X

Restos, cafés

Maki

Garçon ! La note, s’il vous plaît Micheline Zok teste chaque semaine pour vous un restaurant ou café choisi au hasard, au gré des humeurs. Elle vous donne son avis sans complaisance ni compromis, en relatant une expérience vécue qui pourrait être la vôtre. Pour que, enfin, le consommateur libanais ait voix au chapitre. Notes de 0 à 5.
12/03/2011
Maki est un restaurant japonais situé rue de Damas, près de la faculté de médecine de l'USJ. Le nom du restaurant Maki est inspiré du mets japonais composé d'un rouleau d'algue noir séché farci de riz, poisson ou autre.
Aussitôt à l'intérieur du restaurant, nous sommes accueillis par le gérant et un serveur très poli qui nous installe à notre table. L'ambiance est feutrée et plutôt chaleureuse, malgré le choix de matériaux froids comme le béton présent au sol et sur les murs. Au Maki, l'espace de travail des chefs, les réfrigérateurs à poisson et les chefs sushi eux-mêmes sont invisibles. Ils sont remplacés par un grand seau rempli de bouteilles de champagne posé sur le bar et bien mis en valeur. On pourrait d'ailleurs se croire dans un restaurant italien, vu les lustres en forme de spaghettis « frisés » pendant des plafonds.
Mais nous sommes bien dans un restaurant japonais, vu les serveurs tous affublés de l'habituel bandana de guerrier sur la tête. Notre serveur connaît le menu par cœur et semble avoir de la mémoire, il se fait une joie de nous réciter notre commande, pourtant longue, et nous suggère d'essayer les spécialités de la maison, « introuvables ailleurs dans le pays » : la « Maki Marina Salad », faite de roquette, de « stick » (sic) de crabes « japonais », de sésame, de tobiko (œufs de poisson) « japonais » (il est toujours utile de le repréciser), est présentée dans un bol posé sur ce qui semble être un petit aquarium censé contenir un poisson rouge. Vivant, si l'on en croit la photo sur le menu. Après avoir cherché le poisson en vain, nous demandons au serveur si « Nemo » s'est fait dévorer par un crustacé japonais ou s'il a fini découpé en sashimis. Le serveur nous rassure : « Le poisson est mort ! Il ne dure pas longtemps dans ces bocaux. » Pauvre bête.
La carte comprend les sections habituelles des restaurants japonais, comme les soupes, salades, sushis, sashimis et tempura. Avec pas moins de 40 propositions, la part belle est faite, bien entendu, aux makis dont certains sont affublés de prénoms mystérieux tels que Amer, Oliver, Majed, Abeer, Salem, Suha, Tara ou Yara, pour ne citer qu'eux. Mais qui sont-ils donc ?
On nous sert notre sake « selon une coutume vieille de 2 000 ans » qui consiste, paraît-il, à le verser dans un verre lui-même placé dans un récipient jusqu'à ce qu'il déborde.
Les tempura ne sont pas assez croustillants. La Crispy Salad est réussie.
Certains makis, spécialement le « Crazyto » (resic) et Maki Maki, gagneraient à avoir moins de sauce pour mieux apprécier les ingrédients de bonne qualité par ailleurs.
« Pour le dessert, vous voulez essayer quelque chose de nouveau ?, nous propose un autre serveur (le premier étant parti), je vous conseille le frisé. » Et nous qui pensions qu'au Maki, il n'y avait de frisés que les lustres. Mais non, il y en a un sur le menu. Apres 5 bonnes minutes pour défriser la situation, le gérant qui remarque nos mines déconfites se précipite à notre secours. Finalement, il ne s'agissait que d'un simple fraisier et d'une triste erreur d'élocution.
L'addition arrive, les prix sont chers pour du riz et des sauces (cocktails et autre mayonnaise). À moins que le poisson ne soit plus la base du « fine contemporary japanese cuisine ».
E-mail :
michelinezok@hotmail.com

Adresse        Rue de Damas
Capacité    70 personnes
Prix moyen    80 000 LL

Qualité de la nourriture    ***
Rapport qualité/prix    ***
Ambiance    **

À la une

Retour à la page "Restos, cafés"

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Des législatives internes et des enjeux externes

Citoyen grognon de Anne-Marie El-HAGE

Douze à l’heure

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.