X

Culture

Le Prix France-Liban à Nada Anid pour « Les très riches heures d’Antoine Naufal »

Distinction
OLJ
07/12/2012

Réuni sous la présidence de Jacques Chevrier et en présence de tous ses membres (l’ambassadeur Paul Blanc, les écrivains Vénus Khoury-Ghata, Carole Dagher, Gérard Khoury, l’attaché culturel près l’ambassade du Liban, Abdallah Naaman, l’attaché culturel près de la Délégation libanaise à l’Unesco, Bahjat Rizk, et l’ambassadeur Bassam Tourba), le jury du Prix France-Liban a décerné son prix pour l’année 2012 à l’ouvrage de Nada Anid, Les très riches heures d’Antoine Naufal – Un libraire à Beyrouth, paru aux éditions Calmann-Lévy.
Bien que le choix de cette année fut florissant, avec une palette d’ouvrages, romans ou essais, de grande tenue, l’histoire de cet amoureux du livre et combattant de la culture que fut Antoine Naufal – et de la mythique librairie beyrouthine devenue une véritable institution – est emblématique du lien culturel profond qui lie le Liban à la France. Le jury du Prix France-Liban couronne ainsi un pan d’histoire familiale qui débute à la fin du règne ottoman, traverse la période du mandat et celle de l’Indépendance, fait revivre le « balad », le cœur battant du Beyrouth d’antan, et rappelle combien la consolidation des relations franco-libanaises s’est faite autour du livre. Tout cela à travers l’histoire d’une librairie qui fut le passage obligé de l’intelligentsia libanaise (et française) des années 1950, 60 et 70. En fait, ce sont les très riches heures d’un âge d’or, puis de la résilience des Libanais durant la guerre (dont la famille Naufal à travers leur entreprise familiale), que raconte l’ouvrage bien documenté et bien écrit de Nada Anid. L’histoire d’un homme qui a donné son prénom à la première grande librairie libanaise se confond un peu aussi avec l’histoire de plusieurs générations de Libanais dont les souvenirs portent immanquablement, quelque part dans leurs replis, l’enseigne de la librairie Antoine. C’est donc la résistance culturelle d’un peuple, de son attachement à la France et de sa soif d’ouverture culturelle sur le monde, qui est également honorée.

 

C.D.

À la une

Retour à la page "Culture"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

SAKR LEBNAN

Félicitation à Madame Nada Anid.

Robert Malek

Mabrouk Nada. Bravo.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Après un progrès lundi, les tractations politiques désormais suspendues

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants