X

À La Une

Bassil appelle à "mettre un terme" au flux de réfugiés syriens

Liban "Certaines régions syriennes sont plus sûres que le Liban, alors pourquoi viennent-ils?".
olj.com et AFP
07/01/2013

Le ministre de l’Énergie, Gebran Bassil, a appelé samedi à "mettre un terme" à l'afflux de réfugiés syriens au Liban voisin, estimés par l'ONU à plus de 150.000.
"Certaines régions syriennes sont plus sûres que le Liban, alors pourquoi viennent-ils chez nous ? (...) Nous ne pouvons pas accueillir autant" de réfugiés", a ajouté le cadre du Courant patriotique libre (CPL, de Michel Aoun), allié du puissant mouvement chiite du Hezbollah proche du régime syrien.


"Un plan de financement pour les réfugiés a été proposé en Conseil des ministres mais tous les ministres ont convenu que ce plan ne tenait pas. Notre bloc a donc demandé de mettre un terme" à l'afflux des réfugiés, a-t-il affirmé dans une conférence de presse retransmise en direct par les télévisions.
La Turquie, qui possède un plus grand territoire, a fixé un plafond, a souligné M. Bassil en lançant : "Les États-Unis pourraient-ils accueillir 50 millions de Mexicains ?".


Le gouvernement a décidé jeudi de ne pas fermer sa frontière avec la Syrie en proie à la guerre civile.
Selon l'ONU, plus de 156.000 Syriens se sont réfugiés au Liban en 21 mois de violences. Mais, a noté M. Bassil, ce chiffre "ne comprend que les réfugiés enregistrés".
Beyrouth évoque le chiffre de 200.000 réfugiés et a réclamé 363 millions de dollars pour y faire face.


M. Bassil a réfuté les accusations de "racisme" et de "confessionnalisme" portées à son encontre, notamment par des membres de l'opposition du 14 Mars favorable à l’accueil des réfugiés.
Il a relevé "l'impact négatif" que pourraient avoir les réfugiés sur le fragile équilibre politique et démographique du Liban, qui a été pendant trois décennies sous la tutelle politique et militaire de la Syrie.

 

(Pour mémoire: Réfugiés : Les responsables libanais divisés entre "racisme primaire" et "gestion du fait accompli")


Le Liban accueille déjà quelque 436.000 réfugiés palestiniens. M. Bassil a noté que personne ne savait lors de la création d'Israël en 1948 que les Palestiniens poussés alors à l'exode resteraient au Liban.
Le gouvernement libanais, dominé par le Hezbollah et ses alliés pro-syriens, appelle régulièrement à "se dissocier" de la crise syrienne pour ne pas diviser encore plus le pays et éviter un débordement du conflit.

 

Pour mémoire:

Mikati dénonce les critiques « injustifiées et inacceptables » portant sur l’aide de l’État aux réfugiés syriens

 

Bou Faour promet de répondre aux attaques de l’ambassadeur de Syrie après les fêtes

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants