Rechercher
Rechercher

Économie - Liban - Entreprises

Bader investit 1,1 million de dollars dans trois start-up libanaises en expansion

Le groupe Bader a révélé que son fonds d’investissement, le Building Block Equity Fund (BBEF), a investi dans trois start-up libanaises en pleine expansion régionale, à savoir la chaîne de restauration rapide Shawarmanji, le portail électronique de recettes Shahiya et la société de distribution de livres en ligne Cedar Books.

Le gouverneur de la BDL Riad Salamé. Photo Sami Ayad

Le programme Bader pour les jeunes entrepreneurs a annoncé que son fonds d’investissement, le Building Block Equity Fund (BBEF), a investi 1,15 million de dollars dans ces trois start-up. Bader Group a révélé que le fonds augmentera son capital de 7,3 millions à 15 millions de dollars au cours de la deuxième phase de son action en cours depuis sept ans. Les trois nouveaux investissements de Bader ont été annoncés au cours d’une cérémonie organisée sous le parrainage de Riad Salamé, gouverneur de la Banque du Liban (BDL), et en présence du président de Bader, Robert Fadel, et du PDG du fonds Khaled Zeidan. Lancé par Bader en 2006, BBEF a pour vocation de financer les PME en expansion. Middle East Venture Partners (MEVP) est chargée de la gestion du fonds d’investissement de Bader, lequel est enregistré au Luxembourg en tant que modèle de « fonds et de mécanismes d’investissement spécialisés dans les capitaux à risque ». Le capital du fonds s’élève actuellement à 7,3 millions de dollars grâce à la contribution des huit principales institutions libanaises en matière d’investissement, à savoir Fransabank, BLOM, Bank Audi, BankMed, BLF, Crédit libanais, M1 Group et MEVP.


« La Banque du Liban ne s’intéresse pas uniquement à la stabilité monétaire du pays, mais également aux moyens de financement des PME et de l’économie en général », a déclaré M. Salamé à l’occasion. « Nous avons pris des mesures afin de lancer les marchés de capitaux au Liban. Une autorité spécialisée en la matière a été fondée et nous espérons qu’elle deviendra opérationnelle au niveau du contrôle ou du suivi des marchés dans les mois à venir. » Et le gouverneur de la BDL d’ajouter : « Tant que la situation monétaire reste stable et solide, nous nous activerons à promouvoir la demande au niveau local. En effet, la demande étrangère sur l’économie libanaise a chuté en raison des événements qui ont secoué le pays dernièrement. La Banque du Liban tente de compenser cela par la promotion de la demande au niveau local. »


Soulignant l’importance de la capitalisation, le gouverneur a poursuivi : « Le montant de la dette du secteur privé au profit des banques libanaises s’élève à 45 milliard de dollars, soit l’équivalent du PIB libanais, sans compter les dettes externes au secteur bancaires concernant les sociétés industrielles ou commerciales. Ce chiffre peut entraver la croissance sachant que le coût de la dette limite les capacités d’investissement des sociétés existantes ou nouvellement établies. »


Le président de Bader Group, Robert Fadel, a de son côté indiqué que BBEF « a signé des accords avec plusieurs banques afin d’augmenter son capital qui dépassera ainsi les 15 millions de dollars. Cette augmentation donne un nouvel élan aux efforts déployés par le groupe en matière de financement des entreprises et des idées ayant besoin de financement à hauteur de 250 000 à 1 million de dollars ». Selon lui, l’activité du groupe complète les efforts du réseau Lebanese Business Angels (LBA), également lancé par Bader, afin de « financer les jeunes entrepreneurs et ceux ayant des idées et projets novateurs à hauteur de 50 000 à 100 000 dollars pour qu’ils puissent réaliser leurs ambitions ».
« L’investissement dans les start-up est généralement considéré comme un investissement à risque, a ajouté M. Fadel. Cependant, pour Bader, encourager les entrepreneurs et les PME n’a rien de risqué : c’est plutôt un investissement aux résultats garantis pour l’économie libanaise et un instrument efficace favorisant la croissance économique et la création d’emplois. »


Khaled Zeidan, PDG du Building Block Equity Fund, a expliqué que le fonds a investi 250 000 dollars dans Shahiya.com, un portail électronique de recettes culinaires qui figure à la première place dans la section recettes et à la quatrième section femmes dans les pays arabes. Lancé en janvier 2012, le site offre à ces utilisateurs des recettes de cuisine en provenance du monde entier, notamment du Moyen-Orient. Il a atteint la barre de 1,1 million d’utilisateurs et représente 40 % du trafic électronique en Arabie saoudite, sachant que le trafic sur le site augmente de 15 % chaque mois.
M. Zeidan a ajouté que BBEF a investi 500 000 dollars dans Cedar Books, une société spécialisée dans la vente et la distribution de livres en ligne. Lancé en 2009, Cedar Books coopère avec Amazon.com et possède des entrepôts à New York, en France, au Royaume-Uni et au Liban. En l’espace de trois ans, les revenus de ce site sont passés de 2,5 millions de dollars en 2009 à 12 millions de dollars en 2012, dont 60 % générés en Amérique du Nord.
En outre, Bader a investi 400 000 dollars dans Shawarmanji, une chaîne de shawarma lancée en 2012 avec cinq filiales au Liban et une à Dubaï. Shawarmanji est régie par une équipe forte de son expérience au sein des plus grandes chaînes de restauration rapide et d’une longue série d’histoires à succès.


Selon Khaled Zeidan, ces investissements confirment encore une fois que la productivité et la créativité figurent toujours en abondance parmi les jeunes Libanais en dépit des difficultés économiques.

Le programme Bader pour les jeunes entrepreneurs a annoncé que son fonds d’investissement, le Building Block Equity Fund (BBEF), a investi 1,15 million de dollars dans ces trois start-up. Bader Group a révélé que le fonds augmentera son capital de 7,3 millions à 15 millions de dollars au cours de la deuxième phase de son action en cours depuis sept ans. Les trois nouveaux investissements...
commentaires (1)

Pourquoi au Luxembourg?

GEDEON Christian

03 h 21, le 24 mai 2013

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Pourquoi au Luxembourg?

    GEDEON Christian

    03 h 21, le 24 mai 2013

Retour en haut