Rechercher
Rechercher

Campus - Vivre

Tatiana Bassil, bénévole jusqu’au bout

Tatiana Bassil, étudiante en 3e année de relations internationales à l’USJ, est secouriste à la Croix-Rouge. Elle raconte son expérience.

« La Croix-Rouge porte secours à tout le monde, sur tout le territoire libanais et sans aucune exception. » C’est par ces mots que Tatiana explique pourquoi elle a choisi de s’engager comme secouriste bénévole à la Croix-Rouge. La jeune femme de vingt et un ans ne parle pas de vocation, mais de passion et de fierté d’appartenance. La Croix-Rouge a été pour elle un choix naturel. « On ne peut mesurer la portée de son action qu’après l’avoir accomplie et vécue, raconte-t-elle. Preuve en est qu’il existe des secouristes à la Croix-Rouge depuis plus de 18 ans. »
Tatiana conjugue son action humanitaire avec ses études, sa famille et sa vie sociale. Elle précise, avec un petit sourire, que c’est parfois difficile, car elle doit assurer des permanences de douze heures d’affilée une fois par semaine, et tout un week-end toutes les cinq semaines. « Je dois aussi offrir des formations techniques, participer à des postes de secours, des camps. » Avec humour, elle confie que ses parents « râlent quelquefois », mais la soutiennent dans son parcours. Persévérante, la jeune étudiante souligne qu’une réussite n’arrive jamais sans efforts. Sérieuse dans ses choix, Tatiana essaye de trouver un équilibre dans sa vie, parfois au détriment des sorties et des occupations de son âge. « Quand on fait quelque chose qu’on aime, le temps ne compte plus et passe très vite. » D’ailleurs, Tatiana s’est forgé, au sein de l’association, des relations amicales « indéfectibles et pour la vie ».

Chaque sortie en urgence est une nouvelle expérience
Son besoin d’aider les autres remonte à son enfance. Il y a trois ans, elle a envoyé sa candidature à la Croix-Rouge sans trop y croire et a passé plusieurs interviews avec les responsables du secteur avant d’être acceptée. La jeune fille confie que son expérience en tant que secouriste bénévole lui a donné beaucoup de responsabilités et lui a conféré une maturité. Il y a de bons moments, comme un accouchement en urgence, et des moments plus difficiles, comme le suicide d’un homme de 40 ans devant ses parents. Tatiana explique que la définition de son action, et de celle de la Croix-Rouge, est d’aller au cœur des moments difficiles et d’alléger les souffrances, aussi bien physiques que morales, des gens. Les efforts deviennent habituels après un certain temps, mais chaque sortie en urgence est une nouvelle expérience, avec des exigences différentes.

Un devoir civique
Quels sont les critères requis pour devenir secouriste ?
Selon Tatiana, il faut avoir la volonté d’aider, de la patience, de la compassion, de la discipline, de la disponibilité et, enfin et surtout, du sang-froid. « Il faut savoir être fort, solide et courageux car c’est rarement agréable. » Certaines personnes pensent à tort que c’est une perte de temps. Tatiana répond avec assurance que « le bénévolat m’apporte une grande satisfaction personnelle. C’est la plus belle expérience de ma vie. Je me sens constructive, utile à la société. C’est un devoir civique. » Et de conclure : « J’encourage toute personne à suivre mon exemple, car cela donne un sens positif à sa vie en ces temps difficiles. »

Myrna KHOURY RAPHAËL
« La Croix-Rouge porte secours à tout le monde, sur tout le territoire libanais et sans aucune exception. » C’est par ces mots que Tatiana explique pourquoi elle a choisi de s’engager comme secouriste bénévole à la Croix-Rouge. La jeune femme de vingt et un ans ne parle pas de vocation, mais de passion et de fierté d’appartenance. La Croix-Rouge a été pour elle un choix naturel....
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut