Liban

À Nouakchott, le ministre des Affaires étrangères évoque l’affaire Sadr

OLJ
04/09/2012
Le ministre des Affaires étrangères, en visite à Nouakchott, a exprimé le souhait de voir la Mauritanie contribuer dans l’enquête sur la disparition en 1978 en Libye de l’imam Moussa Sadr, a indiqué hier à l’AFP une source diplomatique mauritanienne.
Arrivé dimanche en Mauritanie pour une visite de travail de trois jours, le chef de la diplomatie libanaise Adnane Mansour s’est entretenu hier avec le président mauritanien Mohammad Ould Abdel Aziz avec lequel il a abordé la question, a affirmé cette source diplomatique.
De même source, c’est la présence dans les prisons mauritaniennes de l’ex-chef des renseignements libyens Abdallah al-Senoussi qui permet d’espérer l’obtention d’éléments d’information sur la disparition de Moussa Sadr, non résolue depuis 34 ans.
En août 1978, l’imam Moussa Sadr avait été invité en Libye par le régime de Mouammar Kadhafi. Il y était arrivé accompagné de son bras droit et d’un journaliste. Depuis lors, les trois hommes n’ont plus donné signe de vie. Tripoli a toujours affirmé que l’imam avait quitté la Libye pour l’Italie.
Le dirigeant libyen
Kadhafi a été renversé et tué en 2011. Son chef des services de renseignements et beau-frère, Abdallah al-Senoussi, a fui la Libye et a été arrêté en mars en Mauritanie. M. Senoussi, recherché par la Cour pénale internationale (CPI) et par la Libye, a été inculpé en mai à Nouakchott pour être entré illégalement et sous une fausse identité en Mauritanie, et le président Ould Abdel Aziz a indiqué qu’il y serait jugé avant toute décision concernant son éventuelle extradition.
Selon la source diplomatique mauritanienne, M. Mansour a discuté de « la contribution mauritanienne » dans le cadre de l’enquête menée par Beyrouth au sujet du « présumé assassinat » en Libye de Moussa Sadr.
Interrogé par la presse, M. Mansour a affirmé que l’entretien avec le président mauritanien a été pour lui l’occasion de discuter de ce sujet « qui préoccupe beaucoup les Libanais ».
« Nous comptons beaucoup sur les autorités mauritaniennes pour nous aider à ce sujet. (...) Nous continuons à poursuivre les enquêtes sans grand bruit, mais avec la fermeté requise aux fins de parvenir à la vérité » sur cette disparition, a-t-il dit, sans plus de détails.

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

SAKR LEBNAN

Cherchez du côté de CEUX qui n'étaient pas d'accord avec les idées unionistes libanaises de l'IMAM Moussa Sadr. Là réside la réponse !

Antoine-Serge KARAMAOUN

"Mansoûr" se dit fort préoccupé par ce sujet, préoccupant aussi et toujours selon lui, moult libanais ; ya waïyléhh ! Et qui lui a ça, raconté, ya hassértéhh ! En réalité, on l'admet, oui c’est vrai, "certains" libanais sont peut-être préoccupés ou intrigués par ce sujet, mais la grande Majorité de ces Libanais sont bien occupés, mais là vraiment, par tout à fait autre chose ; "Ëédnéééne"…. e.g. leur triste situation à eux !

Ali Farhat

Nous savons tous que ce sont les Wahhabites en collaboration avec le améri-sionistes qui ont demandé, payé et garanti long pouvoir au alors jeune et gonflé gheddafi pour faire la sale besogne. Ce que nous cherchons aujourd'hui, c'est ni vengeance ni qui était derrière mais de savoir où il se trouve ou bien de ou se trouvent ses restes afin de lui donner une sépulture digne d'un IMAM. Pour la résistance Libanaise et même au delà, ce qu'il a fait et été est et sera éternellement vivant dans les veines de chacun d'entre eux.

SAKR LEBNAN

Toute cette affaire est louche. Il faut se souvenir qu'en Italie, si ma souvenance ne me trompe pas, dans ces années, on avait arrêté, à l'aéroport, des diplomates, de certain pays, qui transportaient des corps humains dans des caisses appartenant à des diplomates. Pourquoi ne cherche-t-on pas de ce côté aussi ?

GEDEON Christian

Et il y est allé pour que Senoussi parle?Ou pour que surtout,il ne parle pas???Qui avait vraipment intêret à la diparition de Moussa Sadr.....?

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué