X

Restos, cafés

Balthazar

Garçon ! La note, s’il vous plaît Fraîchement rentrée de France où elle collaborait à la rubrique Arts culinaires d'un grand hebdomadaire de Province,  Micheline Zok teste chaque semaine pour vous un restaurant, café ou bar et vous donne son avis sans complaisance ni
compromis. Notes de 0 à 5.
09/10/2010
Ce n'est ni la fameuse brasserie française de New York ni une bouteille de champagne de 12 litres, encore moins un festin ou l'un des 3 mages. Il s'agit du Balthazar de Beyrouth, restaurant-café (comme il se nomme lui-même) situé dans les souks du centre-ville.
L'espace est divisé en deux : un intérieur décoré de manière cossue et précieuse, trés lumineux grâce à  des baies vitrées situées de part et d'autre du restaurant, et la terrasse avec son parterre en bois de teck et son mobilier en fer, plus simplement aménagée, plus détendue, et surtout joliment située en devanture des souks de Beyrouth. Le Balthazar est tellement isolé des autres restaurants du nouveau centre commercial qu'il en devient presque indépendant.
Le menu, plutôt réduit, propose salades, entrées diverses et plats ainsi qu'une sélection de desserts (dont un excellent pain perdu) et de boissons. La sélection des vins également réduite comprend quelques bons vins français et libanais.
Les mets proposés sur le menu s'inspirent d'une brasserie
française classique comme le
« tartare de bœuf maison, coupé au couteau »,  la niçoise ou la souris d'agneau, mais l'inspiration internationale ne manque pas avec un tajine, des nems, et un « burger à l'américaine » ou une « buffala a l'italienne » et une touche libanaise (si on veut s'approprier à tort l'origine du fromage) le « halloum grillé et sa salade aux herbes folles ».
Le pain arrive chaud,  les salades sont fraîches, la présentation du tout est très plaisante. La salade de lentilles mélangeant oignons, fromage de chèvre et moutarde à l'ancienne est intéressante malgré une sauce trop mousseuse. Rien à redire en revanche sur la salade « haricots coco aux gambas » joliment présentée et bien croquante, et le délicieux dos de saumon, correctement cuit-fait rare dans les restaurants de la ville.
La fausse note vient du service, certains serveurs n'étant visiblement pas familiers avec les plats qu'ils proposent. Ainsi, à la question
« qu'est-ce que le raifort ? », une expression de grand vide, voire même de panique, apparaît dans le regard du sympathique jeune homme qui nous sert. Abasourdi par la question, il finit par réagir en allant demander l'aide de son collègue et revient, plus sûr de lui, annoncer la bonne nouvelle :
« le raifort est une sorte de radis blanc. » Si la réponse est fausse, elle a au moins le mérite d'exister. Car à la seconde question sur l'origine des sculptures qui entourent la terrasse du Balthazar, notre serveur sait juste que « c'est espagnol et que la pierre utilisée est très chère ».  Mais il faut reconnaître, à sa décharge, que les pierres ne sont pas sur le menu.
Une grande précision en revanche par rapport aux délais de livraison de nos plats pas encore commandés. « 7 minutes pour les entrées, 15 pour les plats », nous annonce-t-il. Délais non vérifiés, mais peu importe, le temps passe vite sur cette agréable terrasse en plein cœur de Beyrouth.
Le restaurant est un repère de femmes qui ne manquent pas de conversation vu le niveau sonore à l'intérieur à l'heure du déjeuner. Les toilettes sont malheureusement bien petites et un seul lavabo dessert les 2 sexes, d'où le temps d'attente pour se laver les mains.
La facture arrive au nom de la Mie Dorée, et l'on se rappelle soudain que le Balthazar a un parrain ou une marraine déjà bien implantés. Mais il a certainement de quoi se démarquer et voler de ses propres ailes.
E-mail : michelinezok@hotmail.com


Adresse          Souks de Beyrouth, centre-ville
Capacité         80 personnes
Prix moyen    70 000 LL

Qualité de la nourriture    ****
Rapport qualité/prix    **
Ambiance    ***


À la une

Retour à la page "Restos, cafés"

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

L’édito de Ziyad MAKHOUL

E.T. go home !

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.