X

À La Une

Bonnes nouvelles libanaises : vous les avez rêvées, elles sont publiées

La bonne nouvelle du lundi Coupures d'électricité, crise économique, malaise social, clivages politiques accrus... Face à l'ambiance générale quelque peu délétère, L'Orient-Le Jour se lance un défi : trouver une bonne nouvelle chaque lundi. Cette semaine, c'est vous qui avez relevé le défi.
olj.com
20/08/2012

Mercredi 15 août. De kidnappings en routes coupées et avions déroutés, le Liban flirtait une nouvelle fois avec le désastre.

Dans ce contexte quelque peu tendu nous avons décidé, pour notre "bonne nouvelle du lundi", une rubrique hebdomadaire que nous assurons depuis plusieurs mois maintenant, de faire une place aux rêves. Les vôtres en l'occurrence.

 

Nous vous avions demandé de nous envoyer les bonnes nouvelles concernant le Liban que vous rêveriez de lire.

Merci d'avoir entendu notre appel. Merci d'y avoir répondu.

Voici vos bonnes nouvelles.

 

 

 

Qu'est-ce que la bonne nouvelle sinon l'occasion de pouvoir encore y penser?

Une bonne nouvelle qu'est-ce que c'est au juste ? Une bonne nouvelle pour le Liban.

Lorsque le docteur vient nous voir pour nous annoncer que notre père, malade en stade terminal, vivra encore quelques jours, est-ce une bonne nouvelle ?

Quand les étincelles ne cessent de jaillir du bois sans que le feu ne prenne, est-ce une bonne nouvelle ?

Quand l'homme accepte de perdre dans l'espoir de gagner, est-ce une bonne nouvelle ?

Quand les gens subissent un présent claustrophobe enfermé entre un passé méconnu et un avenir incertain, et qu'ils n'abandonnent pas, est-ce une bonne nouvelle ?

Qu'est-ce que la bonne nouvelle sinon l'occasion de pouvoir encore y penser? Car qu'est-ce que l'ombre sinon l’absence de lumière ?

"Et qu'est-ce que la peur de la misère, sinon la misère elle même.... "

Le Liban est rempli de bonnes nouvelles, mais il faut savoir déceler la lumière au milieu des ténèbres...

Anthony SAMRANI

 

 

 

 

Qualifié !

Aujourd'hui, le Liban s'est qualifié pour la finale de la Coupe du Monde de Football et affrontera le Brésil!

Guilhem

 

 

Tous les partis sont dissous

Tous les partis se sont dissous, ils ont cédé leurs armes à l'Armée libanaise. Plus de haine, ni de désordre, ni de corruption. Tous les Libanais autour d'une table, on réfléchit à l'avenir pour gouverner une République laïque avec un président, une nation unie sous un même drapeau et pour construire un excellent avenir...Vous avez dit en effet rêver...Je me réveille.

Ali Abou Hassan (via facebook)

 

 

Les Libanais sont fiers de leur appartenance au Liban

Tu te lèves, tu me bouscules et je ne me réveille pas. Je suis trop bien dans mon rêve, je ne veux pas qu’il s’arrête.

Le Liban est un Etat laïc, un Etat de droit où la parité règne : les femmes peuvent passer la nationalité à leurs enfants, elles ont des salaires égaux à ceux des hommes, elles sont libres de disposer de leur corps comme bon leur semble, elles sont enregistrées à l’état civil sous leur propre nom, et non celui de leur père ou de leur conjoint. Leur honneur et celui de leur famille ne tient pas à une petite membrane appelée hymen. Les gens sont libres d’avoir l’orientation sexuelle de leur choix, de pratiquer (ou non) la religion de leur choix, d’exprimer haut et fort leurs opinions tout en respectant celles des autres.

L’enseignement est gratuit et obligatoire pour tous en théorie et en pratique, et il est interdit de faire travailler les enfants dans la rue.

La compétition sportive a depuis longtemps remplacé celle du Botox et de la chirurgie plastique. On parle même d’accueillir les prochains Jeux Olympiques…

L’art et la culture occupent une place de choix parmi les citoyens ; il n’est pas rare de les voir assis, un livre à la main, sur les bancs publics au milieu des grands espaces verts. Ils sont tous très engagés dans la préservation de l’environnement ; ils trient leurs déchets et plantent des arbres à proximité de leurs habitations.

La recherche scientifique bat son plein, les innovations et les inventions font la une des journaux ; les inventeurs et les scientifiques sont valorisés, voire portés aux nues.

Les Libanais bénéficient tous d’une couverture sociale et d’une retraite qui leur permettent de ne pas avoir peur du lendemain. Ils sont bien contents depuis que les embouteillages ont diminué grâce à la rénovation des transports en commun (tram, train, bus…). Bien sûr, son infrastructure (électricité, téléphone, internet) permet au Liban d’être enfin sur un pied d’égalité avec les autres pays en termes d’affaires et de tourisme.

Les Libanais sont fiers de leur appartenance au Liban et ne rêvent plus d’aller faire leur vie dans d’autres contrées, même si l’obligation d’obtenir un visa a été depuis longtemps abolie.

La présidente de la République a été élue au suffrage universel après une véritable campagne pour promouvoir son programme, qu’elle a commencé à appliquer dès son élection.

Tu te lèves, tu me bouscules et je me réveille…

Las, le rêve fait encore plus mal que la triste réalité…

Marilyn Chbeir Jehl

 

 

 

 

 

Calèches et trains

Que penseriez-vous si les calèches tirées par des chevaux revenaient au Liban? Et les trains, pour nous emmener d'un endroit à un autre tout calmement!

Toutes les grandes voitures disparaitraient et nous laisseraient la place pour marcher, faire un peu d'exercice. Les nuits seraient plus calmes pour se prélasser.

Oui, tout cela c'était avant. Pourquoi pas de nos jours, nous avons pas mal de jeunes qui encourageraient ceci.

Voici et voilà, ce fut mon rêve il y a quelques jours de cela. Qui sait, parfois les rêves se réalisent et ce sera la bonne nouvelle attendue au Liban!

Juliette


 

Interventionnisme actif

Lundi 20 août, le gouvernement libanais a pris plusieurs décisions économiques remarquables.

En parallèle, il a décidé d’intervenir afin de réaliser la sécurité et la stabilité du pays et cela en aidant l’armée libanaise à contrôler tout le terrain et à surveiller les frontières en refusant que les actions qui se déroulent en Syrie aient une influence sur la sécurité locale. Une fois que cette décision est appliquée, les politiques économiques seront mises en oeuvre.

D’abord, l’Etat va stimuler les investissements publics afin de créer des emplois pour les citoyens. Ces derniers payeront des impôts directs. En conséquence, les recettes de l’Etat augmenteront. Ensuite, l’Etat soutiendra les agriculteurs et les producteurs locaux afin qu’ils puissent vendre sur le marché national à un prix plus faible que celui des produits venant de l’extérieur, et afin d’encourager l’exportation qui va faire augmenter le PIB national.

Enfin, la Banque Centrale du Liban va diminuer les taux d’intérêts afin d’encourager les investissements privés et augmenter les revenus. La consommation des ménages va alors engendrer des recettes supplémentaires pour l’Etat à travers la TVA.

Une fois que l’activité économique aura été relancée et la richesse nationale accrue, le gouvernement va décider de mettre en place un Etat providence offrant des soins publiques, une bonne éducation dans les écoles publiques, des allocations chômage, de l’électricité … Le gouvernement s’illustrera par un interventionnisme actif dans la société libanaise.

Ramzi Ghaziri

 

 

Construction

Les gens qui commencent une maison seront obligés de la terminer : d'ici quelques mois, il n'y aura plus aucune de ces affreuses carcassent qui défigurent le paysage libanais.

Philippe Bondurand (via Facebook)

 

 

 

 

 

La culture alternative reconnue au sentiment fédéraliste d’appartenance nationale

La tenue d’un concert dont la programmation est attendue depuis des semaines enthousiasme Beyrouth. Soliste salué par la critique internationale, ce musicien est l’un des plus talentueux et engagé de sa génération. Un saxophoniste viscéralement attaché à son pays. Sa force réside dans son aptitude à proposer une vision tourmentée du jazz, ponctuée d’embellies à travers des soubresauts de sérénité. Ce sont précisément ces instants d’éclaircie qui traduisent son amour pour sa patrie.

 

"Je suis si heureux d’être avec vous ce soir, et je vous remercie de votre présence, Françoise Sagan parlait du jazz comme d’une insouciance accélérée. Avoir la retenu de s’abandonner est une forme de sagesse", déclare l’artiste.

"Le dernier morceau que je vais jouer pour conclure ce concert est assurément l’un de ceux qui me tiennent le plus à cœur. Certains d’entre vous savent que j’ai résidé à l’étranger de longues années et que je suis installé à Beyrouth depuis peu. Précédent mon retour, cette mélodie est un hommage au Liban, une déclaration d’amour pour un pays que nous aimons, et qui lutte pour nous retenir. Il refuse l’exil de ses enfants comme une fatalité. Une relation saine se construit, se travaille et s’épanouit par la réciprocité.

Notre patrie est sensible à notre douleur, et nous réconcilie avec elle avec une facilité et un naturel déconcertant. Parfois, dans un sursaut ponctuel de conscience, elle nous permet même d’entrevoir ce que pourrait être l’avenir en son sein, nous encourage vigoureusement à ne pas laisser se dissiper nos espoirs.

Pas d’horizon chimérique encerclé par un halo cynique d’incertitudes, mais au contraire des promesses, doux chants de sirènes désarmant le plus récalcitrant des immigrés. Forts de ce constat, de cette ultime confession, nous rentrons sans regarder en arrière, heureux d’être enfin retenus, compris et pris en considération. Cette fiévreuse sensibilité nourrie par notre mère-patrie pour le sort de ses expatriés est enivrante.

Nous ne demandions qu’un appel, signal de l’impératif retour aux sources. Car le départ reste un salut toujours choisi par défaut. Tous les témoignages contant l’exode sont unanimes. Ils qualifient cet acte d’ultime décision, de dernier recours pour une sortie de crise. J’ai écouté les mêmes motifs revenir inlassablement dans les justifications coupables de l’émigré. Le manque d’infrastructure, de perspectives d’emplois ou de stabilité nationale expliquent que les Libanais forment une si grande diaspora.

Admettre que le Liban a écouté, entendu et compris les cris du cœur de ses enfants atteste de la grandeur de notre pays. Cet espoir, que j’incarne comme nombre de mes compatriotes, m’a inspiré la mélodie que je vais interpréter pour vous ce soir.

Il s’agit d’un moyen humble certes mais authentique de retranscrire notre rêve. Que le Liban nous fasse vibrer, qu’il nous happe dans ses aspirations qui deviendront nôtre, qu’il nous déresponsabilise du poids de son inconstance.

Beyrouth, tu nous séduisais jadis, aujourd’hui tu sais nous retenir. Emerveille-nous, nous n’attendons plus qu’un signe de toi, nous sommes prêts".

Randa Sadaka

 

 

 

 

 

Eléphants, java et Bavaroises

Je rêve d’un cirque permanant circulant dans les rues de Beyrouth où des fanfares, des éléphants, des trapézistes et des clowns défileront créant une atmosphère de fête et d’euphorie. Accordéons et guitares résonneront sur un air de java ou de kazatchok russe. Des Bavaroises distribueront de la bière gratuite à toute la foule en liesse. Puis un air d’Aznavour qui résonne et invite la cité avec son "Viens, voir les comédiens, Voir les musiciens, Voir les magiciens, Qui arrivent, Viens…"

Alexandre Akl

 

 

Coloré et jovial

En 2016, j'aimerais lire un article comme celui ci.

"Le Liban, longtemps blessé par les guerres, a enfin trouvé la paix.

Oublions les guerres civiles, oublions les guerres politiques, les inégalités sociales et le racisme. Laissons les cicatrices disparaitre pour faire place aux sourires des générations qui vont naitre. Plus de tensions, plus de haine, c’est comme cela qu’on aime notre Liban : coloré et jovial. On marque aujourd’hui le dixième anniversaire du nouveau Liban. C’est un jour historique, c’est un jour de joie car il était bien temps que notre génération vive pour tous ceux qui ont souffert. Aimons-nous désormais, réjouissons-nous, pour nos pères et nos mères".

Marianne H.

 

 

 

 

 

G8 à Baabda

En ce 31 Janvier 2114, date de la fameuse réunion du G8 à Baabda, les préparatifs vont bon train. Il est vrai que le pays se remet lentement, au lendemain des JO 2114 qui se sont déroulés au pays du Cèdre. Cependant, il faut passer à la vitesse supérieure, le Liban faisant partie du G8 depuis quelques décennies. N’oublions pas la faillite totale des USA, et le Liban qui a remplacé les USA au sein de ce groupe.

Les équipes de L’OLJ sont descendues sur le terrain pour tâter le pouls de notre pays et des citoyens.

Direction Achrafieh : Non loin de la place Sassine, rebaptisée place Bachir Gemayel (ex-président de la République Libanaise et homme politique), nous posons la question au manager du Mall ABC qui refait peau neuve : Content ? Non pas tellement. Il est en manque cruel de salariés et de managers. Pourtant, des centaines de milliers de Libanais sont rentrés de Dubaï et des pays arabes depuis plus de 45 ans. Des centaines de milliers de jeunes acquièrent leur diplôme de Master 2e cycle.

Mais avec un taux de chômage frôlant le zéro, ce patron râle et ne trouve pas de personnel.

Le salaire n’est pas à négliger : plus de 4.000 dollars par mois net, mais les candidats font défaut. En fait, ils postulent, mais refusent dès la rémunération annoncée. Ils préfèrent prendre leur temps pour choisir un meilleur salaire et une autre opportunité.

Il est vrai aussi que les concurrents paient le double.

En revanche, ce patron est bien content du chiffre d’affaire du mois précédent. Merci les JO.

 

Direction la riche banlieue sud de Beyrouth. Celle qui avait pour nom "la dahiyé", aux siècles derniers.

Nos grands-parents qui ont connu cette région nous racontent que certains quartiers étaient autrefois de vrais coupe-gorges interdits à la police. Armes à profusion. Milices de tous poils.

Il parait (mais c’est à vérifier) que des familles possédaient leur branche armée (!!!) et avaient kidnappé des touristes…

Je sais que certains vont rigoler en croyant à un poisson d’avril. Mais cela n'est nullement le cas. Du moins, à en croire nos grands-parents et arrière grands-parents.

 

Nous sommes face à un mall appartenant à la famille Geagea (un des neveux du fameux Dr Geagea que nous avons étudié dans nos manuels d’histoire), le directeur général du mall : M. H. Nasrallah (descendant d’un homme politico-religieux qui avait un certain pouvoir sur le pays vers 2010 environ). Donc ce monsieur nous précise : "En effet, le centre est ouvert 24 h sur 24. Nos équipes sont en manque cruel d’effectifs. Nous sommes en train de recruter de la matière grise à l’étranger notamment des pays du Golfe et d’Europe. Avec un taux de croissance de 10% par an, il faut que le gouvernement fédéral trouve une solution".

 

La région où se trouve notre premier aéroport international grouille de monde, bien que tout soit organisé. Aucun bouchon, pas d’embouteillage, cependant, les jours fériés et jours travaillés se ressemblent dans cette région.

 

Notre équipe a voulu se diriger vers la nouvelle ville construite au large des côtes au niveau de la ville qui s’appelait à l’époque Jounieh. Rappelons que le gouvernement fédéral a décidé voilà plus de 40 ans d’élargir la superficie du Liban en direction de la mer. Ceci grâce aux revenus du pétrole découvert vers 2011. Cependant, étant donné que les studios Universal tournent plusieurs films dans la région, nous changeâmes d’avis pour éviter d’arriver en retard à nos bureaux de L’Orient-Le jour.

 

La suite, nous espérons vous la décrire dans un de nos prochains numéros. Pour l'instant, nous enfilons nos "chaussures à réaction" pour rejoindre nos bureaux par voie aérienne. Plus rapide que le métro libanais.

Pierre Khabout

 

 

Confessionnalisme

Mon rêve qui devrait être LA bonne nouvelle pour le Liban, serait un abandon total du confessionnalisme sur la base du one man one vote. Cela libérera les énergies, énormes, que le peuple libanais pourra mettre en oeuvre afin de nous sortir de cet enfouissement appauvrissant.

Jaber Kamel

 

 

 

 

Internet

Du bonheur, du travail pour tous, internet tout le temps pour garder nos liens avec nos ami(e)s libanais et bien sûr de l'électricité. Je ne vois rien d'autre pour l'instant.

Boursalian Koharig (via Facebook)


 

Electricité

Une paix durable sans que les autres pays viennent s'éclater chez nous, que les Libanais connaissent enfin le bonheur de l'électricité 24/24 et vivent tout simplement sans peur du lendemain. Je prie chaque jour pour cela arrive, mais Dieu m'entend pas.

Marie-Hélene Jaky Wilmet (via Facebook)

 

De l'électricité 24/24, des soins médicaux gratuits pour tous, des écoles publiques d'un excellent niveau pour que tous les enfants libanais aient droit à l'éducation. Les 40 voleurs partageant leur fortune avec les plus démunis.......et des rêves, et des rêves...

Nelly Maroun (via Facebook)

 

 

Un Liban aux Libanais

Hezbollah est démantelé et déménage en Iran. Les Saoudiens font face à une rébellion sans précédant, les obligeant à ne plus faire de l'ingérence chez les autres. Les Occidentaux s'occupent de leur crise... Voilà un Liban aux libanais...youpi

Cedrus Marsellus (via facebook)


 

 

 

L'espoir 

Sous un Cèdre, assoupi, je fis un rêve étrange.

Je vis, dans mon sommeil, apparaître un Archange.

Il me dit qu'au Liban l'Espoir subsiste encore.

Qu'après la sombre nuit émergerait l'aurore.

 

Tu verrais, me dit-il, ses Enfants s'embrasser,

La Concorde et l'Amour les conflits remplacer,

Et tous, puisant à la félicité certaine,

Répudieraient rancune, appréhension et haine.

 

Tu verrais ton Pays, au registre des âges,

En lettres toutes d'or réécrire les pages,

Effaçant les horreurs du passé qu'on abhorre.

 

- Archange des éthers, dis-moi ! Répète encore !

Remplis mon cœur d'Espoir ! Ô Messager Divin,

Conduis-moi, sans retard, vers ce Liban serein.

 

- Soudain, de l'aube pointe un tout premier rayon...

Le Liban n'est que JOIE, QUE FÊTE ET RÉVEILLON !

 

Anastase Tsiris





Juste et non raciste

Il y a plus de 50 ans, Martin Luther King franchissait les barrières du réalisme avec son célèbre discours "I have a dream". En 1980, ce fut le tour de John Lennon de rêver, à travers son succès "Imagine." Mais quelle est la définition exacte du terme "imaginer"? Le dictionnaire nous indique que c'est un synonyme de "rêver". Mais la vie nous a montré que les rêves, qui selon moi sont un antonyme d'objectif, ne se réalisent que lorsque l'on exerce tous nos efforts en ce sens.

 

Là commence le problème du Liban. Les Libanais ont tendance à vouloir prier pour que leurs rêves se réalisent, d'où la fameuse expression libanaise : "Metel ma allah bi rid" (Comme Dieu le veut), et ne se mettent pas au travail. Si les narguilés fonctionnaient à l'électricité, il y aurait eu une émeute depuis bien longtemps.

 

Croyez-vous que la ville de Fukushima au Japon ait été rebâtie grâce aux prières shintoïstes? Croyez-vous que Varsovie et Berlin aient été reconstruites par la grâce du bon dieu? La révolution française de 1789 a débuté par un mouvement appelé "les Lumières" dont le but principal était de redonner à l'homme la confiance qu'il avait perdue lors du péché originel. Les Libanais devront passer par une sorte de révolution idéologique pour se libérer complètement de leurs prémisses. À travers les lignes qui suivent, je présenterai les principales contraintes que les Libanais subissent.

 

Il y a quelques semaines, l’arrestation de 35 hommes suspectés d'être des homosexuels a suscité un tollé. Je me demande honnêtement où vous voulez en arriver. Comme Morgan Freeman l'a dit, "dans ce monde, il n'y a pas d'homophobes. Il n'y a que des abrutis qui aiment blesser autrui". D'ailleurs, si les hétérosexuels devaient subir le même examen humiliant que les homosexuels, il y aurait eu une révolution depuis longtemps.

 

Récemment, le peuple libanais a été témoin d'un important changement au niveau de l'armée : des femmes militaires. J'ai eu la chance de discuter avec l'une de ces braves militaires. Elle m'a dit qu'elle ne pouvait pas traverser la rue sans entendre mille moqueries. N'est-ce pas chose honteuse? N'est-il pas honteux que la seule femme pilote de la MEA soit habillée en uniforme d'homme? N'est-il pas honteux que seulement un petit pourcentage de femmes réclament leur droits? N'est-il pas honteux que même notre pire ennemi Israël ait accepté les femmes dans l'IDF?

 

Un texte que j'ai récemment lu datant de 1870, montre que les Libanais ne pourront pas vivre en paix à cause des différentes religions qui coexistent. Même la Constitution de 1943 énonce que le Liban est un pays laïc. Nous tombons malheureusement la tête la première dans le piège des nazis. Nous confondons religion et race. Les chrétiens libanais ne sont pas chrétiens, mais libanais. Les musulmans libanais ne sont pas musulmans, mais libanais. Les juifs libanais, dont personne ne veut parler, ne sont pas juifs mais libanais. Je vous en prie, Oh Libanais, ne soyons pas une copie de la Yougoslavie. Ne soyons pas une copie du Soudan. Ne soyons pas une copie du Pakistan et de l'Inde.

 

Pour résumer le tout, je rêve qu'un jour les Libanais prennent leur destin en main et résolvent leurs problèmes en travaillant et en brûlant des calories, et non pas des pneus.

Je rêve qu'un jour les homosexuels puissent se promener dans les belles ruelles de Beyrouth sans s’attirer les regards et commentaires de personnes ignorantes.

Je rêve qu'un jour les femmes aient les mêmes droits que les hommes, pas seulement au Liban mais dans tous les pays arabes.

Je rêve d'un Liban laïc où l'épicier ne voudra pas connaître mon nom de famille ou le nom de mon père.

En gros, je rêve d'un Liban juste et surtout d’un Liban non raciste.

Rami Falah Abou Jaoudé, International Collège, 17 ans.




Dans la même rubrique


Nasawiya prépare un livre hommage à 50 battantes libanaises


Du Kilimandjaro à Elbrouz, des Libanais au sommet pour la bonne cause


"Dihzaynerz" : des jeunes Libanais donnent des couleurs à Beyrouth

 

Un service public libanais primé par les Nations unies

 


À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

SAKR LEBNAN

Certaines ne sont que d'égoïstes souhaits taillés à des désirs particuliers et personnels, et non pour le bien de tout le Liban.

Viken GARABEDIAN

J'ai apprécié le rêve futuriste abordant le gouvernement "fédéral", "le métro libanais", "le premier aéroport: donc il y en a plusieurs", M Geagea, dans les manuels d'histoire...Lui :)
Le taux du chomage nul...Un rêve qui deviendra réalité un jour? 2 lecteurs ont abondé aussi sur le thème des JO se déroulant au Liban...J'aime bien.

Sabbagha Antoine

Vive les hallucinations dans un pays ou les bonnes nouvelles sont inexistantes.



Antoine Sabbagha

Dernières infos

Les signatures du jour

Émilie SUEUR

L’édito de Émilie SUEUR

Indigne pouvoir libanais

Décryptage de Scarlett HADDAD

Ultimes concertations avant les consultations

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants