X

À La Une

Ri Sol-Ju, mystérieuse épouse du "dirigeant suprême" nord-coréen

La femme de la semaine Epouse, maîtresse ou soeur ? La Corée du Nord met un terme aux spéculations et annonce le mariage de Kim Jong-Un.
OLJ/AFP
26/07/2012

Après des semaines de spéculations, elle sort de l'ombre. Sans toutefois que toute la lumière soit faite sur qui elle est.

Ce que l'on sait de Ri Sol-Ju, depuis mercredi, c'est qu'elle est l'épouse du  "dirigeant suprême" Kim Jong-Un, et en tant que telle, la Premième Dame de Corée du Nord.

 

Ce qui semble à peu près certain, à en croire la presse sud-coréenne, c'est que la jeune femme est ou fut chanteuse.

Le reste relève, en gros, de supputations.

 

Depuis début juillet, la jeune femme, élégante et souriante, apparaissait régulièrement en public aux côtés de Kim Jong-Un.

 


Ri Sol-Ju tenant fièrement le bras de son époux à Pyongyang.

Photo de l'agence de presse nord-coréenne/AFP

 

Il y a deux semaines, elle assistait à un gala avec le leader nord-coréen. En l'absence de toute précision de la part du régime, les questions ont fusé. La mystérieuse jeune femme était-elle l'épouse, la maîtresse ou soeur de Kim ?

 

La réponse a été donnée hier (mercredi) par les médias officiels nord-coréens qui ont annoncé le mariage de Kim Jong-Un avec Ri Sol-Ju. Aucun autre détail n'a été donné que ce soit sur l'épouse, la date du mariage, voire l'existence d'une progéniture.

 

En conséquence de quoi la presse sud-coréenne se perdait, jeudi, en conjonctures sur la jeune femme aux cheveux courts. 
Selon le Chosun Ilbo, la chanteuse se serait produite devant Kim Jong-Un et son père, Kim Jong-Il, lors d'un concert du nouvel an 2010 et aurait attiré l'attention du fils. "Il est possible que Jong-Un l'ait choisie comme épouse après l'avoir vue lors du concert", indique une source anonyme citée par le quotidien.


Elle aurait ensuite suivi une formation de six mois pour la préparer à ses fonctions, à l'université Kim Il-Sung, l'établissement le plus prestigieux du pays.


Un autre journal, le Don-A Ilbo, affirme, lui, que les deux jeunes gens sont mariés depuis 2009 et ont eu un enfant en 2010. La jeune femme, fille d'un universitaire et d'une médecin, est originaire de la province du Hamkyong du Nord (nord-est du pays), ajoute-t-il.


 

Autre apparition publique, à Pyongyang, d'une Ri Sol-Ju un peu plus intimidée.

Photo de l'agence de presse nord-coréenne/AFP

 

Le mariage a eu lieu en 2009, affirme pour sa part le député sud-coréen Jung Chung-Rai, citant des informations données par les services secrets sud-coréens lors d'une séance parlementaire à huis clos.

Ri Sol-Ju est née en 1989, a étudié le chant en Chine et s'est rendue en 2005 en Corée du Sud, à Incheon, près de Séoul, en tant que supporteur de l'équipe nord-coréenne lors des championnats asiatiques d'athlétisme, selon les Renseignements.

 

Selon d'autres sources, Kim Jong-Il n'aurait pas accepté cette idylle et y aurait mis fin.

 

L'annonce de ce mariage brise un tabou : En Corée du nord, un des plus secrets et reclus de la planète, 
les compagnes des deux prédécesseurs de Kim Jong-Un, son grand-père Kim Il-Sung, et son père Kim Jong-Il, n'ont jamais été présentées publiquement.

 

Ri Sol-Ju en concert. Photo tirée de Youtube et datée août 2011.


 

Selon les analystes, l'annonce de son statut d'homme marié vise à montrer que le jeune dirigeant nord-coréen "n'est plus un enfant". "Avec sa femme à ses côtés, il signale qu'il est un chef de famille et un adulte", estime Chang Yong-Suk, expert à l'Institut des études pour la paix et l'unification à l'université de Séoul.


Ces derniers temps, Kim Jong-Un a pris plusieurs mesures pour prouver qu'il était bien assis au pouvoir: mi-juillet, il a limogé le chef de la puissante armée et a été promu "maréchal", titre que seuls son grand-père et son père avaient obtenu avant lui.

En public, il a adopté un style plus décontracté que son père. Il sourit, n'hésite pas à prendre la pause aux côtés de soldats et prend dans ses bras de jeunes enfants.

Mais malgré ces changements, superficiels, le International Crisis Group (ICG) estime qu'il est inutile d'espérer des réformes, démocratiques ou économiques, ou un apaisement des tensions avec la Corée du Sud, son frère ennemi.

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

SAKR LEBNAN

Les Ivan le terrible, de grand père à fils et petit fils, dont le peuple, s'il ne meurt pas par leurs mains criminelles, crève de faim, comme les chiens... Et, l'argent va aux armes nucléaires, pour l'orgueil stupide de ces barbares tyrans...

Robert Malek

Kim Jong-Un a épousé Ri Sol-Ju. La liesse est générale (et obligée, sinon c'est 30 ans de travaux forcés) en Corée du Nord. Félicitations à Bachar et Asma version coréenne, mais ce serait sympa s'ils pouvaient éviter de se reproduire pour ne pas engendrer de nouveaux dictateurs qui pourraient s'appeler Sol-Ki-Ri, Kim-Ri-Jon, Un-Peud-Ju, Jong-Lo-Sol, Jud-Kaka, Un-Kim-Soul... Bref, autrement dit, on n'en a absolument rien à foutre.

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué