X

À La Une

iTunes Store disponible dans 56 pays supplémentaires… dont le Liban

La bonne nouvelle du lundi Coupures d'électricité, crise économique, malaise social, clivages politiques accrus... Face à l'ambiance générale quelque peu délétère, L'Orient-Le Jour se lance un défi : trouver une bonne nouvelle chaque lundi.
olj.com
10/12/2012

Depuis mercredi dernier, les Libanais peuvent enfin faire faire leurs emplettes sur iTunes Store, la gigantesque boutique d’Apple, riche de centaines de milliers d'applications et de quelque 20 millions de morceaux musicaux. La firme à la pomme a annoncé dans un communiqué avoir ouvert son service d'achat en ligne à 56 pays supplémentaires, dont la Russie, la Turquie, l’Arabie Saoudite et le Liban.

Dans son communiqué, Apple affirme que sa boutique met en vedette des artistes locaux tels que Elka en Russie, Sezen Aksu en Turquie, A. R. Rahman en Inde et Zahara en Afrique du Sud, des artistes internationaux comme les Beatles, Taylor Swift et Coldplay, et des musiciens classiques parmi lesquels Lang Lang, Yo Yo Ma et Yuja Wang. Dans sa version libanaise, iTunes met en vedette les chanteuses Nancy Ajram, Elissa et Myriam Farès.

 

Les passionnés de cinéma russe, turc, saoudien et libanais profiteront en outre d’un catalogue cinématographique bien fourni, proposant des films, disponibles à la location ou à l’achat, en qualité HD (haute définition).

 

Disponible dans 119 pays, iTunes Store permet aux utilisateurs d’iPhone, iPad, iPod, Mac et PC, d’acheter de la musique en ligne, en toute légalité. Les achats effectués nécessitent une carte bancaire valide avec une adresse de facturation dans le pays.

 

Comme il fallait s'y attendre, l'initiative d’Apple a été favorablement accueillie sur la blogosphère libanaise, de nombreux internautes ayant exprimé leur soulagement de pouvoir enfin effectuer des achats de musique en ligne à partir du Liban.

 

Le blogueur libanais Moustapha Hamoui estime quant à lui que la boutique iTunes dans sa version libanaise aura probablement peu de succès au Liban, mais beaucoup à l'étranger. "Quel est l'individu sensé qui achètera une chanson en ligne dans un pays où il existe un gros marché de piratage ?", demande Moustapha sur son blog. Selon lui, "les vrais clients de l'iTunes Store libanais seront les expatriés qui travaillent à l’étranger et gardent toujours un lien avec leur pays d'origine". Soulignant la difficulté de trouver des chansons arabes relativement récentes et de bonne qualité sur la Toile, il précise que la boutique iTunes "permettra aux membres de la diaspora d’acheter une part de culture libanaise de manière instantanée". "Ils seront nombreux à profiter de cette offre, je crois", ajoute-t-il.

 

Dans la même rubrique

Au nord de Beyrouth, Wadi el-Salib, un coin de paradis réhabilité

 

Le film libanais "The Lebanese Rocket Society" primé au festival de Doha Tribeca

 

Salon du livre francophone de Beyrouth : une réussite, contre vents et marées

 

Liban : le nouveau code de la route voit officiellement le jour

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants