X

À La Une

La guerre en Irak a laissé des milliers de disparus dans son sillage

Anniversaire "Nous espérons, Seigneur, si Dieu le veut, si Dieu le veut, qu'il soit dans les prisons secrètes".
OLJ/AFP
21/03/2013

Kawthar Chihab Ahmed espère ardemment que son frère Arkan, enlevé en 2007 à Bagdad par des hommes en uniforme de police, croupisse depuis dans une prison secrète. Parce que si ce n'est pas le cas, il est très probablement mort.

 

Arkan fait partie de ces milliers d'Irakiens qui ont disparu pendant les 10 années de conflit ayant suivi l'invasion menée par les Etats-Unis en 2003.

"Nous espérons, Seigneur, si Dieu le veut, si Dieu le veut, qu'il soit dans les prisons secrètes", se lamente Kawthar, en évoquant les centres de détention secrets dont parlent les organisations de défense des droits de l'Homme mais dont les autorités démentent l'existence.

 

Arkan a disparu le 26 août 2007, quand des hommes vêtus des uniformes bleus de la police fédérale ont fait irruption à Saba Abkar, quartier où vit sa famille dans le nord de Bagdad. Ahmed, un autre frère de Kawthar, raconte avoir vu les hommes tirer en l'air, interpeller des gens dans un café et dans des boutiques et battre son père, Chihab. Arkan a tenté de défendre son père, et tous deux ont été emmenés.

 

Chihab a été rapidement libéré, mais Arkan, père de deux petites filles, n'est jamais revenu. Les incessantes recherches de la famille à la morgue, au ministère de l'Intérieur puis au ministère des droits de l'Homme n'ont rien donné. "Nous n'avons aucune nouvelle", résume Kawthar.

 

La famille ne sait même pas qui a pris Arkan. Il peut s'agir de policiers en mission, mais aussi d'insurgés déguisés, comme cela a souvent été le cas à l'époque. Et même les policiers ont parfois été accusés de mener des attaques sectaires. Les enlèvements sont devenus très communs dans les années qui ont suivi la chute de Saddam Hussein, en particulier après l'attaque contre un lieu saint chiite en 2006 à Samarra, qui a déclenché une vague de violences confessionnelles.

 

Si les morts se comptent désormais par dizaines chaque mois plutôt que par milliers, beaucoup d'Irakiens s'accrochent encore à l'espoir de retrouver vivants des proches dont ils sont sans nouvelles depuis des années.

 

Selon Arkan Thamer Saleh, chef des affaires humanitaires au ministère des droits de l'Homme, ces disparus sont officiellement 16.000, sans compter les cas qui n'ont pas été signalés. "Nous pensons que ces disparus sont morts", ajoute-t-il.

 

Son service, qui épaule les proches des disparus dans leurs recherches, accueille aussi une foule de personnes venues chercher une aide plus générale, comme Sabiha Obeid Hamza et sa soeur Souad.

Le mari de Sabiha, Kerayim Ahmed Abed Aoun, a pris la voiture le 13 juillet 2006 pour aller rembourser une dette à Mahmoudiyah et n'est jamais revenu, la laissant seule avec sept enfants.

Elle l'a cherché à la morgue, dans les fosses communes et au ministère, mais "Dieu seul sait ce qui lui est arrivé. Je ne l'ai pas trouvé, ni vivant ni mort", explique-t-elle.

 

Outre Kerayim, Sabiha et Souad sont sans nouvelles de leur frère Ali, enlevé le 22 février 2005, un mois après son mariage. Ali est sorti un jour et n'est jamais revenu. "Il est toujours dans nos coeurs. Nous ne pouvons pas l'oublier", explique Souad. "Nous espérons que Dieu va nous le rendre".

 

 

Lire aussi

Dix ans après, les artisans de la guerre en Irak discrédités


Irak : un carnet de guerre lève le voile sur le quotidien du conflit

 

Dix ans après son invasion, l'Irak s'arme tous azimuts

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

La lutte d’influence américano-russo-iranienne bat son plein

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué