Rechercher
Rechercher

À La Une - Liban

L’Intérieur ordonne l’arrêt des travaux sur le site des cèdres de Hadeth el-Jebbé

« Oui a l’État de droit », dit cette photo de LEM qui a circulé sur les réseaux sociaux.  Elle regroupe des clichés de la carrière ainsi que des copies de la plainte et de la décision du ministre Charbel.

Suite à une plainte déposée par le Mouvement écologique libanais (LEM, rassemblement de dizaines d’ONG d’environnement) contre une carrière illégale qui ravage une forêt de cèdres et de pins à Hadeth el-Jebbé (Liban-Nord, caza de Bécharré), le ministre sortant de l’Intérieur Marwan Charbel a publié mercredi une décision qui demande aux Forces de sécurité intérieure (FSI) « de veiller à l’arrêt immédiat des travaux et à la pénalisation du responsable qui a permis que cette infraction soit perpétrée ». Le document qualifie la carrière de « crime écologique au milieu d’une forêt de pins et de cèdres dans les alentours des villages de Qnat-Beit Mounzer-Hadeth el-Jebbé ». La plainte du LEM date du 30 juillet.

Réaction des députés de Bécharré
Les agressions contre les cèdres de Bécharré se sont multipliées ces derniers temps, comme en témoignent les travaux d’aménagement de gradins aux confins de la forêt des cèdres de Bécharré, un site classé patrimoine mondial par l’Unesco. Ces travaux ont provoqué un tollé dans les rangs des environnementalistes et au niveau du public. Un de ces écologistes, Youssef Tok, un médecin connu pour son long parcours en faveur de la protection de l’environnement, a récemment fait l’objet de pressions et de menaces. Ce fondateur du Comité de préservation de l’environnement à Bécharré a, rappelons-le, activement participé aux campagnes contre ces récents abus qui visent les cèdres.


Hier, les deux députés de Bécharré, Sethrida Geagea et Élie Keyrouz, ont publié un communiqué dans lequel ils « dénoncent fortement l’agression perpétrée contre Youssef Tok, responsable de l’hôpital gouvernemental de Bécharré et environnementaliste notoire, pour sa campagne hostile aux travaux en cours autour de la forêt des cèdres ».


Par la même occasion, les deux députés ont dénoncé « la nette défiguration des alentours directs de la forêt historique des cèdres », notant « le danger qui guette cette forêt, et qui pourrait pousser l’Unesco à la rayer de la liste du patrimoine mondial ». Les députés ont appelé « la municipalité de Bécharré et le Comité des amis des cèdres (ONG en charge de la forêt) à prendre position contre ce dangereux abus ». Ils ont également demandé « aux ministères de l’Environnement, de la Culture, du Tourisme et de l’Agriculture de se saisir de cette affaire, et de faire en sorte que le terrain retrouve son aspect initial dans les délais les plus brefs ».

 

 

Pour mémoire

Les alentours de la forêt des cèdres défigurés... pour un mariage

 

Le roseau pour préserver le cèdre !


Suite à une plainte déposée par le Mouvement écologique libanais (LEM, rassemblement de dizaines d’ONG d’environnement) contre une carrière illégale qui ravage une forêt de cèdres et de pins à Hadeth el-Jebbé (Liban-Nord, caza de Bécharré), le ministre sortant de l’Intérieur Marwan Charbel a publié mercredi une décision qui demande aux Forces de sécurité intérieure (FSI)...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut