Rechercher
Rechercher

À La Une - Liban

Une panne de courant majeure plonge le Liban dans le noir

La panne serait due aux mauvaises conditions météorologiques dans le nord du pays.

Photo Roi Saade

Électricité du Liban (EDL) a annoncé mardi soir qu’une panne a touché la centrale électrique de Deir Ammar, dans le nord du Liban, en raison des mauvaises conditions météorologiques dans la région.

« La panne est survenue à 17h30 mardi après-midi perturbant ainsi la production dans toutes les centrales électriques connectées au réseau », a affirmé EDL dans un communiqué. La panne affecterait l’ensemble du territoire libanais, dont la capitale, indique le texte. « Une équipe de techniciens tente de restaurer le réseau afin de rétablir le courant dans toutes les régions touchées », a conclu enfin EDL.

 

Trois heures plus tard, l’électricité est revenue dans certaines régions, dont le Akkar, affirme l’Agence nationale d’information (ANI, officielle).  Des témoins ont également affirmé à Lorientlejour.com que le courant a été rétabli dans certains quartiers de Beyrouth, notamment Achrafieh.

 

Cette panne intervient alors que la centrale électrique flottante, Fatmagül Sultan, a été mise à l'arrêt il y a deux semaines. Le 29 avril dernier, EDL a affirmé que la barge turque a été « complètement mise à l’arrêt » en raison d’un problème de carburant. EDL rejette la responsabilité de la panne sur le groupe turc Karadeniz Holding à qui appartient le navire. « (Electricité du Liban) a fourni le carburant nécessaire pour le fonctionnement de la centrale électrique flottante, conformément aux critères précisés dans l’appendice B de l’annexe 3 du contrat », souligne un communiqué d'EDL. « Un échantillon du carburant fourni a d’ailleurs été envoyé au laboratoire international VISWA LAB, poursuit le texte. Les résultats, sortis le 6 mars 2013, ont révélé que le carburant fourni (par la partie libanaise) était conforme aux critères mentionnés dans l’appendice B ».

 

Selon le plan stratégique national pour le secteur de l’électricité, le manquement du gouvernement à réformer le secteur entraînerait un déficit annuel de 1,5 milliard de dollars pour l’argent public et des pertes pour l’économie nationale estimées à au moins 2,5 milliards de dollars par an.

 

Une crise due au manque d’investissements, aux factures élevées de fuel, à l’état opérationnel des centrales dont la moitié est vieille et inefficace, ainsi qu’aux coûts de transport et de distribution, ainsi qu’à la situation financière détériorée d’EDL. Ainsi, l’énergie électrique est produite au Liban à partir de centrales hydroélectriques et thermiques et achetée de la Syrie et de l’Égypte. Ces dernières ont représenté en 2009, 7,5 % de la production totale de l’énergie, soit respectivement 589 GWh et 527GWh. De son côté, la capacité hydraulique a été évaluée à 274 MW mais la capacité annuelle de production était de 190MW en 2009. L’énergie hydraulique représente 4,5 % de la production totale. De son côté l’énergie produite à partir des centrales thermiques a représenté 88 % de la production totale.

 

 

Lire aussi

Lancement d’un projet de ferme solaire sur le fleuve de Beyrouth

 

Un plan national pour mesurer l’efficacité énergétique ?

 

Bassil lance la réhabilitation d’un barrage hydraulique au Akkar

Électricité du Liban (EDL) a annoncé mardi soir qu’une panne a touché la centrale électrique de Deir Ammar, dans le nord du Liban, en raison des mauvaises conditions météorologiques dans la région.
« La panne est survenue à 17h30 mardi après-midi perturbant ainsi la production dans toutes les centrales électriques connectées au réseau », a affirmé EDL dans un communiqué. La...

commentaires (2)

ET QUE FAIT LA 7ANOUM FATMAGÜL SULTAN ?

SAKR LOUBNAN

20 h 50, le 15 mai 2013

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • ET QUE FAIT LA 7ANOUM FATMAGÜL SULTAN ?

    SAKR LOUBNAN

    20 h 50, le 15 mai 2013

  • Il a en effet plu pendant une bonne dizaine de minutes. Du jamais vu!

    Jack Hakim

    23 h 49, le 14 mai 2013

Retour en haut