X

À La Une

Nayla Audi recrée les saveurs de son enfance...

Rencontre « Je vois glace », aime-t-elle à répéter, le cœur chaud, emballé par cette passion aux arômes glacés souvent nostalgiques qu’elle ne cesse de (re)composer. Aujourd’hui, Nayla Audi ouvre sa glacerie pour tous les aficionados des 80 et plus parfums, à déguster avec les yeux, d’abord, en cône, en kilos et plus, car affinités.
Carla Henoud | OLJ
30/09/2013

On l’attendait depuis des années, cette glacerie qui rime bien avec gâterie et que Nayla Audi a mis longtemps à installer, soucieuse de prendre son temps en empruntant des chemins de traverse qui l’ont menée jusqu’à Los Angeles. Soucieuse aussi de trouver l’adresse, le lieu, le bâtiment qui lui plaisent vraiment. Dans ces 16m2 blancs noyés de blanc et un comptoir donnant sur la rue, où les teintes des parfums s’exposent dans une mosaïque de couleurs et de saveurs, la dame, mains de fer «et cœur d’artichaut», a jeté l’ancre en créant un espace qui réunit ses produits et ses envies. «Chaque détail me ressemble ici, dit-elle. Je suis très visuelle, mais pas académiquement. D’une façon très naturelle, tout ce que je vois reste dans ma tête, les images, les sensations, les saveurs.»
Aidée par un ami architecte, Nasser Nakib, elle confie avoir créé une «boutique pilote», dans l’espoir de développer le concept, très vite, dans tous les quartiers de Beyrouth. Près de 16m2 dont elle est particulièrement fière et qui ressemblent, justement, à Beyrouth! «De tous mes grands projets, celui-ci me tient le plus à cœur, confie-t-elle. J’aime les choses basiques. Je ne me rappelle pas avoir décidé de faire de la glace. Tout d’un coup, j’ai vu que ça avait été fait!»

Flash-back
Tout d’un coup, c’est quand même toutes ces années, une quinzaine, qui séparent les premiers essais à la maison, de l’exil aux USA, le retour, la création de «Oslo» au Liban parce que, évidemment, «il y fait froid!», et de «Milk» à LA, un «Ice-Cream Parlor» 100% américain et pourtant 100% Nayla Audi. «Je me suis peut-être perdue en chemin en m’attaquant à d’autres projets et des cartes salées, mais aujourd’hui, pour la première fois, c’est très clair pour moi, je voudrais me consacrer à la glace et aux desserts.»
L’impératrice du froid cartonne sous ces deux labels. Elle glisse des anges porte-bonheur dans cette carte Oslo libellée «made in Heaven», Angel Food Cake, Lemon Angel Food Cake, des cookies, des macarons et des tartes aux mille parfums. En 2011, elle agrandit son «laboratoire» à Mar Mikhaël, propose plus de 80 parfums de glace, certains exclusifs, 300 gâteaux, emploie une trentaine de personnes et fournit les plus grands hôtels et restaurants locaux. Les raisons de sa réussite? Une exigence qui frôle l’obsession, un caractère déterminé, en apparence difficile, «mais seulement en apparence!», précise-t-elle; des produits de première qualité et une inspiration sans limites qui lui permettent de créer régulièrement des parfums totalement inattendus. «Avec ce premier point de vente, je peux contrôler toute la chaîne. Je suis très attachée à l’image de mon produit. C’est une manière de lui tenir la main jusqu’au bout...»
Trêve de discours et place au rituel. Le cône entre les doigts, on goûte. On lèche. On redevient enfant. Moment de grande et belle solitude. Frisson dans le dos. Sourire. Si ce n’est pas le bonheur, ça lui ressemble...

 

Pour mémoire

L’humeur du chef Jad el-Hage, variable

 

De jeunes cuisiniers récompensés par l’Académie libanaise de gastronomie

 

Denise Hazime, reine du « hommos » aux USA

 
Philippe Massoud, un ambassadeur de la cuisine libanaise à New York

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Expression libre de Anne-Marie El-HAGE

Privés de classes, mais pas de l’école de la vie

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants