Une Nuits que le chorégraphe d’origine albanaise a vidé de tout contenu – narratif, bien sûr, mais émotionnel surtout – choisissant, à l’excès, de n’en retenir que l’aspect érotique... Les Nuits est un spectacle qui tient la route, techniquement et esthétiquement, s’apparentant à une gymnastique rythmique très bien orchestrée... mais que nulle émotion ne traverse.
Sur le plateau tout noir, trois faisceaux de lumière tombant du plafond transpercent les vapeurs d’un hammam et jettent un éclairage clair-obscur sur les corps alanguis d’une douzaine de femmes, torses nus, taille et cheveux ceints d’une «fouta» (un bout de tissu). Nous sommes au bain, là où les intrigues se nouent et se dénouent. Le tableau est saisissant de beauté. Nimbé de vapeurs d’eau, il en devient irréel. Des bruits de tuyauterie d’eau se mélangent aux murmures et aux notes de musique diffuses. Les corps exécutent une lente danse, à même le sol, ils s’enroulent les uns sur les autres pour mieux se dérouler; ils s’enchevêtrent pour mieux se séparer. Divisés en deux groupes, de part et d’autre de la scène, les danseurs exécutent des mouvements synchronisés, qui se répondent comme à travers un miroir.
2e tableau: des hommes tout de noir vêtus, les visages encagoulés, envahissent la scène. La violence des gestes qu’ils miment contraste avec la sensualité de la scène précédente. C’est sur les notes orientales et la voix particulière de Natacha Altas que l’action se déroule.
Puis les danseuses, vêtues de robes rouges signées du styliste franco-tunisien Azzeddine Alaïa, juchées sur des «styletos» de 15 cm de haut, se déhanchent sur scène. Sont-elles des Shéhérazade libérées, ou les femmes qui seront sacrifiées à la folie d’un roi paranoïaque?
Les scènes déroulent toutes une esthétique très nette. Répétitives, autant dans la forme que dans le fond, elles finissent par engendrer un sentiment de lassitude, d’ennui.
Si les premiers tableaux échappent au cliché orientaliste, celui-ci s’impose, devenant incontournable, au fur et à mesure que le spectacle déroule ses séquences: hammam, chichas, arabesques ou moucharrabieh... autant de poncifs, d’éléments convenus pour parler d’Orient.
La présence d’artistes originaires du monde arabe qui ont collaboré à la musique (Natacha Atlas & Samy Bishai) et aux costumes (Azzeddine Alaïa) n’a en rien empêché le chorégraphe franco-albanais de signer une œuvre très personnelle, focalisant tout son propos sur l’aspect érotico-sensuel, loin des Mille et Une Nuits et des richesses imaginatives qui s’y déploient. Est-ce là une volonté d’Angelin Preljocaj de jouer sur le registre de la provocation, en dénonçant – à travers sa mise en chorégraphie d’une œuvre arabe (une des plus célèbres, qui plus est) – un monde arabe de plus en plus confit dans sa pudibonderie?

À la une

Retour à la page "Culture"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants