Liban

Le Liban face à la menace islamiste

Éclairage
04/06/2013

Chaque jour qui passe montre l’imbrication de plus en plus étroite des dossiers libanais et syrien. Si le secrétaire général du Hezbollah a ouvertement reconnu la participation de ses partisans aux combats dans la région de Qousseir aux côtés des forces du régime en Syrie, pour empêcher l’extension des takfiristes du Front al-Nosra et leurs alliés vers le Liban, des cellules jihadistes libano-syriennes sont en train, parallèlement, d’apparaître au grand jour au Nord, à Saïda, à Beyrouth et dans la Békaa. Les derniers jours ont été riches en indices allant dans ce sens. Dimanche, une source sécuritaire a précisé que des combattants du Hezbollah ont ainsi tendu un piège à un groupe de takfiristes qui s’étaient introduits dans le jurd de Baalbeck pour y installer un canon de 120 mm. Les obus de ce type de canon n’étant pas de longue portée, il fallait donc installer le canon à une dizaine de kilomètres des cibles potentielles, donc de la ville de Baalbeck. Cet incident, le premier du genre, montre aussi que les jihadistes syriens et libanais circulent assez librement entre le Liban et la Syrie, entre Qousseir et Ersal en particulier.


De plus, il apparaît de plus en plus clairement que des jihadistes libanais combattent aux côtés des rebelles syriens dans la région de Qousseir. Ainsi, il y a quelques jours, le sunnite libanais de Baalbeck Hussein Dergham, mort à Dabaa, a été enterré au cimetière sunnite de la ville, sa dépouille ayant été ramenée au Liban. La source sécuritaire précise qu’il y en aurait trois autres, des familles Chalha, Kassar et Solh, dont les dépouilles sont encore en Syrie. Un autre Libanais de Tripoli de la famille Ezzedine est aussi mort à Qousseir et il a été enterré dans son village du Nord. Mais désormais, le Front al-Nosra se montre au grand jour au Liban. Il y a une quinzaine de jours, le vendredi 17 mai, après la prière de midi, une centaine d’éléments du Front al-Nosra sont sortis de la mosquée de Hiché à Wadi Khaled clamant des slogans en faveur de ce front et brandissant ses drapeaux. Même chose au village de al-Amaër, toujours à Wadi Khaled. Il y a même eu un incident encore plus grave avec, pour la première fois depuis le début du conflit syrien, l’apparition du Front al-Nosra à Beyrouth, il y a quelques jours. Les jihadistes de ce front sont descendus dans la rue avec leurs drapeaux et leurs armes, dans le quartier situé entre la Cité sportive et Tarik Jdidé. Ils se sont d’ailleurs heurtés aux habitants chiites de ces quartiers miséreux, mais l’armée est rapidement intervenue pour séparer les belligérants.


Il est donc désormais clair que les jihadistes du Front al-Nosra et alliés deviennent de plus en plus présents au Liban, qu’ils soient libanais ou syriens. La source sécuritaire précitée a précisé aussi que ces groupes sont directement financés par les pays du Golfe et versent des salaires élevés à leurs recrues, pouvant aller jusqu’à 4 000 dollars par mois. En plus du salaire mensuel, les jihadistes ont beaucoup de facilités, notamment avec les fatwas émises par certains ulémas appartenant à la même mouvance qui autorisent la réquisition des biens de l’ennemi, comme butin de guerre, et le viol de ses femmes et enfants.

 

À cet égard, il faut rappeler que la Sûreté générale a arrêté il y a une dizaine de jours les membres d’un réseau libano-syrien d’obédience radicale qui préparait des assassinats sur le territoire libanais. L’un des membres de ce réseau, déféré devant la justice avec ses compagnons, s’appelle Adnane et il a raconté en détail, au cours de son interrogatoire, les atrocités commises. Selon la même source sécuritaire, le dénommé Adnane aurait reconnu s’être rallié à une cellule libano-syrienne, dont le chef serait installé à Ersal. La cellule est active dans la région de Qousseir et se déplace clandestinement entre le Liban et la Syrie via la région dite « les projets de Kaa ». Parmi les hauts faits de Adnane et de son groupe, l’attaque de l’aéroport de Dabaa avant qu’il ne tombe entre les mains de l’armée. Selon ses propres aveux, la cellule aurait tué 13 soldats de l’armée syrienne dont trois auraient été égorgés. De même, Adnane a révélé avoir pénétré dans le quartier turkmène au nord de Qousseir, où il a blessé un homme à la jambe avant de violer devant lui ses trois filles de 7, 8 et 10 ans pour tuer ensuite les quatre personnes, sa soif de vengeance assouvie.

 

Adnane et son groupe avaient aussi planifié, toujours selon les aveux préliminaires, de tuer des cheikhs sunnites soupçonnés d’être proches du Hezbollah, mettant ainsi en application, sans la moindre hésitation, la fatwa émise par le cheikh qatari Youssef Qardaoui...

 

Les tirs hier contre cheikh Maher Hammoud à Saïda, qui critique ouvertement cheikh Assir et appelle à ne pas combattre la résistance, pourraient s’inscrire dans ce cadre. L’enquête est en cours. Mais, en Syrie même, les assassinats de cheikhs sunnites appuyant le régime sont en train de se multiplier, comme l’assassinat de l’uléma Bouti et d’autres, dans une volonté évidente de terroriser les hommes de religion sunnites et de les empêcher de prêcher en faveur d’une entente entre les sunnites et les chiites.

 

Toutefois, l’élément nouveau, c’est que la vague extrémiste est en train de s’étendre au Liban, ou en tout cas d’y apparaître au grand jour, tout en cherchant à provoquer des incidents dans plusieurs régions du pays. Pour l’instant, ils sont circonscrits et l’armée libanaise parvient encore à avoir le contrôle de la situation. Mais la menace takfiriste pèse désormais sur le Liban. Certains affirment qu’elle est la conséquence de l’implication du Hezbollah aux côtés du régime, d’autres qu’elle en est la cause. Mais pour le Hezbollah, en se battant contre les cellules du Front al-Nosra à Qousseir, il serait non seulement en train de protéger les arrières de la résistance, mais aussi tout le Liban en empêchant les cellules takfiristes de s’y implanter. C’est en tout cas ce que ses cadres disent aux familles ayant perdu des fils dans la bataille de Qousseir.

 

 

Lire aussi

L’insécurité sur commande, l'éclairage de Philippe Abi Akl

 

La paralysie des institutions libanaises, l’un des dommages collatéraux de la guerre en Syrie

 

 

Pour mémoire

Moussaoui : Si les takfiristes remportent la victoire en Syrie, il n’y aura plus de Liban

 

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Antoine-Serge KARAMAOUN

Quel Liban, et Quelle Menace "islamiste" yâ äâïynéh ! C'est Juste.... une R é v o l u t i o n ! Eh oui !

Ali Farhat

La région.. face à cette menace et par extension: Le monde! Ceux qui affronteront ce mal absolu vivront. Les badauds et les autres seront ensevelis.

Robert Malek

(suite de mon commentaire) Devant l'éternelle impuissance de l'Etat libanais, il faut espérer que notre pays ne tombe pas aux mains de ceux qui complotent pour nous islamiser, iraniser, radicaliser, rétrograder et soumettre le seul peuple encore libre de la région à leurs doctrines obscures et barbares.

Sabbagha Antoine

Avec touts ces groupes de takfiristes et le hezbollah qui les poursuit tout citoyen se demande ou sont donc nos forces de sécurité pour réprimander ces terroristes.



Antoine Sabbagha

Robert Malek

L'abîme vers lequel le Hezbollah entraîne le Liban n'a jamais été aussi proche. Profitant de l'absence de gouvernance et de la faiblesse de l'Etat, la milice illégale joue aux justiciers imaginaires en envoyant ses mercenaires partout où règne la terreur tels des requins attirés par la vue du sang. Le pire c'est qu'il y a des abrutis, aveuglés par leur fanatisme grandissant, qui applaudissent ces exactions et qui font l'apologie de la terreur en se rendant complices de crimes contre l'humanité. Grâce à leur esprit très très limité, ils s'excitent de manière puérile et soutiennent cette stratégie suicidaire au détriment de l'intérêt national et de la sécurité du pays, aimant à classer systématiquement tous ceux qui n'adhèrent pas à leurs idées tordues en pro-américains et pro-israéliens, voire pro-sionistes. Pauvres esprits très très limités pour qui tous les dirigeants du monde sont des assassins sauf Assad, Poutine, Ahmadinejad, Xi Jinping, Kim Jong-un, et j'en passe, dénués du minimum de bon sens et qui ne fonctionnent que par fanatisme, violence et bellicisme, à qui il faut expliquer qu'être opposé aux tarés de Dieu ne signifie nullement s'allier avec l'ennemi du sud.

CBG

La menace islamiste est plus facile à combattre que la menace intrinsèque, l ennemi du Liban est le libanais individualiste, égoïste et narcissique...
L ennemi le plus dangereux pour le Liban, c est ces chefs de clan, ces anciens chefs de guerre, c est l'atavisme ambiant, c est ces politiciens incompétents, ces députés incapables de faire fonctionner une démocratie, c est les groupes armées qui louent des noms divins, c'est les anciens militaires qui ont mutés en faux politiciens, c'est les fonctionnaires corrompus, c'est les hommes de religion transformés en faux messie, c est les journalistes qui défendent des politiciens avant de se préoccuper du citoyen, c est les citoyens fanatisés politiquement....
La menace islamiste n est dangereuse que par la force de conviction et de détermination qu elle dégage, face aux faiblesses libanaises...

Jean-Pierre EL KHOURY

Article signé et insistant. Nous parler des conséquences? Nous le savons. Mais depuis des années, nous (libanais) clamions fort que si le Hezbollah ISLAMISTE armé reste tel qu'il est : Milice imposée aux libanais...Nous verrons d'autres groupes ISLAMISTES apparaitre. Donc c'est la faute à qui?? Faute au hezbollah et à tous les journalistes qui, devraient consulter un ophtlamo mais qui ne soit pas Bachar El Assad !!! Article nous parlant de ces "salafistes" comme s'ils étaient tombés du ciel sans raison. Puis remarquez bien comment l'auteur prend bien son temps pour "bien justifier" les actes du Hezbollah ISLAMISTE CHIITE : 4 à 5 LIGNES rien que pour justifier. Je recopie.....Si le secrétaire général du Hezbollah a ouvertement reconnu la participation de ses partisans aux combats dans la région de Qousseir aux côtés des forces du régime en Syrie, pour empêcher l’extension des takfiristes du Front al-Nosra et leurs alliés vers le Liban..... Voici ce qu'on appelle "urgence, il faut changer d'ophtalmo" parce que écrire ceci dans une journal comme AL AKHBAR ou AL MANAR, cela se comprend, mais écrire un article pareil dans l'ORIENT LE JOUR où les lecteurs sont tout de même d'une certaine catégorie culturelle et qui savent réfléchir intelligemment...C'est tout autre chose. Que l'article prennne position pour "les mêmes sources partisanes" ? soit .. Mais tout de même..Notre intelligence est encore là. Il faut la prendre en compte svp.

Pierre Hadjigeorgiou

Le Hezbollah n'a jamais défendu le Liban, ses institutions ou son peuple. En fait il n'a défendu rien d'autre que la cause Iranienne et l’impérialisme Chiite islamique. Il n'est pas moins fanatique ou "takfiriste" que les autres. Son idéologie est claire depuis 1982 et a toujours agit dans ce sens. Il n'a en bref jamais été Libanais, pour les Libanais, par les Libanais. S'il était sincère, depuis 2005, il aurai accepté le résultat des urnes et de 2005 et de 2009, la gouvernance de la majorité, l’élaboration de la remise de ses armes a l'armée et entrer dans le jeu démocratique du pays et non pas bloquer les institutions, tuer les opposants a sa politique, conduire des coups d’état, protéger des criminels, détruire l’économie, conduire des guerres destructrices... Mais voila, tout a une fin et le projet Iranien impérialiste chiite s'effondre dans les méandres d'une guerre qui ne se terminera que par leur perte. Ils ont provoque le fanatisme de l'autre bord et maintenant ils récoltent ce qu'ils ont semé. Le seul hic c'est que la majorite du peuple, qui est contre lui, va encore souffrir de leurs imbécillités.

GEDEON Christian

Sujet polémique par excellence...il est vrai qu'on se serait bien passé d'une intervention du Hezb en Syrie...il est vrai.Pour autant,à qui fera-t-on croire que l'apparition des "takfiristes" aux quatre coins du Liban est la fruit d'une espèce de génération spontanée liée à la seule intervention du Hezb à Qousseir???Voyons! Un peu de bon sens, quand même! Les takfiristes ne sont pas Athéna sortie toute casquée du crâne de Zeus! Leur présence en nombre, et leurs exactions sont le fruit d'une opération longuement mûrie, et ce bien avant l'affaire de Qousseir...c'est l'évidence même.Les fatwas diverses et variées justifiant le pire du pire qui ne datent pas d'aujourd'hui,ni d'hier en sont la preuve flagrante...en tous cas,ce n'est en voyant le monde en noir et blanc, comme le font certains emportés par leur idéologisme,qu'on pourra contenir la situation.

Jaber Kamel

On ne sait plus s'il faut dire que la menace terroriste takfiriste est contrée GRACE ou à CAUSE de l'intervention du hezb résistant , mais peu importe , le fait est que le complot a été initié depuis la défaite de 2006, le plan est de désarmer le hezb résistant et qu'elqu'ait été la position du hezb, cad attendre gentiment qu'on vienne le cueillir ou qu'on le force à réagir aux terrorites , il se devait de disparaitre aux yeux de ses ennemis. C'est Churchill qui disait la meilleure défense c'est l'attaque, repris par sharon quand il s'agissait de contrer les attaques des palestiniens, le hezb résistant a fait ce choix et ma foi il n'est pas sans conséquences malheureuses, toujours est il qu'il se défend et stratégiquement il le fait bien, il prend ses responsabilités et les assume, je le disais à +sieurs reprises, le complot est là il faut y faire face, on est pret ou on ne l'est pas.Il faut pas juger une guerre sur le moment meme s'il est douloureux, mais juger sur la finalité des objectifs qui seront atteints ou pas.Qui pouvait croire en 2000 qu'israel allait décamper comme des malpropres devant la vaillance du combat de la résistance? à la réponse à cette question on décide de se résigner ou pas, à la défaite.Chaque jour qui passe en présence de Scarlett est une victoire pour nos consciences.

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Elle croit même pouvoir nous foutre la Trouille par cet article !

Michele Aoun

Mais c'est des sauvages, ces takfiristes! Il ne nous manquait plus que ca dans le paysage libanais!

SAKR LOUBNAN

ON NOUS ÉNUMÈRE LES FAITS. ON IGNORE À DESSEIN DE NOUS DIRE LES CAUSES. LES ACTIONS APPELLENT DES RÉACTIONS ! ET LES COMBATS AYANT PRIS LA FORME RELIGIEUSE, CHAQUE COMMUNAUTÉ SE SENTANT CIBLÉE, LE FANATISME GONFLERA SANS CESSE LES RANGS DES DEUX CÔTÉS BELLIGÉRANTS. LES AUTRES COMMUNAUTÉS LIBANAISES VONT SE VOIR EMPORTÉES DANS L'OEIL DU CYCLONE.

Élie Khoueiry

Le Liban fait face à la menace islamique grâce au Hezbollah qui participe aux combats en Syrie, et aux discours sunnitophobes du général Aoun. Tous les jours, le CPL bombardait le courant du future MODÉRÉ afin de le faire remplacer par des barbus prêts à mourir en Jihad comme le Hezb... La solde du Hezbollah à l'Iran et au régime de Damas, a mené le pays dans une confrontation régionale. Le régime syrien a bien aidé le Hezbollah durant la guerre de 2006 en ouvrant l'aéroport de Damas acceuillant tout libanais désirant quitter le pays.. en échange, le Hezbollah se doit dans son devoir (obligatoire) de lui offrir des jihadistes en échange. Chère Scarlett, votre politique orange risque de faire hériter le pays à 300 ans de guerres suicidaires ! la meilleur façon de combattre la menace islamique, est d'appuyer les musulmans modérés et de renforcer leurs rôles politique sur la scène locale, tandis que la politique du CPL ne fait qu'attirer les barbus extrémistes qui font servir les intérêts du Hezbollah afin de justifier la présence des armes qui sont devenus illégaux.

Halim Abou Chacra

Il est archisûr que "la menace takfiriste pèse désormais sur le Liban et qu'elle est la conséquence de l'implication du Hezbollah aux côtés du régime" de Damas. Ceux qui disent que "la menace takfiriste est la cause de ladite implication" du Hezbollah n'ont vraiment aucun sens du ridicule. L'implication irresponsable du Hezbollah aux côtés des iraniens et de la tyrannie criminelle de Damas date de l'époque de la cruauté initiale de la monstrueuse dictature syrienne, traduite tout au début des manifestations pacifiques par la coupure du pénis des enfants et de la gorge des poètes. Epoque où il n'y avait encore aucune trace du front al-Nosra dans le nord syrien. Combien de fois, depuis, des hommes politiques et des journalistes de bon sens du Liban ont averti que l'implication du Hezbollah dans le conflit syrien aux côtés du régime et sur ordre de l'Iran allait entraîner les takfiristes au Liban. Eh bien les voilà ces takfiristes. Le seul responsable de leur présence au Liban est le Hezbollah qui est la plus grande calamité et la plus grave menace pour le Liban depuis l'indépendance en 1943. C'est la vérité absolue. Même les enfants du Liban vous le diront.

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.