X

Agenda

Fin de la session d’été à Amel sur le droit international humanitaire

Formation
OLJ
14/09/2013
L’association Amel a organisé pour la troisième année consécutive une session d’été sur le droit international humanitaire, en coopération avec l’Université La Sagesse. La session, qui s’est tenue à la « Maison des droits de l’homme », a regroupé 35 participants dont dix de différents pays arabes (Palestine, Irak, Syrie, Tunisie, Soudan, Égypte et Yémen). Près de 600 diplômés en droit et information et militants des droits de l’homme avaient souhaité participer à cette formation, la seule du genre dans tout le monde arabe, mais il a fallu en sélectionner 35. Le responsable de la « Maison des droits de l’homme », le Dr Karim Mufti, ainsi que les professeurs Sandy Haddad, Hiba Kachour, Mrad Ayache, Bahaa Moussallem et Zahra Barnissi, ont animé des ateliers de travail avec les participants sur les conflits armés, le droit international, les réfugiés, la Convention de Genève et tout ce qui a trait aux citoyens dans la tourmente de la guerre et sur les moyens de préserver les droits de l‘homme en période de conflit violent. Les expériences du passé, notamment la guerre de 2006 et ce qui se passe actuellement dans le monde arabe, ainsi que le problème des réfugiés ont été longuement évoqués, sous l’angle du respect de l’homme, même démuni, chassé de chez lui ou blessé. La formation a été clôturée vendredi 13 septembre par une cérémonie de remise de diplômes à l’Université La Sagesse, en présence du président fondateur de Amel, le Dr Kamel Mohanna, qui est d’ailleurs à l’origine de ce projet qui s’inscrit dans la culture de Amel et de l’aide aux plus démunis.

À la une

Retour à la page "Agenda"

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Gouvernement : un nœud, trois phases et beaucoup de complications...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué