Egypte

Egypte : l'armée fait place nette, la direction des Frères musulmans pourchassée

Près de 280 tués, selon un premier bilan.

Un enfant égyptien blessé dans l'assaut lancé par les forces de l'ordre contre les partisans de Mohamed Morsi, le 14 août 2013. AFP PHOTO / MOSAAB EL-SHAMY

Le Premier ministre égyptien Hazem Beblawi a assuré mercredi, dans une allocution télévisée, que la police avait agi avec "la plus grande retenue" lors de son opération sanglante de dispersion au Caire des partisans du président Mohamed Morsi destitué par l'armée.

Les forces de l'ordre ont mis mercredi matin leurs menaces à exécution et ont commencé à disperser les partisans de Mohamed Morsi, dans une opération qui a rapidement tourné au bain de sang avec des dizaines de morts.


Justifiant l'intervention, M. Beblawi a estimé qu'"aucun Etat qui se respecte n'aurait pu tolérer" l'occupation des deux places par des milliers de manifestants depuis un mois et demi. Le chef du gouvernement intérimaire a en outre promis de poursuivre la mise en oeuvre du processus qui doit conduire à des élections début 2014. Plus tôt dans la journée, le gouvernement égyptien a demandé aux pro-Morsi d'"entendre la voix de la raison".

 

(Voir aussi : Images d'une journée sanglante au Caire)

 

Près de 280 personnes ont été tuées en Egypte dans la dispersion sanglante des manifestations réclamant depuis plus d'un mois le retour du président islamiste, ainsi que dans des violences qui ont vite gagné l'ensemble du pays.

Les autorités ont indiqué que 235 civils et 43 policiers avaient péri à travers le pays.

 

Mais ce bilan est probablement bien plus élevé, un journaliste de l'AFP ayant décompté 124 cadavres dans une morgue de fortune sur la seule place Rabaa al-Adawiya, où le ministère de la Santé a fait état de 61 morts.

Au total, les Frères parlent de 2.200 morts et plus de 10.000 blessés.

 

 

Les forces de l'ordre à l'assaut du campement de Rabaa. REUTERS/Amr Abdallah Dalsh

 

 

Au cours de la dispersion des manifestants, un caméraman de la chaîne britannique Sky News a été tué par balle.

Les Frères musulmans ont de leur côté annoncé que la fille de 17 ans d'un de leurs principaux leaders, Mohammed al-Beltagui, avait également été tuée par balle. 

 

Ce dernier ainsi qu'un autre dirigeant de la confrérie, Essam el-Erian, ont été arrêtés après la dispersion meurtrière des sit-in, a rapporté l'agence Reuters citant une source sécuritaire égyptienne. Le prédicateur radical Safouat Hegazi a également été arrêté, a ajouté le responsable sécuritaire.


Après que des centaines de pro-Morsi ont quitté Rabaa, les forces de l'ordre leur ayant ménagé un couloir d'évacuation, les autorités -qui ont repris Nahda dans la matinée- ont annoncé contrôler également cette place. Les pro-Morsi ont aussitôt appelé à de nouveaux sit-in et manifestations.

 

(Diaporama : L'assaut contre les pro-Morsi en images)

 

Face à ce bain de sang, le prix Nobel de la paix Mohamed ElBaradei a démissionné de son poste de vice-président, refusant "d'assumer les conséquences de décisions avec lesquelles il n'était pas d'accord".
M. ElBaradei, qui avait apporté sa caution morale à la destitution de M. Morsi le 3 juillet par les militaires, a par sa démission mis au jour les profondes divisions au sein des autorités de transition, installées par la toute-puissante armée. Il avait à plusieurs reprises plaidé pour une solution politique à la crise, répétant que les Frères musulmans devaient participer à la transition.


Dans la matinée, une autre figure morale s'était désolidarisée de l'opération meurtrière des forces de l'ordre: l'imam d'Al-Azhar, plus haute autorité de l'islam sunnite, qui avait expliqué n'avoir pas eu connaissance des méthodes que les forces de l'ordre comptaient employer.

 

 

 Un homme pleure dans la morgue d'un hôpital de campagne où sont rassemblés les corps des islamistes tués dans l'assaut lancé par les forces de l'ordre contre les partisans de Mohamed Morsi, le 14 août 2013. AFP/MOSAAB EL-SHAMY

 

Pour tenter d'endiguer le flot de violence qui a gagné de nombreuses villes du pays en proie à des heurts meurtriers, les autorités ont décrété l'état d'urgence et un couvre-feu dans la moitié des provinces égyptiennes, dont le Caire et Alexandrie, de 19H00 à 06H00 (17H00 GMT à 04H00 GMT). Une heure après l'entrée en vigueur de ce couvre-feu, des responsables de la sécurité ont indiqué à l'AFP que le calme était revenu dans l'ensemble du pays.

"La sécurité et l'ordre dans la nation sont en danger en raison d'actes de sabotage délibérés, d'attaques visant des bâtiments publics et privés et de la perte de vies humaines, des actes perpétrés par des groupes extrémistes", selon un communiqé de la présidence publié plus tôt.


Outre l'état d'urgence et le couvre-feu, le gouvernement a annoncé que le trafic ferroviaire en direction et depuis le Caire était interrompu pour prévenir de nouveaux rassemblements.

 

 

L'assaut contre les partisans de Mohamed Morsi, sur la place Rabaa al-Adawiya. AFP/MOHAMMED ABDEL MONEIM

 

 

Après la dispersion, des heurts avaient lieu dans différents quartiers du Caire et ont fait plusieurs morts dans d'autres villes du pays. A Alexandrie, la deuxième ville du pays dans le nord, des échanges de tirs nourris à l'arme automatique avaient lieu, a constaté un journaliste de l'AFP.
Au moins quatre églises ont été également attaquées, les militants accusant les pro-Morsi de mener "une guerre de représailles" contre les coptes, dont le patriarche avait lui aussi soutenu la décision de l'armée de destituer M. Morsi, toujours retenu au secret. 

 

Mercredi en journée, dans l'hôpital de campagne du campement de la place Rabaa, les médecins débordés délaissaient les cas désespérés sur le sol maculé de sang, pour concentrer leurs efforts sur les blessures les plus susceptibles d'être soignées. Un homme qui respirait encore mais avait reçu une balle dans la tête n'a ainsi pas pu recevoir de soins, a constaté le journaliste.

 

(Lire aussi : Egypte : la communauté internationale entre inquiétude et condamnations)

 

Le correspondant en Egypte de Skynews a pu pénétrer dans le campement des partisans du président déchu sur la place Rabaa al-Adawiya. Sur son compte Twitter, il a évoqué des scènes de "chaos absolu". L'hôpital de campagne est "plein de cadavres" et de blessés graves. Les femmes et les enfants se cachent dans la mosquée, a-t-il poursuivi, ajoutant avoir vu au moins deux nourrissons morts, "pas en raisons de tirs, mais à cause de la chaleur et du manque d’eau". Le journaliste a également évoqué des snipers tirant à balles réelles, rendant plus difficile encore l'accès à l'entrée de l'hôpital.

 

Un blessé, dans le campement d'al-Nahda. AFP/ENGY IMAD

 

 

 

Les partisans du président déchu ont été pris par surprise par les bulldozers des forces de l'ordre car les nouvelles autorités avaient promis des "sommations" afin de laisser partir ceux qui le souhaitaient, en particulier les femmes et les enfants.

 

(Lire aussi: Lueurs d’espoir dans l’obscurité du Moyen-Orient)

 

"Ce n'est pas une tentative de dispersion mais une tentative d'écraser d'une façon sanglante toute voix opposée au coup d'Etat militaire", a dénoncé Gehad el-Haddad, porte-parole des Frères musulmans, sur Twitter.

En représailles à la dispersion, des islamistes ont commencé à bloquer des grands axes du Caire en incendiant des pneus en travers des routes pour tenter de paralyser le pays.

 

Le gouvernement et la presse quasi-unanime accusaient les Frères musulmans d'être des "terroristes" ayant stocké des armes automatiques sur les deux places et se servant des femmes et des enfants comme "boucliers humains".

Les nouvelles autorités, s'appuyant sur une grande partie de la population qui reprochait à M. Morsi d'avoir cherché à accaparer le pouvoir sans rien faire pour l'économie en crise, entendent lancer une période de transition devant mener à des élections début 2014.

 

 

Commentaire

Le mythe d’une démocratie kaki


De l’urgence de démilitariser l’État égyptien...

 

Pour mémoire

Pour en finir avec un faux débat, le billet de Christian Merville


La réinitialisation révolutionnaire de l’Égypte

Le Premier ministre égyptien Hazem Beblawi a assuré mercredi, dans une allocution télévisée, que la police avait agi avec "la plus grande retenue" lors de son opération sanglante de dispersion au Caire des partisans du président Mohamed Morsi destitué par l'armée.


Les forces de l'ordre ont mis mercredi matin leurs menaces à exécution et ont commencé à disperser les...

commentaires (8)

TANT MIEUX....IL ÉTAIT TEMPS !

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

00 h 01, le 16 août 2013

Tous les commentaires

Commentaires (8)

  • TANT MIEUX....IL ÉTAIT TEMPS !

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    00 h 01, le 16 août 2013

  • OU QUAND LE LIÈVRE, POLTRON DE NATURE, SE SERT DE SES PIEDS...

    SAKR LOUBNAN

    21 h 11, le 15 août 2013

  • Al Baradei... l'homme qui ne s'appelait pas courage...c'est maintenant qu'il faut rester,et pas qu'il faut partir...fonctionnaire international,va!

    GEDEON Christian

    20 h 49, le 14 août 2013

  • Je vais être cynique et je m'en excuse à l'avance, pourquoi les alqaidanosrasalafiwahabitobokoharametc ne débarquent pas au Caire ?? , étonnant les ingrédients sont là pour un état islamique, aux portes d'israel , non ? je vais risquer une réponse et je m'en excuse à l'avance, parce que les patrons de ces groupes alliés au sionisme mondial sont surpris par l'événement et ne savent pas sur quel cheval miser . Il y a très longtemps un révolutionnaire disait que les capitalistes occidentaux tressent chaque jour la corde de chanvre qui va les pendre.

    Jaber Kamel

    18 h 45, le 14 août 2013

  • C'est terrible "et inattendu ...des frères musulmans qui sont prés à se sacrifier pour la démocratie ....

    M.V.

    15 h 46, le 14 août 2013

  • C'est inévitable dans la mesure où les morsi mords-ça, refusaient de négocier. Ils ont volé la révolution des Egyptiens, gouverné comme un pied et quand on leur demande de partager ils refusent et tirent sur l'armée et s'en prennent bassement et lâchement aux Eglises. C'est le plan B bien préparé par sio-occidentaux qui est actuellement en cours à savoir une guerre intestine entre une partie fanatique du peuple et l'armée (qui ne fera pas dans la dentelle comme toutes les armées et dont les erreurs seront grossies au maximum par la presse surtout sur celle de la qatarie golfique) et tout cela pour affaiblir l'armée si elle devait refuser le bon (pour les sio-occidentaux) pouvoir des freres musu qui sont à l'heure du soleil couchant dans notre région, malgré les vives blatérations de l'innommable mauvais cocktail (sans alcool) islamo-turc-ottoman. Que dieu sauve l'Egypte et aide ses dirigeants à prendre les bonnes décisions pour éviter le pire qui le guette.

    Ali Farhat

    14 h 41, le 14 août 2013

  • Une guerre civile qui ne fait que commencer . Antoine Sabbagha

    Sabbagha Antoine

    13 h 49, le 14 août 2013

  • Alea jacta est , on verra la suite , où bien les ikhwans se battent et meurent comme ils le déclarent depuis le début , ou bien ils se laissent écraser et vont vivre dans la clandestinité après avoir tutoyé les sommets , je lis aussi que 3 églises ont été incendiées , faut il dire comme dans la logique de certains dans ce forum que c'est la faute aux militaires qui ne devaient pas dégager le morsi , ou bien la faute aux ikhwans qui ne devaient surtout pas se présenter aux élections et les gagner en toute légitimité ? parce que cette fois ci , il n'y a pas de hezb résistant armé parmi les égyptiens , vous voyez ce que je veux dire ?? non ? bon il aurait fallu que les chrétiens qui payent de la connerie des politiques egyptiens manipulés auraient du s'armer et se défendre tout seul, ça ne serait pas arrivé , alors que là Allah yestor , ya m3atââârr !!!!

    Jaber Kamel

    13 h 13, le 14 août 2013