Les jeunes à l’honneur lors du 3e forum des autorités locales et régionales de la Méditerranée

Les ateliers du 3e forum

Quatre ateliers ont eu lieu simultanément au second jour du 3e forum des autorités locales et régionales, couvrant différents thèmes.

Atelier 1 : Décentralisation et services publics au niveau local. Les discussions ont principalement porté sur le rapport entre la population et les autorités locales, le budget accordé à celles-ci, et les difficultés rencontrées dans le processus de décentralisation qui n’aboutit pas toujours. Les thèmes évoqués ont également été la migration, le développement local, au niveau de l’emploi surtout, ainsi que les exigences des populations. Et en ces temps de crise, les réponses des autorités ne sont pas toujours appropriées, ou en tout cas appliquées rapidement lorsqu’elles le sont, sans oublier l’utilité et le manque de coordination et/ou de communication entre ces autorités locales, qui peuvent perdre alors leur légitimité.

Atelier 2 : Quel rôle pour les villes dans l’insertion des jeunes sur le marché de l’emploi ? Le taux de chômage dans le bassin méditerranéen dépasse les 42 %, et est plus élevé dans le sud et l’est de cette région. Six initiatives précises (lancement de formations éducatives et d’apprentissage dans certaines provinces par diverses organisations) ont été exposées concernant les contributions des autorités territoriales dans ce domaine, notamment en Algérie, en Espagne, au Maroc, en Turquie et en France. Les défis rencontrés (coordination entre autorités, réponses aux besoins du marché de l’emploi...) et les contributions des autorités étaient les deux volets principaux des discussions.

 

Atelier 3 : Agenda pour le développement post-2015, objectifs du développement durable et efficacité de la coopération au développement en Méditerranée. Il a été souligné l’importance de la gouvernance démocratique et régionale, et le processus de décentralisation en cours dans le pourtour méditerranéen, surtout sur la rive sud, et qui est une expression directe de la démocratie locale participative et citoyenne. Le rôle de la coopération décentralisée et le support des bailleurs de fonds peuvent être d’importants acteurs et facteurs dans ce contexte. Mais il s’agit d’un travail collectif, et non pas de l’importation ou imposition d’un modèle figé. La participation des femmes au niveau socio-économique a également été évoquée, ainsi que l’agenda du développement durable post-2015, qui aura lieu en septembre à l’Assemblée générale des Nations unies.

 

Atelier 4 : Au-delà des crises, l’action des collectivités territoriales. Les intervenants ont débattu de la complexité des crises en cours dans le Moyen-Orient, et plus particulièrement la crise syrienne, qui a des répercussions néfastes sur les villes, les collectivités territoriales et sur les pays environnants. L’afflux des réfugiés syriens fuyant le conflit crée une crise humanitaire, représentant un énorme défi pour les municipalités qui les accueillent. Le rôle de ces communautés-hôtes doit alors être défini et représenter une aide stratégique à long terme. De même, les discussions ont amené à un consensus concernant l’implication de la communauté internationale qui n’a pas pu/su faire face au problème syrien, surtout sur le plan humanitaire. Par ailleurs, la propagation des armes dans la région a également été évoquée, ainsi que ses conséquences sur la stabilité et la sécurité des pays arabes.


Quatre ateliers ont eu lieu simultanément au second jour du 3e forum des autorités locales et régionales, couvrant différents thèmes.

Atelier 1 : Décentralisation et services publics au niveau local. Les discussions ont principalement porté sur le rapport entre la population et les autorités locales, le budget accordé à celles-ci, et les difficultés rencontrées dans le...