X

À La Une

Un humoriste égyptien accusé d'avoir diffamé le président Morsi

Liberté d'expression Al Masri al-Youm, journal indépendant, annonce faire l'objet d'une enquête judiciaire après une plainte de la présidence.
OLJ/Reuters
02/01/2013

L'humoriste égyptien Bassem Youssef, qui s'est moqué du président Mohamed Morsi à la télévision, va faire l'objet d'une enquête judiciaire pour atteinte au statut du chef de l'Etat, a-t-on appris mardi de source judiciaire.

 

Bassem Youssef s'est rendu célèbre avec une émission satirique en ligne après le renversement du président Hosni Moubarak, en février 2011. Bassem Youssef, qui anime aujourd'hui une émission de télévision, l'a débutée un jour avec une chanson tournant en dérision l'emploi répété du terme "amour" dans les discours du chef de l'Etat.

 

Le parquet a ordonné l'ouverture d'une enquête à la suite d'un dépôt de plainte de la part d'un juriste islamiste qui accuse l'humoriste d'avoir "insulté" le président et d'avoir porté atteinte à son statut.

 

Dans une affaire distincte, un des principaux journaux égyptiens indépendants, Al Masri al-Youm ("L'Egyptien aujourd'hui"), a annoncé faire l'objet d'une enquête judiciaire après une plainte de la présidence pour "propagation de fausses nouvelles représentant un danger pour la paix civile, la sécurité publique et affectant la présidence".

 

Al Masri al-Youm explique que l'article qui lui est reproché, paru samedi sur son site web, citait des "sources informées" selon lesquelles le président Morsi devait se rendre à l'hôpital, sans donner de raison pour ce déplacement.

La présidence a démenti l'information. Le quotidien précise avoir actualisé son article initial pour dire que la visite du chef de l'Etat avait été annulée et qu'à la place sa femme avait rendu visite à un membre de sa famille à l'hôpital.

 

Le parquet égyptien a également décidé d'ouvrir une enquête visant Abdel Halim Qandil, le rédacteur en chef de l'hebdomadaire indépendant, Sawt al Oumma (la voix de la nation), pour insulte au Morsi, a-t-on appris mercredi de source judiciaire. La source ne précise pas les faits exacts reprochés au journaliste.

 

Des affaires qui manqueront pas d'attiser les craintes pour la liberté d'expression exprimées depuis l'arrivée au pouvoir des Frères musulmans, d'autant que l'injure est prohibée par la nouvelle Constitution.

 

"La plus grande menace pour la liberté d'expression ces quatre derniers mois a été la multiplication des plaintes en diffamation, que ce soit à l'encontre du chef de l'Etat ou de l'appareil judiciaire", a commenté Heba Morayef, directeur de l'antenne égyptienne de l'ONG Human Rights Watch. "Nous allons probablement assister à une augmentation du phénomène parce que la diffamation est désormais inscrite dans la Constitution", a-t-il ajouté.

 

Lire aussi

Morsi promet "la liberté pour tous, sans exception"

 

Fonds de Moubarak : 300 millions de dollars gelés chez Credit Suisse

 

Rétrospective

Le Moyen-Orient en 2012 : de post-révolutions en crises

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

GEDEON Christian

Après "l'enquête" sur les troisnprincipaux leaders de l'opposition,le Ikhwan en chef continue sur la même lancée...mais je suis sûr qu'il va encore s'en trouver un pour dire que c'est normal,qu'on ne fait pas d'omelette sans casser des oeufs et un foul sans écraser les haricots...le problème ,c'est que à ce train là,c'est bientôt la fin....des haricots!

Gerard Avedissian

A force de prieres et de soumission aux dictats religieux, certains s'imaginent deja des saints inateignables par les mortels qu'ils gouvernent... les Islamistes du monde arabe devront descendre de leurs pinacles et comprendre qu'ils sont desormais des politiciens comme les autres, sans protection des critiques des mortels !

Halim Abou Chacra

L'Egypte, de la dictature stupide de Moubarak à celle, morbide et pire, du "Guide des Ikhwan" !

SAKR LEBNAN

La " Démocratie ? " dans toute son opulence !

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

L’édito de Ziyad MAKHOUL

E.T. go home !

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.