X

Économie

« Beirut Water Taxi », pour échapper à l’enfer des embouteillages

Liban - Transports Un projet de taxi maritime le long de la côte libanaise qui coûterait 50 millions de dollars, un trajet Beyrouth-Jounieh pour 6 000 livres, et des heures d'embouteillage évitées. Tel est le plan incroyable mais vrai de Khaled Takki, baptisé « Beirut Water Taxi ».
OLJ
09/07/2010
Se déplacer le long de la côte libanaise sans subir ses embouteillages infernaux ? Telle est l'ambition du projet « Beirut Water Taxi », qui propose un transport express sur les eaux de la Méditerranée grâce à des navettes semblables à celles du fleuve Hudson à New York.
L'idée, alléchante pour des milliers de Libanais qui passent chaque jour des heures sur les autoroutes encombrées, notamment celles qui relient les villes côtières, a reçu le soutien du Premier ministre Saad Hariri et attend la préparation d'un projet de loi, rapporte Rana Moussaoui de l'AFP.
« Dès qu'on obtiendra le feu vert, les embarcadères seront construits et les navettes fabriquées en un an », affirme Khaled Takki, PDG de la compagnie privée « Lebanese Water Transportation Alternative », à l'origine de l'initiative.
« La circulation est devenue insupportable » dans ce pays de 10 425 km2, où le transport public est bancal, dit-il.
Point de concentration : la capitale Beyrouth (plus d'un million d'habitants), qui enregistre l'entrée et la sortie de 500 000 véhicules par jour, dont 25 % sont conduits par une seule personne.
« L'objectif est de diminuer d'au moins 25 % le flux de voitures vers Beyrouth en offrant aux employés, étudiants et touristes une solution de remplacement agréable pour se déplacer », assure le promoteur, qui table sur au moins 10 000 passagers par jour au départ et 50 000 par la suite.
M. Takki a eu cette idée lorsque deux de ses employés ont présenté leur démission en janvier 2009. « Ils en avaient marre de passer entre une et deux heures pour arriver à Beyrouth depuis Jal el-Dib ou Antélias », à cinq kilomètres de la capitale.
Le projet, dont la première phase devrait coûter environ 50 millions de dollars, se fonde sur un système de franchise en fonction duquel plusieurs compagnies géreront le corridor maritime, les bateaux ou encore les centres commerciaux qui seront bâtis près des embarcadères.
« Au lieu d'avoir les nerfs à fleur de peau, l'employé prendra son petit-déjeuner au mall (centre commercial, ndlr), achètera un quotidien et boira tranquillement son café dans le » shuttle « (160 personnes), le » clipper « (220) ou la navette V.I.P. (16) », explique M. Takki.
Les deux premières navettes, de type Catamaran (30 nœuds) et fabriquées par une compagnie australienne, assureront, de 06h00 à 21h00, le trajet entre Beyrouth et les principales villes côtières du Nord (Tripoli, Byblos, Jounieh) et du Sud (Damour, Saïda, Tyr, Naqoura).
Le service sera assuré toute l'année, sauf les jours où la mer est démontée. Les passagers, eux, sont assurés à hauteur de 250 000 dollars par personne.
Le prix ne dépassera pas celui payé pour un taxi collectif. À titre d'exemple, le trajet Beyrouth-Jounieh (15 km) vaut 6 000 LL, soit quatre dollars pour 25 minutes.
« Les employés verront leur productivité augmenter (...) et les étudiants des régions n'auront pas à rester dans un foyer à Beyrouth, sans compter l'avantage pour les touristes », assure M. Takki. Le projet prévoit également un circuit de bus qui proposera aux passagers de les transporter en ville.
Après 21h, il propose même de transformer les navettes en restaurants avec vue sur la côte illuminée du Liban.

À la une

Retour à la page "Économie"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

L’arnaque

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants