X

Restos, cafés

Talleyrand

Garçon ! La note s’il vous plaît Micheline Zok teste pour vous un restaurant ou café choisi au hasard, au gré des humeurs. Elle vous donne son avis sans complaisance ni compromis, en relatant une expérience vécue qui pourrait être la vôtre. Pour que, enfin, le consommateur libanais ait voix au chapitre. Notes de 0 à 5.
29/10/2011
Le Talleyrand est un restaurant haut de gamme, d’inspiration française si l’on s’en réfère au nom, celui d’un fameux homme d’État et diplomate français du XIXe siècle, Charles Maurice de Talleyrand-Périgord, dit Talleyrand. Mis à part le nom, la seule référence qui rappelle le diplomate est la clientèle faite d’hommes politiques et de membres du gouvernement qu’il n’est pas rare de croiser dans l’établissement. Il faut dire que le Talleyrand est discret, situé au premier étage d’un immeuble de bureaux à Kantari, rue Fakhreddine.
Nous prenons l’ascenseur pour accéder au restaurant après avoir traversé l’entrée de l’immeuble, au rez-de-chaussée, où des voituriers tiennent conseil avec des gardes du corps. L’accueil est moins chaleureux à l’étage puisqu’il n’y a personne pour nous guider dans cette grande salle feutrée. Nous nous dirigeons vers une des tables vides du restaurant. L’intérieur est cossu avec du parquet foncé au sol, des tables nappées et des fauteuils confortables autour de tables rondes et carrées. Les murs sont blancs et une large baie vitrée donne sur une terrasse verdoyante. Deux énormes hublots à la lumière bleutée, dont nous ne comprenons ni le sens ni l’utilité, décorent un mur. Au fond de la salle, nous découvrons une petite cave à vins.
Un serveur finit par nous repérer et se
dirige vers nous. Sitôt la commande des boissons prise, il pose à table plusieurs bols et récipients en argent remplis de pistaches, cacahuètes, carottes, concombres et choux-fleurs sans oublier la désuète « sauce cocktail » accompagnant le tout. Le ton est donné, nous
sommes dans un restaurant haut de gamme version libanaise ! La carte comprend une quinzaine d’entrées et une vingtaine de plats principaux dont des sections dédiées aux pâtes, aux poissons et aux viandes et volailles. Les appellations des plats sont pompeuses ; ainsi la « Saveur inimitable des lentilles vertes du Puy », ou encore la « Liaison de l’aubergine et de la mozzarella sur penne rigate » dans la section des pâtes. Les serveurs doivent traduire les appellations des plats en langage courant. Ainsi, la « Fondue de risotto aux parfums d’été » est réduite à : « Eehh risotto yahni maa cèpes. »
Les plats arrivent présentés dans de jolies assiettes en verre : le carpaccio de bœuf est trop froid, visiblement sorti en dernière minute du congélateur. Il est accompagné de roquette, de lamelles de carotte et céleri et de tranches de parmesan. « Le printemps en salade ... » est une très bonne entrée, avec des légumes frais et croquants.
Le risotto aux cèpes pourrait être meilleur, trop pâteux, de même que la « Jetée de parmesan et de tomates séchées sur lit de tagliatelle liées à l’huile de truffe blanche » (à lire sans ponctuation) dont les pâtes sont trop cuites, trop crémeuses, avec trop de tomates séchées.
Le soufflé de pain broché au caramel est traduit en français facile comme un « pain perdu, mais soufflé »...
Le service est lent bien que le restaurant soit calme mais, heureusement, bercé par les voix langoureuses de Norah Jones et Dean Martin.
Nous demandons l’addition qui arrive avec les cafés et les mignardises. Le rapport qualité/prix est acceptable. Nous sommes raccompagnés jusqu’à l’ascenseur et sortons de l’immeuble. Les discussions des voituriers et des gardes du corps sont
toujours en cours.

E-mail : michelinezok@hotmail.com

 Adresse        Rue Fakhr el-Dine, Kantari
 Capacité    200 personnes
 Prix moyen par personne    90 000 LL

 Qualité de la nourriture    ***
 Rapport qualité/prix    ***
 Ambiance    **

À la une

Retour à la page "Restos, cafés"

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

L’édito de Ziyad MAKHOUL

E.T. go home !

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.