X

À La Une

Adonis critique vivement l'opposition syrienne

Révolte "Il n'y a pas d'islamisme modéré", clame le poète syrien.
AFP
11/02/2012

Le poète syrien exilé Adonis (Ali Ahmad Saïd Esber) a porté un regard très critique sur l'opposition syrienne au président Bachar el-Assad, dénonçant l'appel aux pays occidentaux pour soutenir la révolte, dans un entretien accordé au magazine autrichien "Profil" à paraître lundi.

"Comment peut-on poser les fondements d'un Etat avec l'aide des mêmes personnes, qui ont colonisé ce pays?" se demande Adonis, considéré comme le plus grand poète vivant du monde arabe. Il fait ainsi allusion au mandat exercé par la France en Syrie de 1920 à 1941 en application de l'accord secret anglo-français Sykes-Picot (1916) et du Traité de Sèvres (1920), après l'effondrement de l'empire ottoman, allié de l'Allemagne pendant la Première Guerre mondiale, la présence militaire française en Syrie ne prenant fin qu'en 1946.

"Je ne soutiens pas l'opposition" au président Assad, indique le poète. Pour lui, une intervention militaire occidentale aurait les mêmes conséquences que la guerre déclenchée en Irak en 2003: "Le pays serait alors détruit".

En août dernier, le poète avait appelé le président Assad à "quitter la présidence". "Le moins qu’il puisse faire est de démissionner de son poste", avait-il dit au journal koweïtien al-Raï.

Dans "Profil", Adonis tire également un bilan très négatif du "Printemps arabe". S'il reconnaît avoir été impressionné par le début du mouvement, il critique son évolution, avec l'arrivée au pouvoir des islamistes en Tunisie et en Egypte, après les élections organisées à l'automne 2011.
"Il n'y a pas d'islamisme modéré", clame-t-il, comparant les Frères musulmans, grands vainqueurs des élections législatives en Egypte, à de "purs fascistes". Selon lui, une véritable révolution dans le monde arabe ne peut avoir des chances de réussite que sur "des bases laïques".

La répression du soulèvement populaire en Syrie a fait plus de 6.000 morts depuis début mars, selon un dernier bilan de l'Organisation des Nations Unies (ONU).

Adonis, de son vrai nom Ali Ahmad Saïd Esber, âgé de 82 ans, né à Al-Qassabin, près de Lattaquié, en Syrie, est l'aîné d'une famille paysanne de six enfants. Après un séjour en prison pour son appartenance au Parti nationaliste syrien, il s'exile au Liban en 1956 avant de venir s'installer en France. Il réside depuis 1985 à Paris, où il a enseigné à la Sorbonne et a été le représentant de la Ligue arabe à l'UNESCO. En 2011, il a remis ses archives à l'Institut Mémoires de l'édition contemporaine (IMEC) à Caen (ouest de la France).

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

JABBOUR André

- - La Philosophe et politologue du site , Nayla Sursock nous parle de Musulmans " modérés " , je veux bien ! elle nous donne comme exemple la Suisse et son modèle de coexistence , puisque selon elle , l'islam est la deuxième religion dans la Confédération ! Je voudrai d'abord corriger un fait que l'islam en Suisse est la " Troisième " religion et non la deuxième , avec 4,26 % de la population , des enfants d'émigrés nés sur le sol Helvétique en deuxième et troisième génération . Le Catholicisme qui vient en premier avec 43 % suivi de l'église Evangélique réformée qui est de 34 % de la population Suisse qui est de presque 8 millions d'habitants avec 22 % d'étrangers dont 39 % résident en Suisse depuis plus de 10 ans et 21 % sont nés en Suisse . Je voudrai aussi lui demander si un jour les musulmans " modérés " deviennent majoritaires , est-ce qu'ils garderons la Croix comme emblème sur le drapeau Suisse ?! Est-ce que les accords de tAEF lui rappellent quelque chose à notre chère madame je sais tout ?

Sabbagha Antoine

Si touts les musulmans ressemblaient au poète syrien exilé Adonis (Ali Ahmad Saïd Esber)ils auraient certainement changé le monde arabe . Ils auraient ainsi réussi de le sortir de cet Age de pierre ,et sauver ces pays ravagés actuellement par des printemps obsolètes ou la femme est toujours objet , et ou la religion loin du spiritualisme est toujours un chantage gratuit pour tuer .


Antoine Sabbagha

Ronald Barakat

Cette prise de position décevante a valu au grand poète la réponse d'un petit sur le lien suivant:
http://s358485293.onlinehome.us/un-adonis-de-perdu/

Nayla Sursock

Comment le grand Adonis, dont j'admire les poèmes, peut-il se fourvoyer à ce point dans le domaine politique ?

Pourquoi faudrait-il choisir entre la peste (le Baas) et le choléra (l'extrémisme islamique?)

Les musulmans ne sont pas tous des fanatiques comme il y a des extrémistes chrétiens, juifs, hindouistes. Il y a donc des «musulmans modérés» comme les chrétiens ne sont pas tous des intégristes..

Je rejoins cependant Adonis sur deux points: la poésie et l'instauration d'un Etat véritablement laïc.
Mais, à ce que je sache, depuis 40 ans, le régime baasiste de Damas (et ne parlons pas de celui de Bagdad...) n'a pas été un exemple de démocratie ni de laïcité.

Il faudrait peut-être s'inspirer de l'exemple suisse: 63.7 % de germanophones, 20.4 % de germanophones, 6.5% d'italophones et 0.5% de romanches. Toutes ces minorités linguistiques disposent de leurs droits culturels (écoles, radios, tv) ce qui n'est pas le cas en Syrie pour les Kurdes (10% de la population).
J'ajoute que plus de 20% de la population suisse est étrangère et que l'islam y est quasiment la 2 me religion.
Il n'y a pas de guerre pour autant car chacun a le respect de l'autre.


Dernières infos

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

Collabos ou résistants ?

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Le magazine économique du groupe

In English

Resolving Lebanon’s financial crisis

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants