La chronique de Nagib AOUN

Allah, à en mourir

La chronique de Nagib Aoun
10/12/2012
Jusqu’au cou ! C’est jusqu’au cou, jusqu’à des cerveaux qui s’obstinent à nier l’évidence, que le Liban s’est enfoncé dans la crise syrienne, dans les sables mouvants d’un pays en totale perdition. Que s’arrêtent alors les bobards du genre « ni vu ni connu » dont nous assomment certains responsables. Que cessent les âneries des chefs de clan qui nous abreuvent de propos lénifiants, qui louent les bienfaits de la distanciation alors qu’ils trempent dans les pires abus, dans les plus infâmes des compromissions.
Il y a ceux qui mentent, qui sont de fieffés menteurs, et il y a ceux qui clament haut et fort leur engagement, leur solidarité avec la rébellion. Il y a ceux qui ont trucidé leur mémoire, vendu leur conscience, et il y a ceux qui ont pris le risque d’aller jusqu’au bout de leurs convictions, d’assumer les conséquences de leurs faits et gestes.
Liban-Syrie : l’histoire ne peut mentir et c’est elle et rien qu’elle qui, le jour venu, réclamera des comptes à ceux qui ont essayé de la travestir, de la détourner de son cheminement naturel. Des années durant, de longues et terrifiantes années durant, le régime syrien a fait la pluie et le beau temps au Liban. Plutôt la pluie que le beau temps, bien sûr, mais on n’est pas à un décompte près.
Que l’effet boomerang ait attendu le moment propice pour se manifester, il n’y a là rien d’étonnant : les rancœurs étaient trop fortes, les humiliations trop incrustées dans les cœurs et les âmes. Une amertume attisée par l’outrecuidance des affidés de toujours, des chargés des basses œuvres, ceux qui se sont automatiquement placés sous la bannière du régime oppresseur, l’ont conseillé dans sa politique de la terre brûlée.
Distanciation ? Mais de quelle distanciation peut-on parler quand les pro et les anti règlent leurs comptes à coups d’obus à Tripoli, quand les uns louent encore l’intégrité et la bravoure du pouvoir assadiste et les autres vouent aux gémonies les « massacreurs » du peuple syrien. Comment peut-on se dire non concerné quand sont rendus à leurs familles les corps mutilés de jeunes Libanais partis à la rescousse de leurs coreligionnaires syriens.
Il y a 75 ans, avant l’éclatement de la Seconde Guerre mondiale, des brigades internationales, animées par un anticléricalisme forcené, s’étaient constituées pour secourir les républicains espagnols, pour faire front à l’avancée franquiste. Aujourd’hui, ironie de l’histoire, c’est au nom d’Allah que se constituent les nouvelles brigades internationales, celles qui se battent en Syrie et qui ont des émules au Liban et ailleurs dans le monde. Des brigades qui disputent le même Allah à leur ennemi juré, le Hezbollah, parti qui s’estime seul autorisé à répercuter la parole divine.
Distanciation ? L’interrogation est superflue : le boomerang libanais vient juste d’être lancé...

À la une

Retour à la page "Chronique"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Sabbagha Antoine

Avec tout ce dialogue de sourds ,une chose est certaine au Liban, toutes les parties qui prennent Dieu en Otage ne le connaissent même pas.




Antoine Sabbagha

Jaber Kamel

A Bahrein les manifestants invoquent le nom d'Allah devant la répression des autorités bensaoudiques, en Syrie ces mercenaires bensaoudiques invoquent aussi le nom d'Allah devant la répression qu'inflige les autorités légitimes à ces envahisseurs, l'erreur est de croire que la guerre est entre ces mêmes adorateurs d'Allah en fait elle a pour fondement un fait politique évident, une vision du monde débarassée des influences néfastes des politiques occidentales soutenant le régime usurpateur d'israel. La preuve, pourquoi le Hamas sunnite est militairement soutenu par l'Iran chiite, et pourquoi le Soudan sunnite beneficie des avantages militaires de l'Iran chiite ??? Creusez vous un peu la tête. Les raisons de la guerre civile au Liban en 75, basée sur la confessionnel, ne marchent plus de notre temps, de nouvelles puissances entrent en marche.C'est indéniable.

Pierre Hadjigeorgiou

Il est clair que les extrêmes poussent à l’extrême. Résultat: Tripoli aujourd'hui, le Liban peut être demain? Ce qui fait peur et attriste est que le parti de Dieu a été si loin dans les éliminations politiques physiques et dans sa collaboration avec les forces étrangères que sont l'Iran et la Syrie, Il a tellement accepté de se compromettre au nom des intérêts de ces deux pays au détriment des intérêts du Liban, qu'il ne peut plus faire marcher arrière. Alors c'est la fuite en avant. Les erreurs commencent alors a ce faire plus fréquentes, plus graves et surtout plus arrogantes. Dans ce cas, quand est ce que la victime (La majorité du peuple Libanais) trace elle une ligne rouge, et comment la trace elle? La est toute la question. D'aucuns, fort de leurs représentations parlementaire bloquent les sessions pour faire pressions, d'autres, plus ecoeurés préfèrent la manière forte. Je pense que de nouvelles manifestations pacifiques comme en 2005 sur une plus longue durée de temps portera plus de fruits que de se taper dessus. Le Hezbollah devra bon gré malgré se conformer au jeu démocratique du pays.

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

CORRECTION ! Merci : ".... Ou YÂ Rabbééh Haïda-S-Soûréh en dialecte libanais pur jus...."

SAKR LEBNAN

Je clarifie : Les Autres, à raison refusent le Dialogue pour parapher les Ultimatums, car ce ne serait plus un Dialogue...
Discussions de TOUT en cas de Dialogue. TOUT, sans exception aucune !

SAKR LEBNAN

Regrettable ! Très regrettable ! Puisqu'on ne VEUT PAS et on n'ACCEPTE pas de Dialoguer, entre Libanais, les UNS mettant des conditions préalables et y imposant des ULTIMATUMS que les AUTRES doivent parapher, au nom de l'Entente, et les AUTRES, bien qu'ils aient raison refusent de s'asseoir autour de la table du Dialogue... même sachant d'avance son résultat NUL... pour parapher les ULTIMATUMS... À QUOI s'attend-on ? On n'a pas importé la crise des autres au Pays, ON EN FAIT PARTIE INTEGRANTE !
QUE DIEU INSPIRE ET ILLUMINE LES ESPRITS !

M.V.

Imaginez le niveau de l'imbécillité de l'idolâtrie humaine ,si par le plus grand des hasard allah n'existait pas...! après tout il existe que depuis que cette religion existe... d'ailleurs parmi d'autres religions ....et durant les 10 000 ans précédent ?,il y avait des milliers de religions avec pleins de dieu ... qui ont disparu faute de clients....avant de mourir faudrait peut être se poser les bonnes questions..? c'est Galilée et Copernic qui me l'ont dit..

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

YÂ Ilâhi Haïda-L-Soury, ou YÂ Iléééhéh Haïda-S-Souréh en dialecte libanais pur jus : C'est le cri d'épouvante qui s'élève parmi eux, chaque fois que la menace d'un déferlement Syrien se précise à nouveau ! C'est à se demander quels Baassyriens ils avaient bien pu fréquenter. Dans tous les cas tout ceci n’est que tout à fait compréhensible et humain, après tout le mal que ces Malsains ont fait aux Libanais Sains, mais certainement pas aux autres Libanais Malsains qui eux, par contre, avaient entièrement Collaboré ! Et pour ce qui est d'une éventuelle réconciliation avec la Syrie il faut y adhérer, même si ce faisant, on se sépare de certains bons amis. Certains des deux côtés refusent cette réconciliation, et voudraient e.g. que l'on refoule la Syrie au nom d’une distanciation Pseudo-géopolitique. À vrai dire, il est aisé si l'on veut saboter la réconciliation et éloigner le Syrien du Libanais, d'accumuler les invectives et les évocations soigneusement sélectionnées de ses maintes méfaits Ici à cause de certains Malsains Syriens et Libanais. On constate que cette sœur-syrie a participé Malgré le Liban à son Histoire, le plus souvent en tant qu'adversaire, et en tant que partenaire quelque rares fois, même si ce n’était pas si souvent que ça ni si bénévolement n’est-ce pas ?! Une qu'on appelait d'ailleurs La "Sœur Malade" : c'est tout dire ! Mais laissons cela, ça devient fort spécieux de la part du éhhh Libanais....

Halim Abou Chacra

Il est bien sûr entendu qu'aussi et surtout, en vue de la paix et la tranquillité au Moyen-Orient, les fanatiques sionistes d'à côté devraient laisser en paix Jeovah au nom de qui ils commettent tous les crimes possibles et imaginables à l'égard du peuple palestinien.

Halim Abou Chacra

Si toutes ces bandes, y compris le Hezbollah, laissaient Allah tranquille, oh comme le Moyen-Orient serait meilleur !

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

L’édito de Ziyad MAKHOUL

E.T. go home !

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.