Liban

Droit des travailleuses domestiques au Liban : huit ONG appellent les autorités à agir

OLJ
24/03/2012
Quelques jours après le suicide d’Alem Dechasa-Desisa, une employée de maison éthiopienne agressée à Beyrouth puis internée dans un hôpital psychiatrique, huit organisations de la société civile libanaise ont publié un communiqué dénonçant le laxisme des autorités libanaises en matière de respect des droits de l’homme en général et des travailleuses étrangères en particulier.
« Les autorités libanaises devraient agir sans tarder pour réformer des règles restrictives en matière d’octroi de visas et adopter une loi sur le travail domestique afin de faire cesser les sévices fréquemment infligés aux travailleuses domestiques migrantes au Liban, qui entraînent parfois leur mort », peut-on lire dans ce communiqué publié aujourd’hui, et signé par Human Rights Watch, le Centre d’aide aux migrants de Caritas-Liban, « KAFA (“assez”) de violence et d’exploitation », le Mouvement contre le racisme, Amel Association International, Insan, le Conseil danois d’aide aux réfugiés et Nasawiya.
Alem avait été la malheureuse « vedette » d’une vidéo diffusée le 8 mars par la chaîne télévisée LBCI. Une vidéo filmée le 24 février par un passant inconnu, dans laquelle on voit un agent recruteur brutaliser Alem Dechasa-Desisa devant le consulat d’Éthiopie à Badaro, en banlieue de Beyrouth. « Malgré les protestations de l’Éthiopienne, l’agent et un autre homme la font monter de force dans une voiture. L’homme qui brutalisait la jeune femme a été ensuite identifié comme étant Ali Mahfouz, frère du responsable de l’agence de recrutement qui avait fait venir Alem Dechasa-Desisa au Liban. Ali Mahfouz a accepté de parler à la télévision et a affirmé que l’agence de son frère s’était efforcée de rapatrier la domestique éthiopienne car elle souffrait de troubles mentaux », rappellent les organisations dans leur communiqué.
« La police est arrivée sur place peu après, alors que la voiture s’y trouvait toujours, et a emmené Alem Dechasa-Desisa vers un centre de détention. À la demande de Caritas-Liban, qui dispose d’une antenne dans ce centre de détention, les policiers l’ont transférée deux jours plus tard dans un établissement médical mais n’ont pas arrêté les hommes qui l’avaient brutalisée. Alem Dechasa-Desisa s’est suicidée à l’hôpital psychiatrique du Couvent de la Croix, le 14 mars au matin », rappelle encore le communiqué.
Suite à cette tragique affaire, le président Michel Sleiman a réclamé l’ouverture d’une enquête pour élucider les circonstances de l’incident et traduire les responsables devant la justice. Quant aux ministres de la Justice et du Travail, Chakib Cortbaoui et Sélim Jreissati, ils ont assuré suivre l’affaire sur le plan judiciaire.
« Les autorités libanaises ont ouvert une enquête parce qu’elles se sont trouvées sous le projecteur des médias », estime Nadim Houry, directeur adjoint de la division Moyen-Orient et Afrique du Nord à Human Rights Watch. Pour M. Houry, le gouvernement devrait révéler au public le résultat de l’enquête. Et d’ajouter : « Le gouvernement libanais devrait adopter des mesures de protection qui se font attendre depuis longtemps, afin de mettre fin aux mauvais traitements généralisés des travailleuses domestiques et de réduire le nombre d’incidents mortels qu’elles subissent dans ce pays. »
Environ 200 000 migrants, dont la plupart sont originaires du Sri Lanka, d’Éthiopie, des Philippines et du Népal, sont actuellement employés de maison au Liban, majoritairement des femmes. Ces employées de maison sont exclues du droit du travail et soumises à des règles d’immigration restrictives basées sur le parrainage individuel par l’employeur, ce qui les expose au risque d’être indûment exploitées et rend difficile pour elles de quitter un employeur abusif. Le taux élevé de mauvais traitements a amené plusieurs pays, dont l’Éthiopie et les Philippines, à interdire à leurs ressortissantes d’aller travailler au Liban.
Pour Nadim Houry, « l’absence d’une protection juridique des droits des travailleuses domestiques au Liban, ainsi que les politiques restrictives en matière de visas, contribuent à leur isolement, aux mauvais traitements qu’elles subissent, à leur endettement et à leur incapacité à échapper aux abus ». La réforme du système de parrainage devrait figurer parmi les priorités du gouvernement appelé par M. Houry à adopter une nouvelle loi sur le travail domestique qui soit « conforme aux critères internationaux ».

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

SAKR LEBNAN

VOLONTÉ POPULAIRE LIBANAISE : DIALOGUE ! ENTENTE ! UNITÉ ! _ Les ONG ont bien raison de le faire. Les autorités devraient prendre des mesures urgentes.

Dernières infos

Les signatures du jour

Gaby NASR

Le billet de Gaby NASR

Crime de lèse-orange

Un peu plus de Médéa AZOURI

Notre vie avant et depuis la révolution

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants