Rechercher
Rechercher

À La Une - Liban

Des blogueurs tournent les législatives libanaises en dérision

Candidats sur la liste "Je suis à vendre", huit blogueurs lancent une véritable campagne électorale... virtuelle.

Photo tirée de la page Facebook du blogueur Imad Bazzi.

Que va-t-il se passer à Beyrouth à 16h ? Cette question a animé tout au long de ce mercredi les réseaux sociaux liés au Liban, les spéculations fusant de partout mais le mystère restant entier jusqu'à l'heure dite. Dans un pays où l'on s'attend au pire à tout moment, certains craignaient un bombardement de la banlieue-sud de Beyrouth par l'Armée syrienne libre (ASL), qui a adressé mardi un ultimatum de 24h au Hezbollah, voire le déclenchement d'une guerre civile... D'autres, à l'imagination plus fertile et sur un mode plus prosaïque, s'attendaient à une manifestation nudiste dans le centre-ville de Beyrouth...

 

 

 

Ce qui s'est finalement passé à 16h, c'est le lancement par huit blogueurs libanais d'une campagne électorale virtuelle, à la grande déception de certains, alors que les législatives prévues en juin seront officiellement reportées vendredi et que le mandat du Parlement actuel sera prorogé.

 

 

 

 

"Vous avez tourné les législatives en dérision ? Nous sommes les rois de la dérision", expliquent les activistes libanais sur le site dédié à la campagne, intekhabet.com. Sous le slogan "Pour que nous baignons dans la démocratie", Hanin el-Siddiq, Ali Fakhri, Salim el-Lawzi, Imad Bazzi, Zeinab Abdel Sater, Omar Kaboul, Fakher Salameh et Mahmoud Ghzayyel "se présentent" sur une même liste virtuelle baptisée "Je suis à vendre". 

 

"Nous, candidats de la liste +Je suis à vendre+, annonçons que 16h est l'heure à laquelle les citoyens qui ont une conscience commenceront à renier toute légitimité à ce faux Parlement dont les forces politiques satisfont leurs propres intérêts au détriment du pays", écrit le blogueur Imad Bazzi sur sa page Facebook en lançant la campagne.

 

Sur leur site qu'ils promettent d'actualiser quotidiennement, les activistes candidats appellent les Libanais à découvrir leur programme électoral et lancent un message aux responsables politiques : "A partir de maintenant, nous ne vous laisserons plus dormir jusqu'à la tenue des législatives. Non à la prorogation, non à la prorogation, non à la prorogation...".

  

 

Lire aussi

Le mot de passe a circulé : prorogation d’un an du mandat de la Chambre

 

Notre dossier

Les électeurs libanais ont la parole


Que va-t-il se passer à Beyrouth à 16h ? Cette question a animé tout au long de ce mercredi les réseaux sociaux liés au Liban, les spéculations fusant de partout mais le mystère restant entier jusqu'à l'heure dite. Dans un pays où l'on s'attend au pire à tout moment, certains craignaient un bombardement de la banlieue-sud de Beyrouth par l'Armée syrienne libre (ASL), qui a adressé...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut